Fiche Personne
Dramaturge

Marius Gottin

Martinique, Martinique

Français

Né en 1949 à Fort-de-France, Marius Gottin noircit désespérément des feuillets anba fey depuis sa tendre enfance pour voir ses premiers écrits publiés dans « La Bombe », le premier journal du Lycée Schoelcher, l’année de sa Terminale. Promis à des études de Lettres, il fréquente de trop près la bohème parisienne et atterrit plus souvent dans des musées, théâtres, bars et autres endroits louches où il exerce ses talents de baratineur ou de sonero minor derrière des congas? Quelques années après, de retour au pays, il publie textes et poèmes dans le « Naïf » de Roland Laouchez jusqu’en 1981 ; un opuscule paraît même en 1976, intitulé « Le jour où le dernier rat mourra », recueil de textes divers (et à ce jour sa seule publication) en collaboration avec Rosembert Saé, auteur martiniquais, son contemporain et ami.

Après l’aventure « Mizik » (dirigé par Yv-Mari Séraline) où il signe quelques chroniques, reportages et interviews, on le retrouve au milieu de micros en tant qu’animateur, responsable d’antenne et de la rédaction de Radio Balisier (1983-1990). Chroniqueur occasionnel à RCI (Radio Caraïbes Internationale) où il sévit avec « Carte Blanche » (encore une histoire de textes) de 1995 à 1999, il a la voix trop enrouée pour continuer dans la climatisation et la fumée des cigares.

Extrait de l’autoportrait de Marius Gottin publié par Gens de la Caraïbes que vous pouvez lire en intégralité [ici]

Marius Gottin est décédé en juin 2011