Murmures

Français

Rwanda, Perec et moi
« J’aimerais qu’il existe des lieux stables, (…)  enracinés, des points de départ…le berceau de ma famille, le grenier de mon enfance, empli de souvenirs intacts… «  écrit Georges Perec.



Yvette Jallade Maestroni raconte l’absence du père et la nostalgie de ces choses qu’on n’a pas vécues, pas eu le temps de vivre, ces trous de mémoire qu’elle comble avec les mots de Perec dans un quête, un aller-retour poétique entre une colline du Rwanda, la figure sans contours du père, les collines de Ménilmontant-Belleville, un coin de lecture ou de musique chez un des amis de l’écrivain-frère.
Partager :