Murmures

1ère édition de « la nuit des journalistes culturels » au Bénin
janvier 2010 | Bilans d’événements culturels | Média | Bénin
Source : Arts et Cultures au Bénin

Français

Hector Tovidokou a placé la barre très haute !
Et c’est désormais une réalité. Désormais et chaque année, on parlera de la nuit des journalistes culturels du Bénin ». La première édition s’est déroulée samedi 02 janvier à l’Hôtel Bénin Horizon, sis dans la rue de la Pharmacie Cadjehoun. D’une capacité de 100 places, d’un décor high classe et d’un système de climatisation exceptionnel, le restaurant « Tado » de l’hôtel Bénin Horizon avec son équipe de service ont imprimé une chaleur toute particulière à la cérémonie festive des journalistes culturels.

« Il fallait le faire. Il était urgent qu’une initiative du genre vienne coter les journalistes spécialisés dans l’animation des événements festifs notamment ceux culturels. « La nuit des journalistes culturels béninois » a été initiée pour reflechir autrement sur l’animation culturelle et trouver les voies et moyens pour rendre le secteur dynamique. C’est aussi une manière de sacrifier à la tradition des fêtes de fin d’année ». Ce sont là, les objectifs de la première édition de la nuit des journalistes, a confié Hector TOVIDOKOU, président du Comité d’organisation. La première partie de la cérémonie est consacrée à des échanges entre journalistes et promoteurs culturels. La deuxième partie a été gastronomique avec des plats locaux et des boissons locales. Plusieurs personnalités de la presse béninoise, directeurs techniques du ministère de la culture et de grands promoteurs culturels tels que Ali Syssi Wassi, président des promoteurs d’événements au Bénin, président du Golden Inter Promo, Aza David, directeur de l’Agence Bénin culture, Ousmane Aledji, directeur de Arttistik Bénin pour ne citer que ceux-là. Parlant de la presse, nous pouvons noter la présence, de Pascal Zantou, un doyen de la presse culturelle, Kokouvi Eklou, président de l’Association des journalistes culturels du Bénin (Ajcb), le doyen Soulé Issiaka.
Partager :