Murmures

Wanuri Kahiu, la réalisatrice de RAFIKI, porte plainte contre le KFBC
septembre 2018 | Faits de société | Cinéma/TV | Kenya
Source : Communiqué / Press release

Français

Wanuri Kahiu, réalisatrice de RAFIKI, présenté à Un Certain Regard (Cannes 2018), porte plainte contre le KFBC (Kenya Film Classification Board)

Suite à l’interdiction de diffusion de son film dans son pays, le Kenya, Wanuri Kahiu a porté plainte le 10 septembre 2018 contre le KFBC (organisme de régulation des diffusions mandaté par le gouvernement kényan), et le procureur général du pays.

RAFIKI raconte l’histoire d’amour entre deux jeunes femmes à Nairobi au Kenya et a été dès le mois d’avril 2018 censuré dans son pays d’origine en raison de « son traitement de l’homosexualité et de son but évident : promouvoir le lesbianisme au Kenya, ce qui est illégal et heurte la culture et les valeurs morales du peuple Kényan » peut on lire dans le communiqué du KFBC.
Le KFBC en empêchant la diffusion du film viole plusieurs articles de la constitution qui protège la liberté d’expression et de création.
Pour Wanuri Kahiu : « Quand quelqu’un commence à porter atteinte à votre droit d’être créative et d’exercer votre travail cela devient un problème ».
(D’autant que cette interdiction, pourrait empêcher le film de concourir aux Oscars dans la catégorie du Meilleur film étranger.)
Premier film kényan projeté à Cannes, où il fut ovationné, RAFIKI sortira en France le 26 septembre (météore films).

Wanuri Kahiu est arrivée ce Jeudi 12 septembre en France pour rencontrer les journalistes jusqu’au jeudi 20 septembre.
Partager :