Murmures

L’Institut Français, entre réformes et recherche de nouveaux partenariats
février 2012 | Projets culturels | Histoire/société | France
Source : article de presse

Français

Nous avons déjà évoqué l’accord signé entre l’Institut Français et la Bibliothèque Nationale de France « pour promouvoir le patrimoine écrit et audiovisuel de la langue française et pour développer une plate-forme numérique destinée aux médiathèques de notre réseau culturel à l’étranger ».
Martine Robert revient, dans un article pour le quotidien Les Échos, sur le contexte dans lequel s’inscrit ce partenariat, évoquant l’actuelle évolution de l’Institut Français : « le numérique est l’une des priorités de l’Institut Français, l’Établissement Public Industriel et Commercial (EPIC) en charge de la diplomatie culturelle de la France créé le 1er janvier 2011 en remplacement de CulturesFrance, au statut associatif […]. [P]armi les réalisations ou les projets en cours, une plate-forme numérique de cinéma à la demande pour le réseau culturel, une web TV pour retransmettre les 150 colloques et débats d’idées organisés par an, un service de géolocalisation des sites d’arts visuels dans le monde, un catalogue de 50 000 livres numériques traduits en une dizaine de langues, un site portail pour le grand public, le réseau culturel, et les porteurs de projets ».
Une année 2011 qui a mis en place un important chantier avec « le rattachement de douze bureaux culturels étrangers à l’Institut Français et non plus au ministère des Affaires étrangères ».
Un nouveau positionnement qui souhaite inscrire l’Institut Français dans une démarche de « compétitivité » : « Le statut d’Epic dont bénéficie désormais l’Institut […] en fait un outil plus souple et réactif face à la concurrence des British Council et autres Instituts Goethe, Cervantes, ou même Confucius ».
Avec des « prérogatives […] désormais élargies, de la simple diffusion de la culture à la promotion de la langue et à la formation des agents du réseau, [l’institut] s’appuie sur 102 instituts et 125 antennes dans 161 pays ainsi que sur 900 Alliances françaises, dont un tiers conventionnées par le ministère, pour mener à bien ses missions ».
Et de souligner que « [d]ans un contexte de rigueur des finances publiques, l’Institut Français cherche à développer ses ressources propres, et notamment le mécénat […]. L’Institut Français espère drainer cette année 2,7 millions d’euros de mécénat […]. Les collectivités territoriales sont elles aussi de plus en plus souvent partenaires de nombre de ces actions à l’international ».
Ces coopérations sont jugées « indispensables » pour l’Institut : « Au menu de 2012, des évènements littéraires avec la Russie, l’ouverture d’une librairie française sur la Cinquième avenue à New York, la découverte du patrimoine et de la culture croate, une saison croisée avec l’Afrique du Sud, la Biennale de Venise que l’Institut coproduit ».
Des évolutions « expérimentales », dont « il est prématuré de juger de la pertinence […], dans un contexte marqué par des évolutions géopolitiques et des contraintes budgétaires ».

D’après un article de Martine Robert, pour le Quotidien Les Échos (France).

Partenariat EditAfrica
http://www.editafrica.com
Partager :