Fiche Personne
Historien/ne

Youcef Dris

Algérie

Français

Né le 25 octobre 1945 à Tizi-ouzou, mes vrais premiers pas dans l’écriture je les ai faits en 1972. J’avais écrit des nouvelles qui ont été publiées dans les pages culturelles d’El-Moudjahid, alors seul journal d’expression française.
En 1975, j’avais tenté d’écrire un roman. J’y ai passé de longs mois. Une fois terminé, j’ai proposé le manuscrit à la SNED, seule maison d’édition de l’époque. Hélas, il est resté bien enfoui dans un de leurs tiroirs, et n’a jamais vu le jour. Puis, sur conseil d’amis qui ont lu mes essais épistolaires, je me suis remis à écrire. Je partais d’impressions, de sensations, d’intuitions, d’images qui me travaillaient l’inconscient et que j’essayais de mettre en mots. C’est en 1993 que j’ai réuni dans un recueil, quelques poèmes écrits pendant les années de noires. Publié chez un éditeur (Fennec) de Aïn Temouchent, ce recueil est intitulé GRISAILLE J’en avais cédé les droits à une association caritative. A Oran où je réside aujourd’hui, j’ai renoué avec le monde de la presse. En tant que correcteur d’abord dans un quotidien régional, puis on m’a confié la direction de la rédaction d’un hebdomadaire culturel et artistique (Côte Ouest). Je m’en suis donné à c?ur joie. J’ai écrit des nouvelles, des histoires vraies, tirées de faits divers, des dossiers de société, et beaucoup de poèmes. J’ai également collaboré avec d’autres journaux, des quotidiens et des hebdomadaires.
Et je me suis mis sérieusement à l’écriture. D’abord un premier roman intitulé « Les amants de Padovani » qui contient un léger fond autobiographique.
C’est les souvenirs du temps passé, visions d’un enfant indigène d’alors, dont les écrits aujourd’hui tentent de comprendre les comportements inexpliqués des français d’Algérie à l’encontre des autochtones durant la colonisation.
L’histoire de Dahman et d’Amélie est née de souvenirs ou de projections d’émotions liées à l’enfance, à partir desquelles une histoire s’est dessinée. Il y a d’abord l’environnement, la proximité affective des personnages comme le montrent les photos dans le livre: les parents, les amis, les lieux, puis les épisodes qui les font sortir de l’enfance.
Mon deuxième ouvrage est un conte pour enfants intitulé Awthul le lapin bleu, puis lui succéda un livre de cinq contes « LES DOUCES NUITS DE MALAK », récits du terroir en hommage à ma Grand-mère qui me racontait ce genre de contes pour m’endormir lorsque j’étais enfant.
Ensuite, j’ai publié à l’ENAG un livre de faits divers intitulé AFFAIRES CRIMINELLES qui a paru en 2005. S’en suivirent d’autres livres Les massacres d’Octobre 1961, puis une biographie du regretté Guerouabi immense artiste algérien, puis d’autres contes pour enfants, un autre recueil de poèmes intitulé Gravelures, puis en 2010 un roman intitulé le Puits confisqué paru aux édition El Bahia d’Oran.

English

Born October 25, 1945 in Tizi-Ouzou, my first real step in the writing I did them in 1972. Who had written short stories were published in the cultural pages of Al-Mujahid, while only newspaper in French.
In 1975, I tried writing a novel. I spent many months. Once finished, I offered the manuscript to the NMCS, only publisher of the time. Alas, he has remained well buried in their drawers, and has never emerged. Then, on the advice of friends who have read my essays correspondence, I am writing again. I left impressions, sensations, intuitions, images that distracted me unconscious and tried to put into words. In 1993 I met in a book, some poems were written during the years of black. Published by editor (Fennec) Ain Temouchent, this collection is entitled Grisaille I had sold the rights to a charity. In Oran, where I live now, I reconnected with the world press. As a first correction in a regional newspaper, then I was given the chief editor of a weekly arts and culture (West Coast). I am given to heart joy. I wrote short stories, true stories, drawn from news items, company records, and many poems. I also worked with other newspapers, dailies and weeklies.
And I started writing seriously. First, a first novel, « Lovers of Padovani » which contains a slight autobiographical background.
It’s the memories of the past, visions of a native child of the time, whose writings now trying to understand the unexplained behavior of French Algeria against indigenous people in the settlement.
Dahman History and Amelia was born of memories or emotions associated with projections of childhood, from which a story has emerged. First is the environment, the emotional closeness of the characters as shown in the photos in the book: parents, friends, places and episodes that are out of childhood.
My second book is a children’s story entitled Awthul rabbit blue, then succeeded him a book of five fairy tales « THE SWEET NIGHTS MALAK, local stories in tribute to my grandmother who told me this kind of stories for me sleep as a kid.
Then I published a book of the ENAG miscellaneous entitled CRIMINAL that appeared in 2005. Ensued from other books of the massacres in October 1961 and a biography of the late great artist Guerouabi Algerian and other children’s stories, another collection of poems entitled ribaldry, then in 2010 a novel called The Well confiscated edition published by El Bahia Oran.