Murmures

Le CNA au festival de cinéma africain de tarifa
juin 2009 | Bilans d’événements culturels | Cinéma/TV | Espagne
Source : communiqué de presse

Français

Du 19 au 29 Mai 2009, le Cinéma Numérique Ambulant a participé au projet Cinénomade sur les deux rives dans le cadre de la sixième édition du Festival de cinéma africain de Tarifa. Ce projet a pour ambition de décentraliser la diffusion des films sélectionnés au festival de Tarifa, et de renforcer le pont culturel entre le Sud de l’Espagne et le Nord du Maroc.
Au programme, 11 localités, et 11 films projetés. En avant goût, l’après midi, le Studio Numérique Ambulant, qui propose aux passants d’incruster leur photo sur un photogramme extrait de films africains issus de la médiathèque du festival. Ce projet a été rendu possible grâce au soutien de Mitsubishi Electric.

Arcos de la frontera / Sexe, gombo et beurre salé – M-S. Haroun
La Linéa de la Concepcion / Les anges de Satan – A. Boulane
Benalup / Cœurs de femmes –D. Sordella et P. Benedetti San Roque / Amour, sexe et mobylette –M.S. Bazzoli C. Lelong
Jiména de la frontera / Yaaba, la grand-mère –I. Ouédraogo Castellar / Cœur de lion –B. Diallo

Tanger / Route à Hansala –C. Gutiérrez Tétouan / Un fiancé pour Yasmina – I. Cardona

Algéciras / Le chaos –Y. Chahine Los Barrios / Sous le même ciel –S. Munt

Tarifa / Cartas de Alou –M. Armendariz

Pour réaliser ce projet, une équipe cosmopolite !
L’équipe se compose de neuf membres:
– La photographe, Fatoumata Diabaté, élève sortante du Centre de Formation Photographique (CFP) et lauréate du « prix de la francophonie » lors des rencontres photographiques de Bamako 2005.
– La Coordinatrice du CNA, Virginie Seguinaud assistée de Jérémy Haler (stagiaire) et d’ Aminata Sylla.
– Le technicien du CNA Mali, Bourama Bouaré.
– Le graphiste, Eduardo Gimenez.
– Notre guide andalou, Manolo Ruiz Mateos.
– Le cameraman, Federico Martin.
– Notre traducteur, puisque nous parlons à nous tous 5 langues, Médhi Souissi.


Sur les deux rives…
En Andalousie, sur les places des villages…
Le Studio Numérique Ambulant retrouve immédiatement son succès bamakois : pas de pudeur ni de méfiance, les gens arrivent, font la queue, trépignent pour obtenir leur photo, rient devant celles de leurs amis ou famille exposées sur le panneau à l’entrée du studio. Le SNA victime de son succès donc, puisque dès la première semaine, l’angoisse du manque de papier photo se fait sentir ; un nouveau rouleau est commandé ! Les projections de films sont un peu moins festives, le vent contribue à faire sa place dans le public…

Au Maroc, on arrive en Afrique …
Tanger, 25 mai
Après quelques heures à la douane…Sur la place de Tanger où nous montons le studio, des centaines de passants, surtout des enfants, s’arrêtent, regardent… 5 minutes et nous sommes dépassés par le monde.
Un groupe de sécurité vient nous assister ; 6 gaillards veilleront sur notre équipement toute la journée. Les quotas du SNA explosent ; on est à 80 photos….La projection du film « retorno a Hansala » de Chus Gutiérrez est très émouvante ; le film évoque les départs en barque des jeunes africains vers l’Europe, et un jeune marocain vient témoigner de son expérience au public. Le tout est animé par les gamins des rues tentant de piquer le micro pour s’y exprimer…pas forcément à propos du film.
Tétouan, 26 mai.
A Tétouan, se confirme une tendance remarquée à Tanger : peu de femmes sur nos photos du SNA. Alors, on les démarche, on les privilégie ! Mais même quand elles se font faire un portrait, il y a toujours un tabou : le panneau d’exposition et le diaporama ; elles ne veulent pas que leur photo soit exposée ou projetée ; pudeur de femme par rapport à son mari, pratique liée à l’Islam… Nous ne pouvons que respecter leur choix, qui nous donne à réfléchir.

Retour en Espagne…
Notre petite équipe cosmopolite fait l’épreuve de la diversité des nationalités et des droits qui s’y rattachent…Les deux Maliens de l’équipe restent quelques heures de plus au Maroc. « Visa à entrée unique »…il faut donc refaire un visa dans la journée. Comme tout se finit bien, on en sourit, après…Nos trois dernières projections se font sous le vent grandissant, tout vole : l’écran en cours de montage, les photos de l’exposition finales à Tarifa, les panneaux d’exposition, les nattes sur le toit et par terre, la porte du camion….On nous annonce un ouragan pour la dernière…Mais le CNA a raison du vent et les dernières projections peuvent se faire !

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter notre site
www.c-n-a.org
et celui du festival de cinéma africain de Tarifa
http://fr.festival.fcat.es
Contact presse CNA
Virginie Seguinaud + 33 6 61 64 40 80
Partager :