Murmures

Festival d’oran du Film arabe 2013 – Un événement nanti d’hostilités
septembre 2013 | Faits de société | Cinéma/TV | Algérie
Source : L’Expression

Français

Par Wahib AïT OUAKLI / L’Expression
L’incompréhension des uns et l’hostilité délibérément affichée par les autres, notamment de la part des médias, « ghettoïsent » le festival.

Dès lundi, la deuxième ville du pays, Oran, sera la capitale du film arabe et ce, dans le cadre de la 7e édition du Festival d’Oran du film arabe, le Fofa. Celle-ci s’étalera du 23 jusqu’à la fin du mois en cours. Cette rencontre représente l’unique événement de cette ampleur exclusivement consacré aux productions cinématographiques arabes représentant cette fois-ci 14 pays.
Dans cette édition, 14 longs métrages, 18 courts métrages et 6 films-documentaires sont en compétition qui sera sanctionnée par différents prix. Les membres du jury des films du long métrage seront guidés par le réalisateur algérien Ahmed Rachedi. Il sera assisté par Carmen Loubos, (actrice libanaise), Amal Bouchoucha (actrice algérienne), Hassan Kechach, (acteur algérien), Anne-Marie Jacir, (scénariste, réalisatrice et productrice palestinienne) et Hatem Ali, (critique et homme de lettres algérien).
Pour le court métrage, on annonce vaniteusement la présence d’une grosse pointure dans le cinéma universel à savoir Alice Kharoubi, directrice du pavillon court métrage dans le marché du film au Festival de Cannes. Le même jury comprend le plasticien et écrivain Karim Sergoua et la comédienne algérienne Samia Mezaïne. L’Algérie sera représentée par les films longs métrages intitulés C’est dans la boîte de Djamil Beloucif et Jours de cendre d’Amar Si Fodil. Le premier film met en relief l’apport des habitants d’un quartier en pleine rénovation urbaine.


LIRE L’INTEGRALITE sur L’Expression
Partager :