Fiche Livre
Littérature / édition
REVUE | Novembre 2008
Tchicaya Passion
Pays concerné : République du Congo
Edition : Documentation française (La)
Pays d’édition : France
ISBN : 978-2-917195-05-5
Prix : 12.50
Parution : 30 Novembre 2008

Français

Coordonné par Daniel Delas et Boniface Mongo Mboussa

Disparu prématurément en 1988 à l’âge de cinquante-sept ans, l’écrivain congolais Tchicaya U Tam’si nous a laissé une oeuvre à la fois poétique, dramaturgique et romanesque d’une singulière modernité. Produite chronologiquement entre les écrits des « pères fondateurs  » (Senghor, Césaire, Damas) et ceux de son « fils » littéraire et compatriote Sony Labou Tansi, cette oeuvre placée sous le signe du refus et de la révolte, en rupture notamment avec la négritude senghorienne, semble être bel et bien passée à côté de la critique, en témoigne notamment la pénurie d’ouvrages d’analyse sur l’auteur.

Vingt ans après sa mort, Cultures Sud revisite et réaffirme la « modernité voyoue » du poète.

Par-delà les incontournables aspects historiques, pour mieux comprendre aujourd’hui la timidité voire la frilosité des relations culturelles entre le Maghreb et l’Afrique noire, on peut s’interroger sur des problématiques communes, qu’il s’agisse de littératures d’engagement et pleines d’espoir, ou bien de figures éclairées comme le poète soudanais Mohamed Faytouri ou la pensée avant-gardiste du Martiniquais Frantz Fanon, précurseurs du panafricanisme incarné par Lumumba.

Avec la complicité d’universitaires, spécialistes, écrivains, famille et amis, ce numéro invite à méditer sur la création et les combats politiques de Tchicaya U Tam’si, ainsi que sur sa postérité littéraire, sans oublier cette personnalité hors du commun qui faisait de lui à la fois un être écorché mais généreux, bricoleur le jour et écrivain la nuit.

Entre analyse littéraire et événements vécus, cette livraison réhabilite l’oeuvre de celui que ses proches appellent toujours « Gérald ». Puisse cette initiative susciter l’envie des éditeurs qui découvriraient le Congo intérieur, historique et mythique tel que raconté au travers de sa tétralogie romanesque malheureusement aujourd’hui épuisée : Les Cancrelats, Les Méduses, Les Phalènes et Ces fruits si doux de l’arbre à pain, parus successivement dans les années 1980.