Murmures

Le décès du comédien guinéen Moussa Keïta
mai 2010 | Décès de personnalités culturelles | Cinéma/TV | Guinée

Français

Vendredi 28 mai 2010 au soir s’est éteint à Conakry le comédien guinéen Moussa KEÏTA.

Ancien artiste national puis directeur adjoint du Ballet National DJOLIBA créé sous le régime de feu Sékou TOURE, Moussa KEÏTA avait poursuivi sa carrière comme comédien au sein de la compagnie de Théâtre Sodia basée à Conakry. Il a participé à de nombreuses série TV de La RTG, Radio Télévision Guinéenne.

Il a également pris part à de nombreux tournages de réalisateurs guinéens, entre autres : Blanc d’Ebène et Le Ballon d’Or de Cheick DOUKOURE et
Il va pleuvoir sur Conakry de Cheick Fantamady CAMARA.

Je l’avais rencontré pour la première fois en 1990 pour le tournage de mon film Djembefola.

Moussa était artiste mais aussi militaire et grâce à ses galons de capitaine, il nous avait permis de franchir sans encombre les nombreux barrages routiers pour filmer le retour dans son village, 26 ans plus tard, de son frère, le maître de djembé Mamady KEÏTA.

Quelques années plus tard, 93-94, il avait tenu le rôle de l’oncle accueillant chez lui, à Conakry, »l’Enfant Noir » arrivant de son village Kouroussa et qui découvrait la capitale Conakry.

En 2000, avec Pierrot BIDON, grand metteur en scène circasien récemment disparu, nous l’avions choisi pour tenir le rôle du griot dans la première création du Circus Baobab : entre chaque tableau de danse ou d’acrobatie, Moussa revenait sur la scène pour conter « la légende du singe tambourinaire » qui servait de trame au spectacle.

Durant cette immense tournée à travers son pays, Moussa KEÏTA avait su, par sa simple voix, par son talent d’artiste, retenir l’attention de foules immenses réunies sur les stades de football des grandes villes de Guinée…

Sa disparition laisse un vide immense dans le monde des artistes de Guinée, d’Afrique ou d’ailleurs…

Que son âme repose en paix
Laurent CHEVALLIER – cinéaste
Partager :



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications