Murmures

« Pitsha la manga kalina udowo », un projet pluridisciplinaire
novembre 2010 | Projets culturels | Arts plastiques | France
Source : Communiqué Washko Ink

Français

Ce projet mené par Soeuf Elbadawi, auteur et metteur en scène, comorien, avec la complicité de Didier Nadeau, photographe, français, dans les quartiers Nord de Marseille, s’est achevé ce week-end, avec la restitution publique de la parole collectée auprès des Comoriens de Kallisté et des Rosiers, dans le cadre du festival Les Rencontres à l’échelle.

Un programme en deux soirées (mshindo mcezo), samedi et dimanche, à l’affiche du théâtre des Bancs Publics. Avec la participation notamment de Baco, artiste, de Mnemoi Ibrahim, mkalimani, de Laurent Provost, comédien, du duo Kassim & Djeff, tous deux animateurs, de Lisette Delapeyre, médiatrice sociale, des associations de femmes mahoraises Kallisté et des Rosiers, de Aboudou Soilihi et des frères Madi Chadhuili et Chabani.

Des propositions à caractère pluridisciplinaire (musique, théâtre, image, son et danse), qui venaient ponctuer la petite campagne d’affichage de ce journal mural portant haut le titre de Pitsha la manga kalina udowo. Un projet dont les contours mouvants se ré-inventent en s’ajustant au quotidien et aux préoccupations des personnes rencontrées. En langue shikomori le mot manga signifie « un ailleurs », qui serait endroit d’étrangeté mais aussi d’émerveillement, un ailleurs lié au voyage.
Ce journal résonne dans ce territoire français telle « une interrogation de migrants inscrite dans les humeurs du vent qui tourne » selon Soeuf Elbadawi.
Pitsha la manga kalina udowo est un projet coordonné par les Bancs Publics, lieu d’expérimentations culturelles à Marseille, en coproduction avec Marseille Provence 2013, soutenu par les Centres sociaux de Kallisté et des Rosiers, la DRJSCS, de la DRAC PACA dans le cadre du dispositif Identités, parcours et mémoire, et de la Préfecture des Bouches-du-Rhône.

A noter également : la participation à un débat sur « l’Afrique humiliée » de Soeuf Elbadawi lundi soir, toujours dans le cadre des Rencontres à l’échelle, à l’Ecole centrale, à Marseille, aux côtés entre autres de Aminata Traoré, ancienne ministre de la culture du Mali, auteur du Viol de l’imaginaire (Actes Sud). Un débat animé par Gérard Paquet de Planète Emergence.

Plus d’infos sur Pitsha la manga kalina udowo, sur le site des Rencontres à l’échelle: [ici]
Partager :