Fiche Personne
Plasticien/ne

Salifou Lindou

Cameroun

Français

Né en 1965 à Foumban au Cameroun, Salifou Lindou vit et travaille à Douala.
Il a été parmi les artistes de la sélection officielle de la Biennale d’art contemporain africain de Dakar, Dak’art 1998.
Il est membre fondateur du Cercle Kapsiki, un collectif de cinq plasticiens de Douala principalement préoccupé par des questions urbaines et de l’accompagnement de jeunes créateurs. Le Cercle Kapsiki a conçu avec SkurK les premières Scénographies Urbaines, en janvier 2003. La même année, il a également exposé Pièce unique à la galerie Mam dans le cadre du projet initié par le Centre Culturel Français de Douala. En 2002, on le retrouve au Salon International d’Art Contemporain du Sud, à Paris, en France. Puis en 2005, il participe à ARCO, Salon International d’Art Contemporain Espagnol, à Madrid, en Espagne.
En 2009, il présente l’exposition Emotions partagées, en collaboration avec Christian Hanussek, à l’espace doual’art, au Cameroun.

Les ?uvres de Salifou Lindou sont un mélange de matériaux. « La terre est fascinante. Quelque soit l’endroit où l’on se trouve, on la voit, on y vit, elle est omniprésente ». Tôle, terre, cuir, verre, acier, toile de jute, il aime poncer, effacer, voir ce qu’il y a derrière la matière. L’artiste façonne, structure et déstructure. Chercheur infatigable, Salifou expérimente sans cesse de nouveaux matériaux, souvent de récupération, pour en tirer le meilleur.

English

Salifou Lindou’s works are a mixture of materials. Sheet, ground, leather, glass, steel, hessian, he likes to sandpaper, erase, see what there is behind the matter.
After working as model maker in a communication structure, he decides to be devoted to his first love, painting. The artist works, structure and destructure. He uses materials familiar to the public. Sheet undergoes time. It carries traces of life. « It tells several stories. It is in this way that life passes and I want to know that I live. The old sheet for example, has a sense in life of people. And I am sure that in old age, there is something beautiful «