Murmures

La pression islamiste sur les cinéastes du Nord-Nigeria
juin 2008 | | Cinéma/TV | Nigeria
Source : communiqué / media alert

Français

La situation des professionnels du cinéma à Kano, une grande métropole du Nord Nigeria ou l’on produit 700 films par an, est critique.

Les cinéastes ont été relativement libres malgré l’instauration de la loi Islamique en 2001, mais depuis un an la situation a dégénéré. Aujourd’hui les cinéastes sont contraints de respecter de nouvelles règles qui les empêchent de s’exprimer librement. De plus, ils subissent harcèlement, violences et parfois destruction de leurs biens par des milices religieuses.

En plus d’avoir interdit tout chanson et danse dans les films, la commission de censure a durci les règles de la profession :
– Tous les scripts sont soumis au préalable à la censure avant tournage.
– Tous les professionnels travaillant sur un film doivent être accrédités par la commission de censure.
– Les tournages de nuit sont interdits.
– Les vêtements transparents et près de corps sont interdits pour les acteurs et actrices.
– Les chants et la danse sont interdits dans les films.
– Les lieux de tournages doivent être déclarés à la commission de censure.

A ces restrictions de liberté, une campagne a été menée dans les médias et les mosquées pour dénigrer les cinéastes. Des mesures de harcèlement et d’intimidation ont été prises à l’encontre des cinéastes « non-conformes ».

– Mars 2008 : des centres de répétition d’artistes ont été incendiés par des membres de la « Hisbah » (milice islamistes)
– 22 Mars 2008: les militants de la « Hisbah » ont attaqué et incendié le domicile d’une actrice les plus en vue à Kano, Zainab Umar (Raga). Humiliée et molestée en public devant chez elle, elle a été enlevée et détenue en prison toute une nuit.
– 10 Mai 2008 : Hamisu L. Iyantam, un des comédien les plus prisé dans les films haoussa, a été arrêté et détenu durant 5 jours.
– Mars 2008 : une publication au nom du « forum de protection des valeurs islamiques » a été diffusée dans mosquées de Kano. Les cinéastes sont accusés d’êtres des « agents des juifs et des organisations non gouvernementales » qui veulent détruire les valeurs de l’Islam auprès de la jeunesse.
– Mars – Avril 2008 : La police de Kano procède à des arrestations de commerçants et fait retirer le la vente le film « Hafsa », réalisé et produit par Sani Muazu avec l’appui de la BBC. (Film sur la problématique du VIH en direction des jeunes).

Le syndicat MOPPAN (Motion Picture Practitioners association of Nigeria) a introduit un recours devant la cour fédérale du Nigeria contre la Commission de Censure de Kano pour ses agissements contraires à la loi Fédérale. Les Professionnels du cinéma du Nord-Nigeria s’inquiètent des menaces qui pèsent sur eux et sur les atteintes aux libertés dont ils sont victimes. C’est un secteur tout entier qui est menacé et qui jusqu’à présent produisait 1/3 de la production de films au Nigeria (Nollywood) et emploie 20 000 personnes.

English

Cannes, May 19. The Islamic authorities in Kano, a key film-making region in Northern Nigeria, have launched an unprecedented attack on filmmakers and freedom of expression in recent months.

In February this year, the Kano State Censorship Board ruled that singing and dancing were no longer to be allowed in films. The measure has struck hard because musical films are immensely popular among Kano’s population of 10 million, making up the vast majority of the 700 or so films produced each year.

The Kano censors have also decreed that actors must not be seen wearing see-through or close fitting clothes, and that films must not be shot at night. Film scripts are also strictly vetted to ensure they comply with Islamic values. Many filmmakers have left the state to work elsewhere.

Anyone working in the film industry in Kano has to register with the authorities and sign a declaration promising to « observe and respect religion, culture public interest » and to « discourage free mingling of opposite sexes for the whole night during production. »

In addition to the censorship measures, filmmakers are suffering intimidation, harrassment, unlawful arrest and detention:
– March 2008 : Recreational centers where theater actors were performing were set on fire by Islamic militants.
– March 22:,2008: Islamic militants raided the home of popular actress « Raga », Zainab Umar, and arrested her and held her in custody.
– May 10,2008: Hamisu L. Iyantam, a popular Hausa actor and producer, was arrested and held for five days.
– March 2008: Pamphlets were distributed in mosques in Kano by a group calling itself « Islamic Values Protection Forum » accusing Hausa filmmakers of working « as agents of Jews and NGOs » out to destroy Islamic values among youths.
– March-April 2008: Kano police arrested shopkeepers and seized copies of the AIDS themed film « Hafsa », directed and produced by Sani Muazu with funding from the BBC.

The Motion Picture Practitioners Association of Nigeria (MOPPAN) has filed a suit against the Censorship Board with the Federal High Court of Nigeria for acting contrary to federal law. Northern Nigerian filmmakers are extremely concerned about the threats against them and their industry, which is responsible for produing a third of the films made in Nigeria each year and employs 20,000 people.

Ahmad Sarari, Vice President of MOPPAN, has travelled to Cannes in the hope that the international filmmaking community will support his association’s efforts to preserve freedom of artistic expression in Nigeria. « We want the world to know what is happening in Kano.The rule of law must prevail, » Mr Sarari said in Cannes Monday.
Partager :