Murmures

Discussion animée du milieu professionnel pour « réveiller » le cinéma tunisien
février 2011 | Divers | Cinéma/TV | Tunisie
Source : next.liberation.fr

Français

Pour une renaissance de l’association des cinéastes tunisiens (ACT), confisquée par Ali Laâbidi.
Natalie Levisalles de Libération, décrit la première réunion de ce que la Tunisie compte de cinéastes, monteurs et techniciens, afin de faire repartir l’Association des cinéastes tunisiens (ACT) qui avait été confisquée par Ali Laâbidi.
« Il se passe ici la même chose que dans toute la société tunisienne : les citoyens investissent les structures associatives, culturelles et professionnelles avec l’énergie du néophyte. A l’ordre du jour, la constitution du nouveau bureau de l’ACT. Dans la grande salle, 200 hommes et femmes, certains ne se sont pas vus depuis des années, ils se tombent dans les bras. D’abord, une minute de silence aux morts de la révolution, puis les interventions commencent. Un mélange d’enthousiasme, d’invectives, d’envolées lyriques et loghorréiques. Cela évoque les images de la Sorbonne en 1968, y compris la densité de nicotine qui flotte au-dessus des têtes, mais avec beaucoup moins de violence et aucune trace d’idéologie. »
« Chasse aux sorcières ».« C’est une thérapie de groupe, comme partout, et c’est nécessaire », soupire Ibrahim Letaief, réalisateur de Cinecittà. « Il faut mettre l’aristocratie du crime cinématographique hors circuit, mais nous ne sommes ni Robespierre ni Saint-Just, il ne faut pas de chasse aux sorcières », dit un homme calme. »
« Un jeune intervient : « On dirait une réunion des Alcooliques anonymes pour cinéastes dépressifs. On a compris, on arrête de raconter nos vies, Ali Laâbidi, on en n’a rien à foutre. Pour la première fois, nous pouvons être unis et fiers de notre pays. Il ne s’agit pas de jeter les vieux ou les jeunes. On va travailler ensemble. » L’assemblée demande la destitution définitive d’Ali Laâbidi et programme l’élection du bureau pour la semaine suivante. »
Extraits d’un article rédigé par Natalie Levisalles de Libération le 1 février 2011.
Pour lire l’intégralité : http://next.liberation.fr/culture/01012317174-tunis-le-reveil-des-salles-obscures
Partager :