Murmures

Protestation de cinéastes africains au festival de Marrakech
septembre 2002 | | Cinéma/TV | Maroc
Source : Le Monde des 22-23 et 24 sept. 2002

Français

« La classification « cinémas du Sud » nous maintient dans une sous-section » ont souligné vendredi 20 septembre 2002 une douzaine de cinéastes d’Afrique et du Moyen-Orient invités par le Festival de Marrakech qui se tenait au Maroc du 18 au 22 septembre. On compte parmi les signataires du communiqué Raja Amari, Yamina Bachir-Chouikh, Mama Keita, Mahmat Saleh Haroun, Abderrahmane Sissako, Cheick Oumar Sissoko, Tahirou T. Ouedraogo, Ghassan Salhab, Elia Suleiman et Hany Abu-Assad. Ils s’affirment « très surpris que le festival, qui a pour ambition d’être le lieu de rencontre et d’expression de toutes les cinématographies, creuse d’emblée un fossé entre les auteurs ».

Daniel Toscan du Plantier a annoncé la création d’une formule conciliant stars occidentales et mise en valeur des réalisateurs des cinémas du monde.

Palmarès


Avant que le public ne puisse voir le film de clôture, Juste un baiser (L’ Ultimo bacio), le jury a décerné son palmarès ce dimanche 22 septembre : – L’Etoile d’Or du 2e Festival de Marrakech a été attribuée à « Go » de Isao Yukisada.
– le même film a obtenu le prix d’interprétation masculine attribué à Yusuke Kubozuka.
– Le prix spécial du jury est allé à Ben it Like Beckham, de Gurinder Chadha (Grande-Bretagne), réalisatrice d’origine indienne dont les films dévoilent la multiculturalité de la société anglaise.
– Le prix d’interprétation féminine a été décerné à Clara Khoury pour Le Mariage de Rana (Rana’s wedding) de Hany Abu-Assad (Palestine) (cf notre compte-rendu de Cannes 2002). Le réalisateur Hany Abu-Assad a reçu lui-même le prix en l’absence de son actrice e en a profité pour déclarer sa « honte au monde civilisé », accusant les Occidentaux de faire payer aux Palestiniens le prix fort de l’extermination des Juifs durant la seconde guerre mondiale- Le prix du scénario a été remis à L’ Oiseau d’argile (Matir moina) de Tareque Masud et Catherine Masud (Bengladesh). (cf notre compte-rendu de Cannes 2002).- Enfin, le prix de la mise en scène est revenu à Fernando Meirelles et Katia Lund pour La Cité de Dieu (Cidado de deus) (Brésil). (cf notre compte-rendu de Cannes 2002).- Quant au prix TV5 des cinémas du sud dont le jury était présidé par Yamina Benguigui, il a été attribué à Yamina Bachir-Chouikh pour Rachida. (Algérie) (cf notre compte-rendu de Cannes 2002).
Partager :