Fiche Personne
Bédéiste

Moniri M’bae

Comores

Français

Moniri M’Bae a débuté sa carrière avec  » Le cri du margouillat  » à La Réunion dans une série qui s’appelait  » Little Momo  » qui débuta dans le N°18 et se termina dans le dernier numéro – (n° 28) – en 2002. A cette époque, Moni M’Bae vivait déjà en France depuis 1993 à Montpellier où il était venu faire une licence d’art plastique. Après un stage à l’école des Beaux-arts d’Angoulême, il rejoint la revue  » Tchô  » chez Glénat, dans laquelle il dessine la série  » Little big Momo  » durant une dizaine de numéros. Remarqué par le directeur de la collection dans
 » Le cri du margouillat « , il débute dans  » Tchô  » en même temps que le Réunionnais Tehem qui dessine maintenant Zap collège et Malika secouss. Il collabore depuis septembre 2004 à la collection Je bouquine sur la série  » Double pote « , scénarisée par Didier Lévy, qui relate le quotidien de deux collégiens.

Style et thèmes :


Dessinateur au talent atypique, croquant des situations de la vie quotidienne traitées rapidement à la plume ou au pinceau, Moniri M’Bae fait partie des auteurs  » révélés  » en France par l’ouvrage collectif tiré de l’exposition Choco Creed (de l’association Café Creed).
A la suite de sa longue collaboration au magazine  » Le cri du Margouillat  » et outre sa collaboration régulière à  » Tchô ! « , le magazine humoristique publié par les éditions Glénat, ses dessins et planches ont été publiés dans de nombreux fanzines tels que : Thermostat, Le Mutant, La Maison qui pue, La Brochette, Liquid Mox, Tartagueule… » Je change de technique selon ce que je souhaite raconter : j’aime l’idée de n’avoir pas un style défini, ainsi rien n’est figé et j’ai le sentiment de continuer à évoluer. « 

Alain Brezault


Exemples BD :

Nombreux dessins et planches sur son blog : littlemomoworld.over-blog.com


Albums publiés :

« Ginkgo », (collectif) éd. Café Creed, 2008.

Magazines :


« Le cri du Margouillat »(1991-2000)
« Choco Creed » (2002-2007)
 » Double pote « , in  » Je Bouquine « 
« Little Big Momo » in « Tchô ! »