Le Rendez-vous

De Max Pensedent

Print Friendly, PDF & Email

Clémentine vient du Cameroun. Elle arrive invitée à Paris par une connaissance faite sur internet, ouverte à l’amour par la beauté des échanges courriels. Son travail empêche son prétendant de venir la chercher à l’aéroport mais il lui donne rendez-vous sur le banc d’un jardin public. Elle y trouve une rose mais le prétendant ne se montre pas. Elle finit par aller à l’hôtel et revient chaque jour au rendez-vous. Elle y rencontre une femme qui lui prodigue ses conseils…
Des milliers de femmes africaines cherchent notamment au Cameroun sur internet des cœurs à prendre pour tenter l’aventure de l’émigration. On les entend quelquefois en Afrique centrale dire qu’elles veulent « un vieux Blanc » supposé plus gentil, désintéressé et susceptible de les faire hériter sans trop attendre… Le court métrage de Max Pensedent pointe avec finesse le malentendu, non de ce point de vue mais de l’autre côté, dans la perpétuation du rapport Nord-Sud d’incompréhension et d’utilisation, Clémentine se trouvant soumise à une supercherie orchestrée par une mère inconsciente des retombées humaines de son acte.
Le film prend le temps de faire sentir l’attente et le désarroi d’une femme sans ancrage qui n’aura plus qu’à repartir d’où elle est venue. Il joue sans en abuser sur le suspense d’une rencontre attendue pour permettre en douceur cette empathie avec une Clémentine toute en dignité. Personne n’est bon ou méchant, pas même l’hôtelier plutôt compréhensif, pour que s’impose d’elle-même et sans discours la triste immensité d’un malentendu qui dépasse largement ce cas particulier.

///Article N° : 3602


Laisser un commentaire



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications