Murmures

Un député UMP qualifie le nouveau film de Rachid Bouchareb de « négatif et négationniste »
avril 2010 | Faits de société | Cinéma/TV | Algérie

Français

L’AFP indique que le député français UMP des Alpes-Maritimes, Lionel Luca, a fustigé le caractère « négatif et négationniste » du dernier film du Franco-algérien Rachid Bouchareb, « Hors-la-loi ». Le film fait référence au massacre de Sétif, en 1945. L’élu n’a pas encore vu le film. Il sera présenté en sélection officielle au Festival de Cannes de mai 2010.
Le député UMP Lionel Luca dénonce une « falsification » de l’histoire : « Bouchareb est un partisan (…), un irresponsable qui met le feu aux poudres de manière insupportable », a-t-il déclaré à l’AFP. « Autant Indigènes était dans un esprit positif de réhabilitation, autant celui-ci est dans un esprit négatif et négationniste. Ça ne va pas se passer comme ça », a-t-il menacé.
Hors-la-loi a été produit avec des fonds algériens, français et belges. Ecrit par Rachid Bouchareb et son complice habituel Olivier Lorelle, le scénario de Hors-la-loi retrace la trajectoire jusqu’en 1962 de trois frères dont la famille a été chassée de ses terres et qui survivent aux massacres de Sétif en 1945. Se retrouvant en France, deux d’entre eux militent pour l’indépendance de l’Algérie, confrontés à l’incompréhension du troisième. La bataille de Paris, qui oppose le FLN à la police française va les broyer et les déchirer. Une page d’histoire qui évoquera aussi entre autres la guerre d’Indochine et les événements du 17 Octobre 1961 à Paris où la police réprima dans le sang une manifestation s’élevant contre le couvre-feu imposé aux travailleurs algériens dans la capitale française.
Pour Rachid Bouchareb, il s’agit de « faire la lumière sur ce pan de l’histoire commune aux deux pays » et de « rétablir une vérité historique confinée dans les coffres », a-t-il confié au journal algérien El Watan.
Partager :