Murmures

Une journée BD à Lubumbashi
juillet 2002 | | Littérature / édition | République démocratique du Congo
Source : locale

Français

D’aucun pensent que les activités culturelles ne peuvent résister à une situation politique et socio-économique critique, comme celle que traverse actuellement la R.D.C. Il est vrai que les grandes manifestations qui faisaient autrefois la gloire du pays ont quasiment disparu sous les cendres des turbulences et des graves crises dans tous les domaines. La culture a été sensiblement émoussé, mais elle n’est pas morte, elle survie, on pourrait dire qu’elle hiberne dans l’attente pleine d’espoir des jours meilleurs.
Ainsi l’opération culturelle est devenue une véritable bataille contre le découragement des artistes et contre la tendance au mépris du grand public. Vraisemblablement, la lutte pour la subsistance a pris le dessus sur la lutte pour l’essor de ces valeurs pourtant admirables et originales.
Dans ce contexte particulièrement délicat, des jeunes artistes de Lubumbashi se sont rassemblés en transcendant leur convictions politiques et religieuses mais aussi leur appétit lucratif. Le Vicanos-Club, c’est ainsi qu’ils ont nommé leur corporation est ouvert à tous les domaines de l’art et de la culture, du moment qu’il a les moyens (même rudimentaires) de les traiter. A l’heure actuelle, le club comprend les branches « Audiovisuel », « Edition », « Théâtre », « Musique », « Conférences », « Spectacles et Productions », chacune oeuvrant de manière autonome sous la supervision d’un comité directeur. Cependant, il n’est pas rare que deux, voire trois branches se mettent ensemble pour réaliser une œuvre symbiotique. Nous pouvons citer le Dessin animé produit à la fois par les dessinateurs et les techniciens de l’audiovisuel ; les rencontres théâtrales fruits des branches « Spectacles et Productions » et « Théâtre » ou les grandes journées culturelles qui les rassemblent toutes.
Ce souci de produire est aussi doublé de celui de s’instruire sur son domaine. Hormis les lectures orientées, le club organise pour ses membres et pour les autres qui se sentent intéressés des séminaires, des conférences tenues par les sommités du monde des arts et de la culture de chez nous. C’est dans cette optique qu’il s’est tenu, le 22 mars dernier un séminaire sur l’art de la bande dessinée. Il convient de relever que la Bande dessinée est l’activité mère du Club.
Ce jour-là, la salle de spectacle de la Maison salésienne « Safina » était habillée aux couleurs de la bande dessinée. On pouvait voir celles de « Casterman » et « Dupuis » à couvertures cartonnées trôner aux côtés des planches locales en mal d’éditeur, les œuvres des véritables pionniers du domaine côtoyaient celle des amateurs.
Mais les jeunes artistes n’ont pas eu la prétention de présenter au public leur modeste connaissance, ils ont fait appel à des experts :
· Monsieur Jacky MPUNGU, professeur à la faculté des lettres de l’Université de Lubumbashi, spécialiste en communication sociale. La Bande dessinée est son domaine de recherche. Son exposé a porté sur les considérations générale sur de la bande dessinée.
· Monsieur MUKAZ MWIND ISWOT, enseignant à l’Institut Maadini, chargé de la culture à cet institut. Il s’est lancé avec ses élèves dans la réalisation des Bandes dessinées pour la sensibilisation de la prévention antipaludique. Son intervention s’est résumé en un exposé de son expérience avec les jeunes créateurs.
Partager :