Murmures

Sud Plateau cherche des formateurs et du matériel
mai 2002 | | Cinéma/TV | Cameroun

Français

NOS BESOINS
Ils sont de deux ordres :
1 – BESOINS EN FORMATION.
Pour la réalisation de nos objectifs, nous avons besoin du soutien des Institutions ou de toute personne susceptible d’apporter un encadrement (même ponctuel) à nos activités de formation.
2 – BESOINS MATERIELS.
Pour plus d’efficacité dans nos activités de formation et de diffusion, nous avons besoin, entre autres de :
– matériel de projection (vidéo projecteur, projecteur 16mm et 35mm)
– matériel de prise de vue (caméra vidéo)
– matériel de prise de son
– matériel d’éclairage
– matériel de post production.
– MATERIEL INFORMATIQUE
– Un ordinateur
– Une imprimante
– Un scanner
(Tous ces matériels peuvent être de seconde main)


SUD PLATEAU
(Le Magazine du Cinéma, de la Télévision et de la vidéo)



CONTENU
En vue de contribuer à la promotion et à la vulgarisation du cinéma africain au Cameroun et sur le plan international, nous avons créé en 1998 un journal spécialisé dans l’audiovisuel intitulé SUD PLATEAU.

Ce journal se donne pour objectif :
– Etre un espace de réflexion et de débat sur le cinéma, la vidéo et la télévision.
– Etre un espace d’échange entre le cinéma africain et ceux d’ailleurs
– Faire connaître davantage au public africain le cinéma et les cinéastes africains

– SUD PLATEAU se présente ainsi :
– format magazine
– 12 pages
– 02 couleurs
– 10 rubriques
– 2000 exemplaire tirés à chaque édition




PRIX DE VENTE
– Ce journal coûte actuellement 200 F.cfa (2 Francs français). Mais nous souhaitons réduire ce prix et si possible distribuer gratuitement notre journal aux lecteurs. Ceci permettrait une plus large diffusion des informations cinématographiques et par conséquent augmenterait le nombre de personnes qui s’intéressent au cinéma africain.
– Pour atteindre cet objectif, nous comptons bien sûr sur le soutien de annonceurs mais aussi sur l’aide des institutions et des personnes susceptibles de soutenir ce projet.





RUBRICATION


1 – EDITORIAL
2 – DOSSIER
– Réflexion et débat autour de l’audiovisuel africain.
– Interviews des professionnels de l’audiovisuel.

3 – ZOOM
– Plein feu sur une action ou une initiative qui mérite d’être soutenue et encouragée.

5 – JUSTE POUR DIRE
– Critique des films

6 – FORMATION ET LEXIQUE
– Fiches de formation
– Regard sur une structure de formation

7- CA TOURNE !!!
– Les films en tournage.

8 – FILMS DU MOIS
– Présentation d’un film avec biofilmographie sommaire de l’auteur.

9 – FESTIVAL
– Nouvelles des festivals sur le continent et ailleurs.

10 – MONSIEUR CINEMA
– Cinéma et société
– Histoire du cinéma



CINE – CLUB GERARD ESSOMBA

PRESENTATION DU PROMOTEUR

LE GROUPE SUD PLATEAU
Ce Groupe existe officiellement depuis 1998.
Il exerce dans le domaine de l’édition et du cinéma.


EDITION
– Le groupe Sud Plateau est propriétaire du journal du même nom qui est un magazine de cinéma, de la vidéo et de la télévision.
– – Le Groupe est également éditeur de plusieurs autres titres : « Trait d’Union », « Bartimée », « Communion », « Cloche ». Tous ces journaux appartiennent à des Associations.


CINEMA
– Le groupe Sud Plateau met sur pied en 1999 le Programme „Sud Plateau Diffusion ». Ce programme a pour objectif d’assurer la promotion, la diffusion et la vulgarisation du cinéma africain dans les Universités, les Lycées et Collèges, les quartiers populaires des villes et dans les zones rurales
– En 2000, le Groupe Sud Plateau crée, en collaboration avec l’Institut Goethe (Centre Culturel Allemand) de Yaoundé, un espace de diffusion de films africains, de débat et de réflexion autour de ce cinéma et d’encadrement de jeunes intéressés par le cinéma. Cet espace qui est domicilié à l’Institut Goethe de Yaoundé est dénommé : CINE CLUB GERARD ESSOMBA.*
– La participation à toutes nos activités est gratuite.



NOS PARTENAIRES
Pour la réalisation de ses activités, le Groupe Sud Plateau bénéficie du soutien de .
– L’Institut Goethe de Yaoundé
– Le Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France au Cameroun.
– Le Comité International de la Croix Rouge (pour les projections dans les Hôpitaux et les casernes).

*GERARD ESSOMBA est le nom de l’un des meilleurs (et des plus anciens) comédiens africains à qui nous rendons hommage.
PRESENTATION DU CINE CLUB

RESUME
Dans le cadre de la contribution qu’il entend apporter au développement du cinéma en Afrique, le Groupe Sud Plateau met sur pied en partenariat avec l’Institut Goethe de Yaoundé, un espace de diffusion de film et d’encadrement des jeunes . Cet espace est dénommé Ciné club Gérard Essomba. Il est domicilié à l’Institut Goethe de Yaoundé.
En plus des projections des films pour le public, le Ciné Club organise régulièrement des ateliers de formation à l’intention des jeunes intéressés par les métiers de l’audiovisuel. Ces jeunes n’ayant pas la possibilité de se former dans une Ecole de cinéma, parce qu’il n’en existe pas au Cameroun.
NB : La participation à toutes les activités du Ciné Club est gratuite.

PROBLEMATIQUE
Au Cameroun, 70 % de jeunes se trouvent, à la fin de leurs études secondaires ou universitaires, exposés au chômage.
Cette situation est beaucoup plus dramatique pour ceux des jeunes qui ont choisi (par passion et par conviction) le cinéma comme profession. Car au Cameroun, il n’existe pas d’Ecole de cinéma et encore moins de structure de soutien à l’activité cinématographique.
Pourtant, le cinéma, en plus d’être un outil efficace au service du développement culturel et économique du pays, constitue une source d’emploi pour les jeunes.
Il est donc urgent, dans l’intérêt de la jeunesse et pour le développement du pays, de créer des conditions propices à l’exercice de la profession de cinéaste et à l’éclosion de nouveaux talents. Cela passe, entre autres, par la formation des jeunes et par la vulgarisation des films à faible budget. La réalisation de ce type de film étant, dans le contexte africain actuel, à notre avis, plus réaliste.

OBJECTIFS GLOBAUX
1 – Donner l’occasion au public de découvrir, de connaître et d’aimer d’autres films que ceux venus de Hollywood.
2 – Faire naître dans la population jeune un réel engouement pour le cinéma africain…..
3 – Encourager et encadrer les jeunes qui s’intéressent aux métiers du cinéma. Ceci en leur donnant quelques notions théoriques et pratiques par l’organisation ponctuelle des ateliers de formation.
4 – Soutenir les jeunes qui ont des petits projets (sérieux) de films, en mettant à leur disposition du matériel semi-professionel, pour la production de leur première ou seconde réalisation.


ACTIVITES

i – PROJECTIONS
Deux fois par mois, projection de deux films. Ces projections sont suivies d’un échange entre le public et le réalisateur ou l’un de nos invités choisi en fonction de ses compétences dans le domaine.

A ce propos, nous avons eu l’honneur d’organiser la sortie avant-première au Cameroun de plusieurs films :
– Novembre 2000 : « Pièces d’Identités », (Etalon de Yennega FESPACO 1999) en présence du réalisateur Mweze NGANGURA et du comédien principal Gérard Essomba.
– Novembre 2000 : « Nous ne sommes plus mort » , de François WOUKOACHE
– Novembre 2000 : « Confidences sourdes », de Owel BROWN (Côte d’Ivoire)
– Septembre 2ooo « Dutu » , de Richard LOBE
– Septembre 2000 « Andon », de François-Xavier NKOA
– juin 2000 : « Nanga Boko » , de Parfait Zambo.
– Juin 2001 « En attendant demain » de Lionel MANGA
– Septembre 2001 « Une si belle vie » de Arouna Njoya
– Décembre 2001 Rétrospective sur l’ensemble des oeuvres de Dikongué PIPA

II – PROJECTIONS ITINERANTES
Nous organisons de façon périodique des projections dans des Université, les Lycées et collèges, les quartiers populaires des grandes villes et dans les zones rurales.

II – ATELIER DE FORMATION
Nous organisons régulièrement des ateliers de formation à l’intention des jeunes :
– Août 2000 organisation d’un séminaire autour du thème : Apport des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) sur le développement du cinéma africain.
Séminaire animé par le réalisateur Jean-Pierre BEKOLO et Mr Jean-Marcel BELINGA BELINGA Directeur du GCNET (un fournisseur d’accès internet)
– Août 2000 : Echange entre les membres du ciné Club et une équipe de jeunes cinéastes canadiens
– Novembre 2000 : Atelier dirigé par le comédien Gérard Essomba, à l’intention des jeunes comédiens professionnels
– Novembre 2000 : Atelier sur l’analyse cinématographique. Atelier dirigé par le cinéaste François WOUKOACHE.
– Décembre 2001 : Atelier d’initiation à l’écriture cinématographique et à la réalisation. A l’issue de cet atelier, quatre courts métrages ont été réalisés par les participants Atelier dirigé par Dikongué PIPA

III – PRODUCTION
Nous nous proposons de produire, avec l’aide de nos partenaires, des petits films à l’issu de chaque atelier.
– Septembre 2000 : Production d’un court métrage fiction : „Une rencontre sur le net »de l’aspirante réalisatrice Flavie NGAH.
– Novembre 2000 : production d’un film radiophonique : „Le Crabe „ de Gérard Essomba.
– Avril 2001 : Coproduction du court métrage « Dossier sanitaire », de Parfait ZAMBO
Partager :