Fiche Personne
Musique

Bafing Kul

Chanteur/euse
Mali

Français

Bafing Kul, auteur compositeur et interprète a choisi de se consacrer pleinement a la musique « militante ». Tout au long de son adolescence et de sa jeunesse, Bafing a écrit et compose des chansons dénoncant les injustices qu’il voyait autour de lui, de l’esclavage moderne des enfants aux enfants soldats. Depuis quelques années le chanteur s’engage contre l’excision, injustice aux frontières du social et de l’intime, avec la conviction qu’il faut briser le tabou qui règne autour de cette pratique qui touche plus de 80% des femmes de son pays et des millions de femmes dans le monde.

Bafing parle avec une sincerité sans détour qui se trouve dans les textes simples de ses chansons.Dans « Eh! Eh! Eh! Eh! » il n’y va pas par quatre chemins : « Exciser c’est mutiler, arrêter de mutiler ». Le chanteur évoque des thèmes graves, voir provocateurs, dans des mélodies chaleureuses et enjouées, mélant rythmes traditionnels maliens au rythme reggae que Bafing baptise » Appolo Reggae ».

Bafing vit aujourd’hui a Paris où il collabore avec la commission pour l’abolition des mutilations sexuelle (CAMS), dirigée par Linda Weil Curiel, avocate spécialiste du droit des femmes et des enfants. Il a trouve auprès de cette association le soutien nécessaire pour enregistrer un CD de quatre titres « Africa Paris », dedié a une femme courageuse qui a pu dire non a l’excision.

Retourné en Afrique depuis quatre ans, Bafing a réalisé un premier album de onze titres, réalisé par Micael Sène, reconnu notamment pour avoir travaillé avec les Waillers de Bob Marley, Alpha Blondy le père du Reggae Africain, les Neg Marrons… Cet album aborde des thèmes aussi diversifiés que l’esclavage moderne des enfants, les enfants soldats, l’amour n’a pas de couleur, le mariage force, waati (le temps) et kouma (la parole). Bafing y chante que « c’est en donnant la parole aux femmes aux enfants et à toute la jeunesse que la la vie de la Cité sera plus belle ».

Se voulant chanteur au service de l’Humanité avec un grand H, Bafing Kul a entrepris de briser l’un des tabous les plus sensible qui soit, avec la musique comme seule arme contre l’ignorance et le fondamentalisme.
Partager :