Fiche Personne
Réalisateur/trice Producteur/trice Scénariste

Florence Arrigoni Neri

France

Français

Productrice & auteure française, inscrite à la SCAM (Société Civile des Auteurs Multimédia)

BIO OFFICIELLE
Productrice de documentaires, gérante de la société Neri Productions depuis 1998, j’ai produit une quarantaine de films, diffusés sur les télévisions en France, à l’étranger et primés dans les festivals. Auteure de documentaires et de plusieurs projets de fictions, « Dakar, ta nostalgie » [2014-2015] sera ma première réalisation.

Née le 10 juin 1967 à Paris (France), Florence ARRIGONI NERI est la fille de l’artiste peintre, Jean-François Arrigoni Neri.

En 1989, à l’issue de son cursus d’histoire à l’Université Paris-IV Sorbonne, elle obtient une Maîtrise d’histoire médiévale et commence à travailler aussitôt comme régisseur sur des longs métrages, des films publicitaires, des clips, des courts métrages réalisés par Michel Deville, Claire Denis, Claire Simon, Chantal Akerman, Michel Piccoli, Raymond Depardon, Romain Goupil?

En 1992, elle devient directrice de production sur des films de fictions et des documentaires tels que « Que Viva Tina Modotti ! » de Silvano Castano (Canal +), « La Pologne après la victoire » de Marcel Lozinski (Arte), « A tort et à raison » de Maria Reggiani (France 2), « Léopold Sédar Senghor » de Béatrice Soulé (Arte)? Sur des longs métrages, « Cinquième saison » de Rafi Pitts, « Alors voilà » de Michel Piccoli?

En 1998, elle crée sa propre société, Neri Productions.

PRODUCTRICE :

Au total, c’est une trentaine de films documentaires qui sont à son actif avec pour ligne éditoriale la valorisation des cultures, des quêtes identitaires et des différences.Des films diffusés sur Arte, France 3, France 5, Odyssée, TV5, CFI, Canal Horizons et des télévisions étrangères (Belgique, Suisse Romande, Suède, Hongrie, Sénégal, Côte d’Ivoire, Afrique du Sud ?).

Elle crée également, avec des associés sénégalais, une société de production à Dakar afin de mettre en place des partenariats franco-sénégalais sur des films documentaires.

Plusieurs de ses productions ont été primées dans des festivals : Film « Sénégal Salsa » : Fipa d’Argent & Prix Michel Mitrani – dotation Canal (Biarritz 2001) / Prix de la Guilde des Cinéastes et Producteurs Africains (Ouagadougou 2001) / Prix du meilleur son – Festel (Yaoundé 2001). Film « Sur les traces des mangeurs de coquillages » : Prix du public, festival Kinéon de films d’archéologie (Bruxelles 2002). Film « Zone rap » : Prix de la jeunesse au festival Vues d’Afrique (Montréal 1999).

Elle a conçu, écrit et co-réalisé le magazine audiovisuel « Tous Azimuts » qui invite à une meilleure connaissance de l’Autre à travers le respect de la différence. Financé par la Commission européenne et le FASILD (Fonds d’Aide et de Soutien à l’Intégration et à la Lutte contre les Discriminations), il comporte 24 reportages tournés à travers le monde, Zanzibar, Cap Vert, Mali, Sénégal, New York, San Francisco, Kuala Lumpur?

Animée par son goût de l’écriture, elle initie et collabore à de nombreux scénarii.

AUTEUR

Actuellement en écriture/développement :

Téléfilms :

« La guerre de la presse », 90′ – Neyrac Films – Aide au développement de La Procirep et de l’Angoa.
De mars 1975 à août 1977, durant trente mois, les ouvriers du Parisien Libéré avec à leur tête Roger Lancry, le Secrétaire Général du Syndicat C.G.T. du Livre, ont mené une lutte acharnée contre Emilien Amaury, le grand patron de presse.

« Danielle, au c?ur de l’histoire », 90′ – Neyrac Films.
Juillet 1948, Danielle jeune femme évaporée qui n’a qu’un seul rêve, devenir grand reporter, se retrouve avec sa cousine, Barbara, derrière le rideau de fer. Leur mission : enlever la femme et les enfants de l’ex ministre tchèque du commerce extérieur en exil à Londres afin de les mettre à l’abri.

Documentaires :

« Alouette », collection de 5 x 52′
Et si le corps humain se révélait à nous autrement ?

« Babeth s’en va t’in love », programmes courts.
En décachetant l’enveloppe surprise que lui tend tout son entourage réuni pour fêter ses 48 ans, Babeth la farouche indépendante ouvre la boîte de Pandore…

« Danielle Hunebelle, femme grand reporter », 52′.
Danielle a parcouru le monde, rencontré les personnalités les plus importantes de l’histoire mais c’est la guerre d’Indochine qui marqua le plus son existence bien remplie. A 28 ans, elle décida de couvrir l’événement pour rejoindre le Général de Lattre de Tassigny.

En développement :

« L’épopée de la Narmada », 52′ co-écrit avec Dilip Varma – Aide de la Procirep et de l’Angoa.
L’épopée de la Narmada, nouveau mythe de David contre Goliath, est un conflit qui oppose, au sud de l’Inde, les populations les plus démunies symptomatique des grands conflits qui naissent dans le monde et symbolise un nouveau type d’affrontement : la guerre de l’eau.

Magazine : « Identité Plurielle », magazine audiovisuel – No-Madprod.
La France est une terre de métissages qui s’est enrichie au gré des migrations des populations. La diversité est visible sur tout le territoire, elle est ancrée dans l’histoire même de notre pays.

Films diffusés :

Documentaires :

« Une belle affaire ? » 52′ réalisé par Marion Lary co-auteur – Neri Productions – France 3 – 2006.
Des hommes, des femmes, ont choisi de devenir de nouveaux entrepreneurs, de repartir à zéro, de changer de métier, de région pour réaliser leurs rêves d’une vie plus libre, meilleure.

« Gypsie et Maud » 52′ réalisé par Catherine Tissier co-auteur – Les Poissons Volants / Neyrac Films – Arte & Odyssée – 2005.
Pour la famille Gruss, la transmission est une philosophie de la vie. Comment transmettre à nos enfants aujourd’hui ?