Fiche Personne
Réalisateur/trice Scénariste

Richard Dindo

Suisse

Français

Né en 1944 à Zurich (Suisse).

D’origine italienne, Richard Dindo s’installe à Paris en 1966 et officie à la Cinémathèque française et sera témoin des évènements de 68. Le cinéaste partage aujourd’hui sa vie entre Paris et sa ville natale. Réalisateur de documentaires, il débute sa carrière en 1970 avec « La Répétition ». Depuis, il a signé une vingtaine de films, souvent à caractère biographique, le cinéma documentaire étant à son avis « l’art de la biographie ». Parmi ses films, on peut citer : « L’Exécution d’Ernst S., traître à la patrie » (1975),dans lequel il accuse le gouvernement suisse de collaboration avec les nazis; « Max Frisch – Journal I-III » (1981), une lecture du roman autobiographique « Montauk » du célèbre écrivain suisse; « Max Haufler, le Muet » (1983) sur la vie d’un acteur et cinéaste suisse qui s’est suicidé pour ne pas avoir pu réalisé un projet de film auquel il tenait absolument ; « Dani, Michi, Renato & Max » (1987) sur le destin de quatre jeunes gens à l’époque de la révolte de la jeunesse zurichoise. En 1991 il réalise « Arthur Rimbaud, une biographie », un film de fiction documentaire avec Christiane Cohendy, Madeleine Marie, Bernard Bloch, Albert Delpy, Jean Dautremay, qui raconte la vie et la mort de Rimbaud à travers des témoignages de gens qui l’ont connu et à travers ses propres poèmes et lettres. « Charlotte -Vie ou théâtre? »(1992) avec la voix de Anne Alvaro, raconte le destin de la peintre juive et berlinoise Charlotte Salomon, morte à Auschwitz, après avoir peint sa vie dans 800 gouaches autobiographiques. Après « Ernesto « Che » Guevara, Journal de Bolivie » (1994), avec les voix de Jean-Louis Trintignant et Christine Boisson, Richard Dindo réalise en 1996 « Une Saison au paradis », d’après l’?uvre autobiographique du poète sud-africain Breyten Breytenbach qui a passé sept ans en prison pour acte de résistance contre le régime de l’apartheid. « L’Affaire Grüninger » (1998) est un film de réhabilitation sur un chef de police en Suisse qui en 1938 a sauvé plusieurs centaines de réfugiés juifs et qui de ce fait a été renvoyé de son poste et condamné devant un tribunal pour ne pas avoir exécuté les ordres du gouvernement. En 1999, il signe « Genet à Chatilla », d’après « Quatre heures à Chatilla » et « Un captif amoureux  » de Jean Genet. Le texte, lu par Jean-François Stévenin, raconte la vision et la mémoire de Genet de la révolution palestinienne. Une jeune femme, Mounia, va sur les traces du poète au Liban et en Jordanie.



Filmographie
* Schweizer im spanischen Bürgerkrieg (1974)
* Die Erschiessung des Landesverräters Ernst S. (1977)
* Clément Moreau, der Gebrauchsgrafiker (1978)
* Hans Staub, Fotoreporter (1978)
* Max Frisch, Journal I-III (1981)
* El suizo – un amour en Espagne (1986)
* Max Haufler, « Der Stumme » (1983)
* Dani, Michi, Renato & Max (1987)
* Arthur Rimbaud, une biographie (1991)
* Charlotte, vie ou théâtre? (1992)
* Ernesto « Che » Guevara: le Journal de Bolivie (1994)
* Une saison au paradis (1996)
* Grüningers Fall (1997)
* HUG – L’hôpital cantonal universitaire de Genève (1998)
* Genet à Chatila (1999)
* Verhör und Tod in Winterthur (2002)
* La maladie de la mémoire (2002)
* Ni olvido ni perdón (2003)
* Aragon: le roman de Matisse (2003)
* Trois jeunes femmes (entre la vie et la mort) (2004)
* Wer war Franz Kafka? (2005)

English

Born in 1944 in Zurich.