La Medina

Magazine français des cultures et sociétés musulmanes

Lire hors-ligne :

Le magazine La Medina vise à présenter la diversité et la richesse actuelle d’expression des « cultures musulmane » en Europe et ailleurs – une ligne éditoriale qui est aussi une vision politique : on peut être à la fois pleinement français, européen et musulman.

Depuis bientôt deux ans, un magazine est en train de secouer la planète de la presse communautaire en France. Parce qu’en fait, il ne s’agit pas vraiment d’un magazine communautaire. La Medina, basée à Saint-Denis (banlieue parisienne), se veut avant tout le magazine des « cultures et sociétés » musulmanes. Mais son lectorat n’est pas exclusivement musulman et ses collaborateurs, musulmans ou non, se recrutent parmi les chercheurs en sciences humaines et les journalistes de tous horizons.
Au sommaire, on trouve pêle-mêle : un entretien avec le musicien Akhénaton, fils d’immigrant italien installé à Marseille et récemment converti à l’islam ; une interview d’Abdelwahab Meddeb, écrivain et producteur de l’émission Cultures d’Islam tous les vendredi soir sur France Culture ; un reportage photos sur l’architecture de la ville d’Herat, à l’Est de l’Afghanistan ; et bien sûr, depuis quelques mois, un ensemble de débats sur la perception des événements du 11 septembre dans le monde musulman. En juin 2001, La Medina avait même consacré un dossier complet aux musulmans vivant aux Etats-Unis. Un regard toujours un peu décalé dans le temps et dans l’espace, en somme. Et au total, un programme destiné à faire connaître la richesse culturelle du monde islamique, dans sa production ancienne et contemporaine, à l’extérieur comme à l’intérieur d’une Europe occidentale où l’islam se réimplante depuis peu.
A l’origine du projet, Hakim El Ghissassi, Français d’origine marocaine âgé de 39 ans, installé en France depuis quinze ans « et encore pour longtemps, avec [ses]enfants ». Musulman de foi et de conviction, il constate que nombre de ses coreligionnaires vivant en France y sont nés et « assument leur appartenance française ». Pour lui, être musulman et français n’est pas un « problème », comme l’affirme parfois la presse magazine hebdomadaire. C’est au contraire une réalité vécue par de jeunes citoyens chaque jour plus nombreux. Pour faire reconnaître cette réalité, El Ghissassi avait déjà œuvré au sein de l’Association des étudiants islamiques de France (AEIF) puis à la mosquée Ad’Dawwa (rue de Tanger, Paris XIX). Là, dans les années 1990, il avait organisé une série de rencontres entre imams et intellectuels français afin de favoriser un dialogue entre islam et laïcité.
L’heure est maintenant à l’action culturelle. Au cœur du projet éditorial de La Medina, en effet, on trouve la notion de résidents ou citoyens français et européens de « cultures musulmanes ». Une expression originale, qui recouvre une réalité multiple. Dans la France d’aujourd’hui, il y a ainsi cinq millions d’habitants de confession musulmane d’origines extrêmement diverses : Afrique occidentale (Mali, Sénégal…), Maghreb, Proche-Orient, Asie centrale, Indonésie… sans compter les Français convertis. Même si tous ne pratiquent pas (en fait, seuls 10 % d’entre eux revendiquent une pratique religieuse active), ils sont pour la plupart issus, au moins à l’échelle d’une génération, d’un pays où l’Islam est prépondérant en tant que civilisation : langue arabe qui est aussi celle du Coran, fêtes collectives issues du calendrier musulman, devoir de partage des ressources avec les plus pauvres, etc. Et ils sont porteurs de ces références culturelles, qui se mettent ainsi à circuler parmi d’autres dans l’espace européen.
A l’inverse des intégristes républicains, pour lesquels les citoyens français ne sauraient revendiquer qu’une culture nationale sacralisée et un peu figée, La Medina postule que cette dernière gagne à évoluer en reconnaissant la diversité des influences dont elle constitue chaque jour la synthèse. La France et l’Europe n’ont rien à perdre à intégrer les références islamiques portées jusque dans leur corps par des millions de leurs citoyens ou résidents. Bien au contraire, une France et une Europe qui auront officiellement accepté l’apport islamique comme une composante intégrante de leur histoire et de leur identité, partiront avec deux atouts : elles offriront un cadre identitaire dans lequel pourront se reconnaître sans tentation violente les plus jeunes de leurs citoyens qui sont originaires de pays musulmans ; elles seront aussi mieux à même de comprendre et d’interagir sans heurts avec leurs sociétés voisines du Sud et de l’Est de la Méditerranée. Compte tenu du contexte international actuel (lutte obligée contre le terrorisme d’inspiration islamiste, conflits au Proche-Orient et en Tchétchénie…), il va sans dire que ce pari représente un enjeu fort pour une Europe qui tente de parler sur le plan diplomatique d’une seule voix.
Corollaire obligé de cette ligne éditoriale, La  Medina s’est fortement engagée sur le plan de la participation politique. Le magazine est partie prenante du Forum citoyen des cultures musulmanes (FCCM), dont le premier acte a été une grande mobilisation en faveur de l’inscription de jeunes citoyens français de « cultures musulmanes » sur les listes électorales, en vue des scrutins présidentiels et législatifs à venir. Le Forum a ensuite réuni les propositions émanant potentiellement d’un million et demi de votants musulmans, pour les présenter aux candidats à la présidence de la République, spécialement réunis pour l’occasion à la Maison de la Chimie (Paris VII) le 29 mars dernier.
Mais attention ! Il s’agit là d’une « action citoyenne, et non pas communautaire », précise Hakim El Ghissassi, qui est aussi l’instigateur du FCCM avec l’auteur et entrepreneur Rachid Nekkaz. Pour lui, « les musulmans sont des citoyens qui construisent la France en participant à son essor, en développant sa culture et son économie (…). Etre député, maire, ministre ou fonctionnaire d’Etat pour les générations issues des cultures musulmanes « , ce n’est plus une « utopie ». Dans l’intérêt de tous, c’est même l’avenir du pays, ajoute El Ghissassi, en concluant : « Notre confiance est grande dans cette foi républicaine qui a fait la France moderne et qui est en train de construire la France de demain ».

La Medina, 8 numéros par an, en vente en kiosques, 62, av. Gabriel Péri, 93200 Saint-Denis. Tél. 01 42 43 23 36. lamedina3@wanadoo.fr///Article N° : 2199

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire