Murmures

Entretien avec l’acteur ROGER ZAMI GUEBRE, Commissaire de Tampy
juillet 2012 | Faits de société | Cinéma/TV | Burkina Faso

Français

Par Omar. A. K
Ancien journaliste sportif à Fraternité-Matin pendant 9 ans, Roger Zami Guébré est très populaire à Ouagadougou. Non seulement pour son esprit d’ouverture car l’homme est facile d’accès, convivial et très chaleureux. Mais aussi et surtout pour son rôle de commissaire dans la série policière burkinabè Le Commissariat de Tampy. « Le commissaire » était récemment en inspection… sportive à Abidjan. Nous l’avons rencontré.

15/07/2012

– Bonjour. Vous êtes à Abidjan dans le cadre de la 8è coupe du monde francophone de taekwondo. C’est plutôt surprenant, aviez-vous déjà pratiqué le taekwondo ?

– Oui, j’ai pratiqué le taekwondo, il y a 42 ans. J’ai d’ailleurs retrouvé les traces de ma première leçon de taekwondo au stade Houphouët-Boigny avec Maître Arsène Zirignon et le Général Ouassenan Koné.
C’est un beau souvenir. Aujourd’hui, je suis membre de la fédération burkinabè de taekwondo. Nous sommes venus avec 7 combattants, des dames et des hommes pour la 8è coupe du monde francophone de taekwondo (Ndlr : les 16 et 17 juin 2012).

– Comment le taekwondo est arrivé dans votre vie ?

– Ecoutez, je suis un sportif qui bouge dans toutes les disciplines. Malheureusement, je suis très passionné de celles que je n’ai jamais pratiquées à savoir la boxe et le rugby.

– Aujourd’hui, on vous appelle Commissaire grâce au succès du film Commissariat de Tampy. D’où vous est venu votre amour pour le 7è art ?

– Je suis rentrée de la Côte d’Ivoire le 10 septembre 1979 pour des raisons de famille. A l’époque, la Haute-Volta cherchait à créer un quotidien qui finalement verra le jour sous la Révolution sankariste. Dounia était le quotidien du RDA, le parti au pouvoir. Les jeunes cadres qui animaient ce journal ont vu en moi quelqu’un qui pouvait leur apporter une contribution professionnelle. C’était une période d’instabilité politique, on est passé du général au capitaine. Mais, c’était quand même une belle époque que nous avons vécue et qui a permis de toucher à tout. En 1981, le cinéaste Gaston Kaboré m’a approché par l’entremise d’El Hadj Zéo qui est cameraman à la télévision nationale. Kaboré me donne un rôle dans son film Roger le fonctionnaire où je campe le personnage principal. C’était un fonctionnaire bien zélé qui n’hésitait pas à servir le matériel de l’état à ses relations, ses parents (cousins, neveux…). Il était bien écouté parce qu’il rendait de grands services. Après on m’a dit que le rôle était bien rendu et c’est le top départ. A la suite, j’ai joué dans pas mal de films. Mais autant le souligner tout de suite, quand j’étais à Fraternité Matin, je jouais en même temps dans la troupe de Moussa Kourouma.

– Puis arrive le Commissariat de Tampy avec lequel on vous décou-vre hors des frontières du Faso…

Dans un milieu bien restreint, on m’appelle le général Noriega. Alors, quand le réalisateur de la série Commissariat de Tampy, Missa Hébié, est venu me voir, il m’a dit : le général, j’ai une série à tourner et tu vas jouer le rôle de commissaire. Je n’ai pas fait de casting. Et hop c’est parti pour la première saison de 26 épisodes. Et puis la 2è saison avec 26 autres épisodes. Il faut dire Le Commissariat de Tampy est arrivé après la série Les Bobodiouf qui avait connu un grand succès. Hébié a proposé une série policière où les histoires qui sont racontées, mises en scène répondent au quotidien du Burkinabè, de l’Africain qu’il soit de Dakar, de N’Djamena, de Yaoundé, d’Abidjan ou de Ouagadougou.Ce sont des reflexes africains qu’il a essayés de faire vivre aux Africains.

– Vous avez tellement bien tenu le rôle que beaucoup pensaient que vous étiez de la police…

– Là, vous me donnez l’occasion de remercier tous les commissaires de police que j’ai rencontrés et qui m’ont toujours adressé des félicitations, des encouragements. J’ai croisé un commissaire ivoirien qui m’a demandé si j’étais commissaire de métier. Je lui ai dit non. Je joue de façon naturelle. Je n’aime pas quand c’est mou. Je suis journaliste sportif et je suis chaud dans la tête. Je prends la vie en pleine gueule. J’aime déconner mais déconner positivement. En fait, j’ai connu de nombreux commissaires qui m’ont beaucoup marqué et je voyais comment ils se comportaient.

– Comment jugez-vous le cinéma burkinabè ?

– Le cinéma burkinabè est en train d’exploser. Parce que tous les cinéastes, comédiens, toutes les personnes qui ont, un tant soit peu, une relation avec cet art, ont pris conscience que Ouagadougou n’est pas la capitale du cinéma africain par hasard. Donc, il faudrait donner une très belle image de ce cinéma africain qui fait notre fierté. Alors, on s’y est mis nonobstant le manque de moyen. C’est pareil partout en Afrique, les acteurs ne vivent pas de leur art. D’aucuns croiraient que les huit acteurs de base du Commissariat de Tampy n’ont plus de souci d’argent. Et pourtant Dieu seul sait, comment on se bat. Tout simplement parce que nous voudrions accompagner notre réalisateur qui a créé un esprit de famille dans sa série. Dieu merci, on vient de terminer la 3è saison du Commissariat de Tampy qui, je l’espère, fera plaisir et apportera plus d’animation et de joie dans les foyers africains.

– On n’entend plus les anciens Etalons d’or comme Idrissa Ouédraogo et Gaston Kaboré.

– Ils sont là et ils travaillent. Mais il faut reconnaitre qu’il y a une nouvelle génération de cinéastes qui est exceptionnelle. Elle a des idées. Après avoir puisé à l’expérience des anciens que sont les Gaston Kaboré, Kolo Sanou, Idrissa Ouédraogo, cette nouvelle génération imprime sa marque. Ils sont nombreux et plein de talent : Boubacar Diallo, Boubacar Zida Sidnaba, Tasséré Ouédraogo, Missa Hébié… Les anciens sont tous derrière les jeunes qu’ils poussent. En gros, ils se fréquentent tous.


LIRE LA SUITE, en cliquant sur le lien
Partager :



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications