Murmures

Mamounata Nikiéma élue présidente de la Fédération nationale du Cinéma et de l’Audiovisuel du Burkina Faso
mai 2022 | Nominations | Cinéma/TV | Burkina Faso
Source : facebook Abraham Nébilibié Bayili

Français

Mamounata NIKIEMA, jeune réalisatrice et productrice burkinabè a été élue présidente de la Fédération nationale du Cinéma et de l’Audiovisuel lors de l’assemblée extraordinaire du samedi 23 avril 2022 à Ouagadougou. Seule candidate en lice, la directrice de Pilumpiku production a été portée à la faitière par acclamation par les délégué(e)s des associations membres. Elle est à la tête d’un bureau de neuf membres dont quatre femmes.
Titulaire d’un master en réalisation documentaire de création de l’université Saint Louis (Sénégal), Mamounata NIKIEMA mène une carrière de cinéaste depuis 2007 où elle étudiait au département d’Art et Communication à l’Université de Ouagadougou. En 2008, elle réalise son premier film, « Les Bénéficiaires », une fiction de 8 minutes avec l’appui de les films essentiels du scénariste et réalisateur burkinabè, Guy Désiré YAMEOGO. Dans la même année, elle accouche « Manges tu le riz de vallée ? » un documentaire de 8 minutes. C’est à partir de cette œuvre coproduite par les universités Gaston Berger (Sénégal) et Grenoble III (France) que décolle véritable sa carrière de documentariste.
En 2011, elle enfantera presque des jumeaux dans le documentaire. Ses bébés se nomment « Savoir raison garder », 54 minutes et « Une journée avec Aïcha », 13 minutes. A la date 23 avril 2022, un jour de son élection comme Présidente de la FNCA, Mamounata NIKIEMA compte à son actif sept (7) films documentaires réalisés.
Son dernier bébé né en 2021″L’Odyssée d’Omar » 77 minutes, a été sélectionné à la 27e édition du FESPACO.
Spécialiste en réalisation documentaire de création c’est à juste titre qu’elle est également formatrice depuis 2014 lors des résidences d’écritures de documentaires.
Mamounata NIKIEMA est aussi productrice de cinéma depuis 2011, année où elle a mis en gestation « Pilumpiku Production ». En tant que productrice, elle a été responsable de la fabrication d’une dizaine de films documentaires. Citons à titre d’illustration, « Circulation Ya Yélé » de Parfait KABORE, 26 minutes, 2014 collection « Afriques en vues » ; « Les Traces d’un Migrant » de Delphine YERBANGA, 70′, 2021-Coprod STEPS-Generation Africa, ARTE France ; « L’Odyssée d’Omar » de Mamounata NIKIÈMA, 77′, 2020-Coprod Les Films de la Pluie, TV 78- CNC-Procirep ; « Étincelles » de Bawa Kadade Riba, 62’56, 2019 Copro The Kingdom (France), TV5 Monde, TV FIL78, Avec le soutien de Jeune Création Francophone et du Centre de Cinéma et de l’Image Animée (CNC France) ; « Au fantôme du père » de Marie-Laurentine Bayala, 52 minutes, 2017 Avec le soutien du Ministère de la Culture des Arts et du Tourisme.
Très impliquée dans les réseaux de cinéastes au Burkina Faso (Africadoc Burkina, Guilde des scénaristes, Association des producteurs du Burkina Faso, Fédération Nationale du Cinéma et de l’Audiovisuel…), Mamounata NIKIEMA participe activement depuis plusieurs années au FESPACO comme présidente de commission ou membre.
En 2018 elle lance l’évènementiel Ciné-équipement et la plateforme digitale sur le cinéma Sulunsuku (www.sulunsuku.com).
Auréolée de ce background, Mamounata NIKIEMA a été élevée au titre de Chevalier de l’Ordre de Mérite, des Arts, des Lettres et de la Communication avec Agrafe ‘’Cinématographie », lors de la 27e édition du FESPACO.
Depuis le 23 avril 2022, elle est présidente de la Fédération nationale du Cinéma et de l’Audiovisuel pour un mandat de quatre ans.
Partager :