Fiche Personne
Réalisateur/trice Producteur/trice Critique de cinéma Scénariste

Abdelkader Lagtaâ

Maroc

Français

Réalisateur, scénariste et producteur marocain.

Noms Alternatifs
Abdelkader LAGTAA

Né en 1948 à Casablanca (Maroc), Abdelkader LAGTAÂ fait des études cinématographiques à l’École Supérieure Nationale de Cinéma, de Théâtre et de Télévision de Lodz (Pologne) dont il sort diplômé en 1975.
Il réalise plusieurs courts métrages et participe à la réalisation du film collectif Les Centres du clos / Ramâd al-zariba en 1976.
En 1988, il co-écrit et co-réalise un long-métrage documentaire intitulé La Femme Rurale.
1995, il participe à un long-métrage à sketches consacré au Centenaire du cinéma en écrivant et réalisant le sketch intitulé Happy End« .

Il a réalisé les longs-métrages de fiction suivants :
UN AMOUR A CASABLANCA / Hubb fî al-dâr al-bayda, sorti au Maroc en mai 1992 puis en Tunisie et en Algérie; diffusé par les chaînes 2M au Maroc et Canal+ Horizons; a participé au Festival National du film en octobre-novembre 1991 puis à des festivals étrangers dont les Journées Cinématographiques de Carthage (Tunisie) et Vues d’Afrique (Montréal, Canada).
LES CASABLANCAIS sorti en 1999 au Canada (avril), en France (2 juin) et au Maroc (27 octobre); diffusé par la chaîne Canal+ Horizons et par 2 chaînes canadiennes ; a participé au Festival National du Film en 1998 puis à des festivals étrangers dont celui de Berlin en 2000, dans le cadre du Forum International du nouveau cinéma, ainsi qu’aux Journées Cinématographiques de Carthage et au Festival du Cinéma Africain de Milan.
LA PORTE CLOSE / Bâb al-masdûd, (1995), sorti au Maroc en avril 2000 amputé de quelques plans par la censure, ce qui a retardé sa distribution ; a participé au Festival National du Film en 1998.
FACE A FACE, achevé en avril 2003, sorti au Maroc en décembre 2003 et a participé au Festival National du Film en juin 2003 puis en sélection officielle au Festival des Films du Monde (Montréal, Canada) en août 2003 et au Festival International du Film d’Amiens (France) en novembre 2003.
Corps dérobés (2005).
YASMINE ET LES HOMMES (2007), sorti au Maroc en 2007 et a participé au Festival national du film de Tanger, la même année.
LA MOITIE DU CIEL (2014), sortie nationale Maroc le 09 septembre 2015.

Il a réalisé pour la télévision :
– Trois documentaires, de 45 minutes chacun, consacrés à la peinture marocaine : Rabî et l’art abstrait et Chaïbia en 1984 et Kacimi ou le dévoilement en 1985.
ENTRE DÉSIR ET INCERTITUDE (2009, documentaire, 52 min), sur le cinéma marocain, diffusé par France 3 Corse en 2010 et 2011.

PRIX :
UN AMOUR A CASABLANCA a obtenu en novembre 1991, dans le cadre du 3ème Festival National du Film qui a eu lieu à Meknès, les prix suivants :
– Le prix du montage (pour Abdelkader Lagtaâ)
– Le prix d’interprétation féminine (pour l’actrice principale Mouna Fettou).

LES CASABLANCAIS a obtenu en octobre 1998, dans le cadre du Festival de Carthage en Tunisie, la Mention Spéciale de la Fédération Internationale des Ciné-clubs.

FACE A FACE a obtenu en juin 2003, dans le cadre du 7ème Festival National du Film qui a eu lieu à Oujda, les prix suivants :
– Le Prix de la Critique.
– Le Prix de la Presse.

Abdelkader LAGTAÂ a publié entre mai et novembre 2001 Repérages, une chronique hebdomadaire paraissant le samedi, publiée dans le quotidien marocain Libération.

Il a été Membre de jury dans plusieurs festivals de cinéma dont le Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan (1999), le Festival du Court Métrage Méditerranéen de Tanger (2004), le Festival International du Film de Marrakech (2011) et le Festival national du film de Tanger (2013).

Abdelkader LAGTAÂ. En guise de présentation
Jusqu’à ce jour, j’ai réussi à écrire et réaliser les 5 longs-métrages de fiction suivants :

Un amour à Casablanca, sorti en 1992 au Maroc, où il a connu un succès inédit, puis en Algérie et en Tunisie et diffusé par la deuxième chaîne marocaine, 2M, et Canal+ Horizons, l’ex-filiale de Canal+ pour l’Afrique.

Les Casablancais, sorti en 1999 successivement au Canada le 30 avril (notamment 7 semaines à Montréal), en France le 2 juin (3 semaines dans 2 salles à Paris puis dans d’autres villes) et au Maroc le 27 octobre (dans 12 salles) puis diffusé par Canal+ Horizons et 2 chaînes au Canada.

La Porte close, sorti au Maroc en avril 2000.

Dans ces trois premiers films, j’ai essayé d’interroger certains tabous relatifs à la relation amoureuse (Un amour à Casablanca, La Porte close), à la question religieuse (Les Casablancais) et à l’homosexualité en tant que différence non tolérée au Maroc (La Porte close), ce qui m’a amené à être régulièrement confronté à la censure.

En effet, la censure s’est acharnée à éliminer de La Porte close un certain nombre d’aspérités en l’expurgeant de quelques plans jugés par elle particulièrement « indécents ». En plus de ces coupures et malgré elles, de nombreux exploitants ont catégoriquement refusé de le programmer dans leurs salles sous le prétexte que leur public serait familial et ne tolérerait pas une production cinématographique, par surcroît marocaine, comportant autant de « vulgarité!  » Les Casablancais, par contre, n’a nullement été inquiété par la commission de contrôle. En revanche, après l’avoir pourtant programmé, quelques exploitants ont exigé la coupure de quelques plans sous la menace de le retirer de leurs salles.

Face à face, sorti au Maroc en décembre 2003, a décroché les Prix de la Critique et de la Presse au 7ème Festival National du Film à Oujda (Maroc) en juin 2003 puis qui a été notamment sélectionné par le Festival des Films du Monde de Montréal (Canada) et par le Festival International du Film d’Amiens (France).

Face à face prend la forme d’un voyage dans la mémoire au cours duquel les principaux protagonistes vont perdre leurs anciens repères et se retrouver condamnés à l’errance ou à la remise en question.

Quant au cinquième film, Yasmine et les hommes, il raconte l’histoire d’une jeune femme qui, après un grave accident, décide de changer d’existence. Ce faisant, elle se rend progressivement compte qu’il lui faut remettre en cause ses liens matrimoniaux et familiaux, voire faire don d’une partie d’elle-même, pour pouvoir se reconstruire de nouveau.

Abdelkader LAGTAA
www.cinemaroc.info

English

Moroccan film Director scriptwriter and Producer.
Films(s)