Murmures

Refus de visa pour la styliste Mame Fagueye Bâ
septembre 2012 | Divers | Histoire/société | Sénégal
Source : Espace Faguèye

Français

Lettre ouverte au Consulat de France de Dakar, Sénégal
« critères d’exigibilités »

Après le refus de visa de Thione Seck, chanteur et du Pr. Oumar Sankharé, écrivain, deuxième africain agrégé en grammaire française après Léopold Sédar Senghor, l’Ambassade de France décide de refuser le visa de Mame Faguèye Bâ. Est-ce une signature anodine d’un représentant du premier Consul ou est-ce le Consul lui-même qui ne pouvait pas ignoré à qui il refusait ce visa ?

Est-ce l’ignorance d’un fonctionnaire ou une volonté délibérée, voire politique ? Ou est-ce à cause de son talent ou bien encore la modestie et la discrétion de cette grande couturière et costumière qui motive cette décision ? Ou encore plus grave, est-ce une équipe qui n’aurait aucune considération du pays où il sont ? Est-ce une équipe qui n’a rien à envier à l’esprit français de la période coloniale ?…

Après la tragédie de son kidnapping qu’a subi Mame Faguèye BÂ au mois de mai 2010. La styliste de renommée internationale serait « interdite de séjour » sur le territoire de Schengen par le consulat de France sous le prétexte que la chevalière des Arts et des lettres du Sénégal, reconnue comme première styliste d’Afrique en 2002 et premier prix des costumes pour « Tableau Ferraille » de Moussa Sène Absa, ne correspondrait plus « aux critères d’exigibilités » du Consulat de France de Dakar. Alors qu’elle a tout ce qu’il faut pour ce voyage et a fourni les preuves (invitation, prise en charge de son séjour par l’organisateur de « Black Fashion Week de Paris », billet aller/retour Dakar/Paris, carte bancaire et enfin une assurance maladie avec rapatriement).

Qu’est-ce qui a bien pu changer aujourd’hui pour ce consulat ? Alors qu’au mois d’août dernier Mame Faguèye a été en Italie et en France et que depuis des années elle entre régulièrement sur le territoire de Schengen, surtout d’ailleurs par le même Consulat qui lui a toujours octroyé le visa Schengen sans difficulté. Elle représente la création sénégalaise au Japon, Etats-Unis, Canada, etc… Et revient naturellement à son domicile de Dakar… Après sa prestation de costumière ou de styliste sans aucune intention d’obtenir un visa long séjour… Elle a toujours voulu rester au Sénégal avec la volonté de contribuer à développer son pays malgré différentes propositions de par son talent reconnu. Mame Faguèye BÂ doit participer à « Black Fashion Week » à Paris comme elle a participé d’ailleurs à « Black Fashion Week » à Prague novembre 2011 dernier, événement organisé par sa collègue Adama Paris.

Déjà que la démarche d’obtention du visa Schengen par l’ambassade de France relève du parcours du combattant. Un ticket est acheté 5 000 FCFA à ECOBANK pour avoir le droit d’appeler la société Africatel AVS pour un rendez-vous téléphonique de 12mn qui vous trouve enfin le rendez-vous avec un(e) fonctionnaire du consulat de France à qui vous donnez les arrhes de 40 000 FCFA pour le visa quelque-soit la décision du consulat.).
Mame Faguèye BÂ, styliste et costumière reçoit ce refus de visa comme une double peine de sa tragédie d’il y a deux ans. La France à travers son consulat à Dakar lui refuse de représenter dignement son pays le Sénégal par ses créations dans un grand événement à Paris. L’année 2011 pour elle, a été une année de reconstruction. Cela ne l’a pas empêché de créer et de participer à des événements majeurs dans son métier. Comme le FESMAN 2010 (fin décembre 2010) mais aussi à des défilés à travers le monde comme à Prague (territoire Schengen avec un court séjour en France en nov. 2011) mais aussi au FIMA 2011 en décembre dernier. Cette année l’Italie (territoire Schengen) l’a accueillie juillet/août 2012 dernier avec un séjour à Paris.

Je considère que si le Consulat de France persiste dans son refus, il empêcherait le travail d’ambassadrice de la mode que représente Mame Faguèye BÂ et la priverait de ses moyens de subsistance.

Je suis certain que ses paires à travers le monde et son public vont réagir vivement contre cette décision inacceptable de ce consulat qui n’a aucune considération de l’œuvre de cette artiste et de sa personne.

Copiez cette page avec l’article dans un nouveau courriel et transférez le à :
[email protected]
Partager :