Murmures

1er compte-rendu de tournée pour La fanfare des fous de Soeuf Elbadawi
août 2009 | Bilans d’événements culturels | Théâtre | Comores

Français

La compagnie de théâtre O Mcezo* s’est installée à Ntsudjini (Ngazidja) pour sa première date de tournée dans les villes et villages de l’archipel des Comores. Sept jours de répétitions sur une place publique (lebangwe lo pvo Singani) pour La fanfare des fous, un spectacle de Soeuf Elbadawi sur la dépossession citoyenne. L’occasion pour les comédiens de la compagnie de faire plus ample connaissance avec le public du « lieu ». Ils ont ainsi été accueillis dans les familles, en accord avec les principes qui motivent cette tournée, à l’occasion de laquelle « on défend une certaine vision du théâtre. Une vision basée sur les notions de solidarité et de partage. Notre projet questionne la cité, interroge ce qui fonde nos communautés. Les enjeux pour nous ne se situent pas au niveau du show, mais plutôt dans notre capacité à intégrer une communauté de vie donnée. Voilà pourquoi nous nous installons dans les villages pour au moins cinq jours, avec des rencontres, des performances, des répétions de spectacle en partie publiques, et où il s’agit moins de faire l’acteur que de donner une image citoyenne de ce que l’on fabrique sur notre plateau » explique Soeuf Elbadawi, directeur artistique de la compagnie.



A l’occasion de cette tournée, un stage d’initiation aux pratiques théâtrales s’est tenu sur la place Singani durant trois jours avec des jeunes du Scout Ngome, structure associative et principal partenaire de la compagnie O Mcezo* dans ce chef-lieu de la préfecture de l’Itsandra Hamanvu. Une gungu performance a ensuite été orchestrée dans l’après-midi du samedi 1er août 09 dans la cité des ngome. Elle portait sur la délinquance juvénile et sur l’usage des stups. Les jeunes de Ngome et leurs complices de la compagnie O Mcezo* ont imaginé un personnage nommé Ndzumari, ligoté, enfariné et traîné dans les ruelles par des hommes habillés en femmes et des femmes travesties en hommes, poursuivi par une foule de minots en culottes courtes, huant le « pestiféré », en scandant des slogans anti-drogue sous forme de chansonnettes. Samedi soir s’est aussi improvisé un débat sur le lieu des répétitions du spectacle par rapport à la poursuite ou non du projet… dans la mesure où deux personnalités de la communauté de Ntsudjini venaient de décéder. Le théâtre pouvait-il déroger à la règle imposant le deuil à toute manifestation publique à caractère festif ? Le public s’est montré partagé à cette question. Certains auraient voulu que les représentations prévues samedi et dimanche soir de La fanfare des fous aient lieu.



« Le théâtre ne peut être considéré de la même manière que les autres activités dans la ville. Par ailleurs, on interdit la tenue de ces représentations à cause du deuil, mais ce n’est pas pour ça que les fêtes de mariage prévues ce week-end vont être annulées. Ceux qui imposent cette loi au théâtre seront les premiers à vouloir la contourner au nom du anda, qui est une tradition festive touchant tout le monde ». D’autres personnes dans le public présent à ce débat ont trouvé l’exercice quelque peu périlleux. « Nos vieux notables ne comprendront pas. Qu’il y ait du théâtre pendant qu’ils enterrent un mort sera difficile à avaler. Il faut donc leur expliquer ce que c’est. Car il n’est pas évident qu’ils comprennent ce que signifie le travail scénique engrangé sur la place durant ces derniers jours par nos amis d’O Mcezo* ». Un délégation est partie voir les « Anciens » (ndo wazee) pour négocier. Ces derniers se sont montrés réservés, et O Mcezo*, en accord avec son partenaire, le scout Ngome, a décidé de respecter le deuil pour ne pas heurter les susceptibilités inutilement. « Nous sommes venus jouer pour servir une communauté au nom d théâtre. Ette communauté est en deuil. Il est normal que l’on respecte ce deuil. Si les notables comprennent mieux la tenue du djeleyo ou du mwaliko, tous instants liés aux fêtes de mariage traditionnel, durant ce deuil, c’est normal. Le théâtre est quelque chose de nouveau qu’il nous faut d’abord leur expliquer. Notre théâtre en l’occurrence n’invite pas à la fête mais plutôt à parler de la mort du citoyen » commente Soeuf Elbadawi.



Des rencontres, un stage et une performance ont quand même eu lieuà Ntsudjini durant ces dix derniers jours, en plus des répétitions publiques du spectacle La fanfare des fous. « Nous avons eu le temps de raconter notre histoire au public de Ntsudjini, qui a suivi nos répétitions en live, et qui reprends déjà les textes, les prières et la geste de la Fanfare des fous dans les rues. Les jours passés aux côté de nos frères et sœurs du Scout Ngome ont été utiles. Les gens ont eu le temps desaisir notre démarche. J’imagine que c’est pour cette raison que certaines personnes se sont indignées à l’idée que l’on ne puisse pas jouer La fanfare. Or les représentations de La fanfare ne sont qu’un aspect du projet global. Je crois sincèrement que les jours passés à Ntsudjini ont permis de montrer à beaucoup que le show n’était pas le plus important dans ce que l’on fabrique sur le plateau. Le théâtre pour nous est une manière de rassembler et de questionner le citoyen. Ce que nous avons quand même réussi à faire malgré ce deuil touchant les deux derniers jours. Donc nous partons confiants par rapport au public de Ntsudjini, et nous espérons surtout que ce public saura expliquer pourquoi nous n’avons pas joué ce week-end. Nous partons aussi avec l’idée d’avoir contribué à érire une nouvelle page (unkade) pour l’histoire du théâtre dans ce pays » conclut Soeuf Elbadawi.



Dimanche 2 août 09.



prochaines dates après Ntsudjini



du 03 août au 08 août 09 Fumbuni

du 08 août au 11 août 09 Iconi

du 11 août au 16 août09 Ouani

du 16 août au 21 août 09 Mirontsi

du 21 août au 22 août 09 Mutsamudu
Partager :