Murmures

Kossi Efoui à Lubumbashi
avril 2011 | Projets culturels | Littérature / édition | République démocratique du Congo

Français

Du 21 au 23 avril 2011 à l’Institut Français de Lubumbashi
Jeudi 21 avril / Halle de l’Etoile
11h00 : CONFERENCE DE PRESSE IO (TRAGEDIE)
17h00-19h00 : ECRIRE LA VIOLENCE SANS VIOLENCE, table ronde animée par Ramcy Kabuya et Pénélope Dechaufour avec Kossi Efoui.

Vendredi 22 avril / Dire et Ecrire / Centre d’Art Picha / 17h30 / Entrée gratuite
CARTE BLANCHE A KOSSI EFOUI,
Extraits du roman L’ombre des choses à venir de Kossi
Efoui, lu par l’auteur.

Samedi 23 avril / Théâtre / Halle de l’Etoile / 18h00 / Entrée: 500 FC
Création IO (TRAGEDIE)

une pièce de Kossi Efoui par la compagnie Mulao.

Le fil conducteur de la pièce est la marionnette d’Io, figure mythologique du Prométhée enchaîné d’Eschyle, et la tentative désespérée d’une troupe de théâtre, La Grande Royale, de représenter la tragédie antique. Io, violée par Zeus, exilée et condamnée à l’errance, accouchera, sur le sol africain, de l’enfant issu du viol. En Afrique, aujourd’hui, à la lisière d’un marché aux fétiches, de ce lieu où « l’on vient…montrer qu’on n’est pas fracassé par la situation fracassée », les personnages, comédiens survivants de La Grande Royale, nous diront comment, d’années de guerre en années débrouilles, il y avait là un théâtre, puis un centre d’accueil où, de jeunes filles violées – déclinaisons contemporaines d’Io – ont pu trouver un abri pour accoucher. Là est né Le Fils de la Mère, c’est par sa voix que nous revient le cri antique et que l’espoir se propage comme un envol qui prend sa source au carrefour d’une Afrique qui ne s’est pas fossilisée : sur les traces de l’outrage peut avoir lieu une autre histoire… « Le miracle n’est pas de marcher sur l’eau mais sur la terre » ! Rencontres avec l’auteur et l’équipe artistique à l’issue de la représentation.

Kossi Efoui :


Kossi Efoui est né à Anfoin au Togo le 30 décembre 1962. Etudiant à l’Université du Bénin à Lomé, il obtient une maîtrise de Philosophie. Sa participation aux mouvements étudiants des années quatre-vingt, durement réprimés par le régime, le conduit à se réfugier en France. Passionné de théâtre, il publie plusieurs pièces, dont certaines sont jouées avec succès sur les scènes européennes et africaines. En 1989, il remporte le prix du Concours Théâtral Interafricain de RFI pour sa pièce « Le Carrefour ». Lauréat en 1992 du Prix de la Délégation à la langue française, et du Prix Nouveau talent Radio SACD en 1993, il obtient en 1997 l’aide à la création dramatique du Ministère de la Culture pour « Que la terre vous soit légère », son deuxième roman, qui le consacre auprès du public comme une des grandes voix de la littérature africaine contemporaine. En 2008, l’Agence française pour le Développement lui décerne le Prix Tropiques pour son roman « Solo d’un revenant » et en 2009 il est lauréat pour le même ouvrage, du prix Ahmadou Kourouma et du Prix des Cinq Continents délivré par l’OIF. Il vit en France depuis une vingtaine d’années et vient de publier son quatrième roman « L’ombre des choses à venir » aux Editions du Seuil.
Partager :



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications