Fiche Personne
Musicien/ne Auteur-compositeur/trice

Lotfi Bouchnaq

Tunisie

Français

Né à Tunis, Lotfi Bouchnaq effectue ses premiers pas musicaux sous la houlette d’un virtuose du charqi (oriental), le luthiste Al Sriti. Cet apprentissage lui permet d’accéder très tôt à une maîtrise de la musique classique égyptienne, mais aussi d’élargir son horizon à des techniques vocales et instrumentales syro-andalouses et turques: Taoucha’ch, Qassid, Samai’ ou Bacheref.
Le reste de son talent, il va l’acquérir grâce à un effort personnel et à sa soif de découverte d’autres musiques qu’il étudie avec passion, comme le maqâm irakien, le chant mystique, l’opéra ? Il a, notamment, collaboré avec le poète tunisien Adam Fethi sur un projet d’adaptation en arabe de chants lyriques occidentaux. Lotfi excelle également dans le malouf, une des déclinaisons de l’andalou pratiquée essentiellement à l’est de l’Algérie, en Libye et en Tunisie. De même, il consacre beaucoup de son temps à la renaissance du patrimoine de son pays au travers d’un genre difficile et délaissé parce que difficile, l’irtijal, une improvisation sur des strophes classiques ou des poèmes en dialectal.
Cet éclectisme et cette nette propension à l’improvisation – qui a irrité une poignée de « puristes » – mettent en valeur ses qualités vocales. Lotfi peut, en effet, se prévaloir d’une voix chaleureuse et puissante, avec des envolées, dans les aigus, exceptionnelles.
Loin d’être un simple exécutant ou un imitateur, comme c’est le cas de certains interprètes, il surprend par ses variations vocales entre les maqâm et sa pureté linguistique. En fait, il renoue avec une tradition exaltée autrefois par son homonyme Mustafa Al Bouchnaq (1770-1850), adepte d’un art cosmopolite.
Lotfi a d’ailleurs écrit une chanson, Lilah, pour Khaled et des titres pour le groupe de rap marseillais IAM.