Fiche Personne
Théâtre Cinéma/TV Littérature / édition

Ken Saro-Wiwa

Ecrivain/ne
Nigeria

Français

Né en 1941, à Bori (Nigeria).
Son nom entier : Kenule Beeson SARO-WIWA

« L’écrivain et opposant nigérian Ken Saro-Wiwa, 54 ans, a été pendu vendredi à Port-Harcourt ainsi que ses huit compagnons du MOSOP, Mouvement pour la Survie du Peuple Ogoni ».
C’est par ces mots que la dépêche 101945 de l’Agence France Presse annonçait la mort de Ken Saro-Wiwa, le 10 novembre 1995.
Né en 1941, à Bori, dans le delta du Niger, Ken Saro-Wiwa a enseigné dans les universités de Nukka et Lagos, après des études d’anglais à Ibadan. Écrivain, à la fois romancier mais aussi auteur de feuilletons populaires pour la télévision, il avait créé et dirigeait sa propre maison d’édition et présidait l’Union des écrivains nigérians. Il avait exercé des fonctions ministérielles entre 1968 et 1973 et était un homme d’affaires avisé et un journaliste reconnu pour sa plume acerbe.
Ken Saro-Wiwa dérangeait car, outre son ?uvre d’écrivain, il était également un militant politique écologiste qui défendait avec force la minorité dont il était issu. Appartenant à la communauté ogoni (un demi-million de personnes dans l’état enclavé de Rivers au sud-est du Nigeria) qui pour son malheur recèle sur ses terres des réserves pétrolières, la principale richesse du pays, Ken Saro-Wiwa revendiquait de façon pacifiste pour son peuple, « une autonomie politique, une juste part des richesses pétrolières et le droit de contrôler son environnement écologique dévasté, selon lui, par les compagnies pétrolières internationales, notamment la Shell, après plus de trente cinq années d’exploitation ». Une attitude inadmissible pour le pouvoir militaire qui, à la suite d’un simulacre de procès, condamna à mort et exécuta l’écrivain et ses huit compagnons de lutte.
Ken Saro-Wiwa ajoutait son nom à la liste des écrivains qui, sur le continent africain comme dans d’autres, ont payé de leur vie leur talent et leurs engagements. Il laisse une ?uvre qui mêle témoignage et fiction, au sein de laquelle un chef d’?uvre d’émotion, de subversion et d’inventivité, Sozaboy. Un roman qui ressemble à son auteur tant il témoigne des mêmes engagements. Un roman qui plonge dans les entrailles des horreurs de la guerre, celle des humbles, des faibles et des sans-grades, des oubliés de la vie et de la fortune.
Dans le désordre maîtrisé et revendiqué d’une langue « pourrie », Sozaboy inaugurait ainsi l’entrée en littérature de la longue colonne blessée des enfants-soldats.

Bernard Magnier

www.theatre-contemporain.net

Bibliographie :

Sozaboy (Pétit Minitaire)
Traduit de l' »anglais pourri  » (NIGERIA) par Samuel Millogo et Amadou Bissiri (Burkina-Faso), Arles (France) : Actes Sud, collection Babel, 1998.

Récit du gâchis de la guerre civile nigériane réside dans son langage « pidginisé », hybride et haut en couleurs, baptisé « anglais pourri » par l’auteur lui-même. « Je ne connais pas d’autre exemple, a écrit l’écrivain William Boyd, où l’on ait détourné la langue anglaise de façon aussi saisissante ».
(Tirthankar Chanda)


Les autres titres de KEN SARO-WIWA
Outre Sozaboy, trois autres livres sont également disponibles en français :

Si je suis encore en vie… Journal de détention
Préface de William Boyd
Titre original : A MONTH AND A DAY : A DETENTION DIARY, Peguin Group
Traduit de l’anglais par François Marchand-Sauvagnargues, Paris : Stock, 1996, 331 p., 19,82 euros.

Lemona
Titre original : Lemona’s tale
Traduit de l’anglais (Nigeria) par Kangni ALEM. Paris : Dapper 2002, 220 pages, 12 euros.

« Elevée par une mère célibataire qui n’a pas pu l’envoyer à l’école, Lemona a dû très tôt apprendre à subvenir à ses besoins. Sa beauté attire les hommes, mais ne la protège pas des dangers qui guettent une femme seule dans une société machiste. Proie de la concupiscence et de l’égoïsme masculin, elle finira mal. Condamnée à mort. C’est un roman d’éducation, d’un apprentissage au féminin qui, dans le contexte de jungle sociale régie par la loi du mâle/mal où évolue Lemona, ne peut déboucher sur aucune véritable connaissance du monde. Le clou de l’intrigue réside dans les dernières pages. A la demande d’une jeune visiteuse venue de loin et qui lui ressemble, Lemona va revivre les drames de sa vie dans un processus de distanciation libérateur. » (Tirthankar Chanda)

Mister B, millionnaire
Titre original : Basi and Company
Traduit de l’anglais (Nigeria) par Kangni ALEM. Paris : Dapper jeunesse, Collection « Au bout du monde », 1999, 256 p., ISBN 2-906067-46-6
5,79 EUR
A partir de 12 ans

Adapté pour la télé, il est vite devenu la série la plus regardée du Nigeria.

La vie à Lagos, grande ville du Nigeria, est compliquée. Surtout pour les nouveaux venus qui cherchent du travail. Mister B est un jeune homme qui arrive à Lagos pour se faire de l’argent. Sur son tee-shirt on peut lire, de face, « Pour être millionnaire » et, de dos, « pensez comme un millionnaire ». Cette phrase devient le leitmotiv du récit. Selon Mister B, pour s’enrichir il n’est pas nécessaire de travailler. Il est convaincu que c’est son astuce et sa malice qui le couvriront d’argent.
A Lagos, Mister B s’installe chez une dame qui lui loue une pièce sale à un prix trop élevé.
Les murs sont crasseux et la pièce infestée de rats et de cafards. Néanmoins, il appelle cette chambre son « palace », pour lequel il ne paie d’ailleurs jamais rien. A chaque fois que la propriétaire lui demande le loyer, il trouve un moyen pour la duper. Pour concrétiser son rêve de millionnaire, Mister B invente des ruses. Mais quand il se met à l’oeuvre, il échoue. Pourtant, il garde sa bonne humeur et son optimisme. Mister B est un tricheur, mais un tricheur aimable et sympathique.
Ce roman est vif, spirituel et plein de dialogues comiques. Il est une satire contre la misère, la pauvreté et le chômage qui règnent à Lagos. Les inconvénients de l’administration publique et de l’économie libérale y sont abordés.



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications