Murmures

L’Egypte et l’OIF signent un accord de coopération
mai 2011 | Faits de société | Histoire/société | Égypte

Français

Des capacités de travail en français renforcées
L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) vient de conclure le 27 avril, à Paris, en son siège, avec les autorités égyptiennes, un mémorandum pour le renforcement des capacités de travail en français des diplomates et fonctionnaires égyptiens.

Signé par Monsieur Clément Duhaime, Administrateur de l’OIF, Monsieur Nasser Kamel, Ambassadeur de la République arabe d’Egypte en France, et les représentants de la République française, de la Communauté française de Belgique et au Grand-Duché de Luxembourg, partenaires de cet accord, ce document prévoit la mise en œuvre, sur une période de trois ans, d’un plan de formation au français de 1500 diplomates et fonctionnaires égyptiens, spécialisés dans le suivi des questions multilatérales et susceptibles, pour certains d’entre eux, de travailler auprès des organisations internationales.

L’Egypte exprime par cet accord sa volonté de retenir les compétences linguistiques parmi les critères d’avancement et d’affectation de ses fonctionnaires et de faire progresser l’usage du français dans les interventions de ses diplomates dans les organisations internationales, notamment aux Nations unies et à l’Union africaine.

Poursuivant activement son appui à l’enseignement du français, la préservation de son statut et de son usage dans les organisations internationales, l’OIF met en place un programme de coopération qui assure actuellement la formation de plusieurs milliers de fonctionnaires par an, appartenant à l’espace européen. Pays membre de l’OIF depuis 1983, l’Egypte est le premier pays du continent africain à avoir souscrit à ce programme.
Partager :



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications