Fiche Personne
Plasticien/ne

Fernando Alvim

Angola

Français

Né en 1963 à Luanda, Angola
Vit et travaille à Bruxelles et à Luanda

Angolais d’origine portugaise, Fernando Alvim passe sa jeunesse à Luanda, les yeux ouverts sur la guerre civile, ses morts et ses survivants. En 1987, il s’installe avec sa femme à Bruxelles, où il fonde Sussuta Boé, une maison de production d’art contemporain. En 1999, il crée le centre d’art contemporain Camouflage, satellite européen du centre créé à Johannesburg en 1997 (CCASA).En 2001, il fonde trois autres centres à Nairobi, Dakar et Luanda.
Autodidacte, son oeuvre de plasticien recouvre les thèmes des blessures de la guerre et de ses lendemains ainsi que ses conséquences sur la mémoire culturelle des peuples. La plupart de ses oeuvres témoignent d’une lutte contre l’oubli et le mensonge. En 1997 il entreprend le projet « Mémorias Intimas Marcas » (Marques intimes de mémoire), une exposition
multimédia itinérante sur le thème de la guerre angolaise avec l’artiste cubain Carlos Garaicoa et l’artiste sud-africain Gavin Younge. Il est également à l’origine du projet « Next Flag/Reexistencia Cultural Generalizada », circulant depuis 2003 dans plusieurs musées et centres européens. Dans Belongo, l’une des quatre pièces présentées dans Africa Remix, chaque partie du drapeau belge a été défine par une couleur pour différencier les régions linguistiques de Belgique, le flamand pour le Flandres, le français pour la Wallonie, et une autre pour son ancienne colonie.
Fernando Alvim produit des films, édite la revue Coartnews, gère deux collections d’art contemporain africain et poursuit plusieurs projets liés aux centres culturels et artistiques qu’il a mis en place en Afrique. Il dirige depuis celui qu’il a fondé à Luanda, TACCA, l’organisation d’une triennale.

Source : Africa Remix – Ed. Centre Georges Pompidou