Fiche Personne
Réalisateur/trice Producteur/trice Scénariste Monteur/se

René Vautier

France

Français

Cinéaste français (1928-2015).
René Vautier est né le 15 Janvier 1928 à Camaret-sur-Mer, dans le Finistère (France). Il meurt le 4 janvier 2015, à à Cancale, en Ille-et-Vilaine, France.
Pendant la résistance, il s’engage dans le maquis en France puis passe le concours de l’IDHEC sous l’impulsion de ses camarades de combat. Dès lors, ce farouche partisan du parti communiste ne cessera jamais, caméra au poing, de militer en Algérie, en Afrique ou en Bretagne afin de dénoncer les contradictions des systèmes en place. Entre 1961 et 1965, il sera le directeur du centre audiovisuel d’Alger et formera la 1ère génération de cinéastes algériens. En même temps il créera les ciné – pops, « association populaire de culture citoyenne par le film », préfiguration de ce qui deviendra la Cinémathèque Algérienne. Cinéaste rebelle et prolifique, il aura connu les foudres de la censure à de nombreuses reprises. Des emprisonnements, des grèves de la faim, mais aussi de nombreux prix auront émaillés son parcours.

Filmographie
Le capitalisme

Un homme est mort, film sur la mort de l’ouvrier Édouard Mazé, lors des manifestations et des grèves de Brest (mars-avril 1950). Le titre de ce film est repris d’un poème de Paul Éluard tiré du recueil Au rendez-vous allemand (1944).
Anneaux d’or, avec Claudia Cardinale dans son premier rôle, une de ses rares œuvres de fiction, il remporte l’Ours d’argent au festival de Berlin-Ouest en 1956.
Classe de lutte – 1969, avec les ouvriers du Groupe Medvedkine et Chris Marker.
Transmission d’expérience ouvrière, s’adressant à d’autres collectivités ouvrières, les ouvrières licenciés des usines des Forges d’Hennebont racontent la façon dont les promesses gouvernementales et patronales les ont floués – 1973.
Quand tu disais Valéry, le film retrace la longue grève des ouvriers de l’usine de fabrication de caravanes Caravelair à Trignac, classé meilleur film français au festival de Rotterdam – 1975.
Le colonialisme et particulièrement la guerre d’Algérie
Afrique 50, Premier film réalisé par René Vautier, alors âgé de 21 ans, et premier film anticolonialiste français – 1950.
Une nation, l’Algérie, l’une des deux copies est détruite, la deuxième a disparu. Après la révolution du 1er novembre 1954, le film relate en images la véritable histoire de la conquête de l’Algérie. René Vautier est poursuivi pour atteinte à la sûreté intérieure de l’État pour une phrase du film : « L’Algérie sera de toute façon indépendante » – 1954.
L’Algérie en flammes – 1958.
Un peuple en marche, film qui fait un bilan de la guerre d’Algérie en retraçant l’histoire de l’ALN et qui montre l’effort populaire de reconstruction du pays, après l’indépendance – 1963.
Avoir vingt ans dans les Aurès, avec Alexandre Arcady, Yves Branellec, Philippe Léotard. Il obtient le Prix international de la critique du festival de Cannes 1972. http://www.avoir20ansdanslesaures.net/wp/
Le racisme en France
Les trois cousins, fiction tragique sur les conditions de vie de trois cousins algériens à la recherche d’un travail en France. L’Award pour le meilleur film pour les Droits de l’Homme à Strasbourg en 1970.
Les Ajoncs – 1971.
Le Remords – 1974.
Vous avez dit : français ?, Réflexion sur la notion de citoyenneté française et l’histoire de l’immigration en France – 1986.
L’apartheid en Afrique du Sud
Le glas, le film est d’abord interdit en France, puis autorisé en 1965 parce qu’il était autorisé en Angleterre – 1964.
Frontline, réalisé avec Oliver Tambo, prédécesseur de Nelson Mandela et coproduit avec le Congrès national africain – 1976.
La pollution
Marée noire, colère rouge, classé meilleur film document mondial 1978 au festival de Rotterdam – 1978.
Mission pacifique, documentaire sur des témoins sur place qui analysent les prises de vues effectuées lors des explosions atomiques dans le Pacifique et du naufrage du Rainbow Warrior – 1988.
Hirochirac, reportage tourné pendant le cinquantième anniversaire d’Hiroshima, au moment où Jacques Chirac reprend les essais nucléaires dans le Pacifique, et complété par des témoignages de victimes du nucléaire – 1995.
L’extrême droite française
À propos de… l’autre détail, 1984. Documentaire monté à partir de témoignages sur la torture de personnes ayant vécu la guerre, comme l’historien Pierre Vidal-Naquet, le militant de la non-violence Jacques Pâris de Bollardière, le préfet de police d’Alger Paul Teitgen, la déportée Germaine Tillon et l’Algérien Hadj Boukhalfa, torturé par l’officier parachutiste Jean-Marie Le Pen. Le document sera utilisé pour défendre Le Canard enchaîné lors du procès pour diffamation intenté par Jean-Marie Le Pen. Le film est projeté et certains témoins viennent également soutenir le journal. Mais la loi d’amnistie de 1963 protège l’homme politique, interdisant l’utilisation d’images pouvant nuire à des personnes ayant servi pendant la guerre d’Algérie
Châteaubriant, mémoire vivante, 1985. Châteaubriant est un camp allemand où 27 résistants français, dont 21 militants communistes, ont été fusillés en 1941. La vérité officielle considère que les communistes ne sont entrés dans la Résistance qu’au moment où l’Allemagne a envahi l’URSS, or le film démontre le contraire : les 21 fusillés du camp sont des communistes résistants désignés aux Allemands par le gouvernement français. La télévision française refuse de soutenir le projet. Le film est fait avec Fernand Grenier, un responsable de l’Amicale des anciens de Châteaubriant. Des hommes et des femmes internés témoignent, et chaque année des milliers de gens se souviennent en commun
Les femmes
Quand les femmes ont pris la colère, coréalisation avec Soazig Chappedelaine – 1977.
La Bretagne
Mourir pour des images – 1971.
La Folle de Toujane, fiction, coréalisation avec Nicole Le Garrec – 1974.
Le Poisson commande, oscar du meilleur film sur la mer – 1976.
Vacances en Giscardie, ce film regroupe deux reportages sur les vacances d’été des « Français moyens » : 1. Simplement vivre et 2. Une place au Soleil – 1980.
Histoires d’images, Images d’Histoire, documentaire, coréalisation avec Moïra Chappedelaine, 2014
Films sur René Vautier
Le dur désir de dire d’Alain d’Aix – 1981.
René Vautier l’indomptable de Jacques Royer – 1996.
René Vautier, l’homme de paix d’Ahcene Osmani – 1999.
René Vautier, cinéaste franc-tireur de Sabrina Malek et Arnaud Soulier – 2002.
Le Petit Blanc à la caméra rouge : Afrique 50, de René Vautier de Richard Hamon – 2007.
Algérie Tours/Détours d’Oriane Brun-Moschetti et Leïla Morouche – 2008.
Algérie, images d’un combat de Jérôme Laffont – 2009.
– René Vautier joue son propre rôle de résistant dans Quatre journées d’un partisan d’Alain Aubert – 1974.
(source de la Filmographie : Wikipédia)

English

DE

René Vautier, geboren 1928, lebt in Cancale in der Bretagne. Der Bretone war während des Zweiten Weltkriegs aktiv am Widerstand gegen die deutsche Besetzung beteiligt und bedient sich seit dieser Zeit ausschließlich gewaltloser Kampfmittel: Als Student am Institut des hautes études cinématographiques (IDHEC) in Paris arbeitete er 1947 mit an einem Dokumentarfilm über einen Streik von Minenarbeitern: »Dieser Film lehrte mich auf praktische Weise, was Filmemachen bedeuten kann: Es ist ein Mittel, den Menschen eine Stimme zu geben, die gegen eine unhaltbare Situation ankämpfen; ein Mittel, zu zeigen, warum sie kämpfen und was sie verändern wollen. »

Vautiers Einsatz für totgeschwiegene soziale Themen zog wiederholt rechtliche Verfolgung und Verbote durch die staatliche französische Zensurbehörde mit sich. Der Film Afrique 50 brachte Vautier ein Jahr Gefängnis ein, die öffentliche Vorführung wurde verboten. Zugleich war dieser Film, im Auftrag der Ligue de l’Enseignement begonnen, der Initialmoment für Vautiers Solidarisierung mit der von Frankreich unterdrückten Bevölkerung in den Kolonien. Er kehrte nach seiner Haftstrafe nach Nordafrika zurück, und drehte auf der Seite der algerischen Unabhängigkeitsbewegung. Dabei waren ihm Abbane Ramdane und Frantz Fanon Partner in Diskussionen über Film als Mittel im Kampf, Ahmed Rachedi Weggefährte bei seinen Dreharbeiten, und Yann Le Masson und Pierre Clement französische Gesinnungsgenossen.

René Vautier wollte als Franzose gegen die französische Politik kämpfen, und nicht etwa an Stelle der Algerier_innen für deren Sache sprechen. Unter diesem Vorzeichen stand auch seine Ausbildertätigkeit am Centre Audiovisuel Ben Aknoun, das er nach der Unabhängigkeit Algeriens gründete. Er bildete dort unter dem Motto „Vers le socialisme par le cinéma, en dehors de toute censure »(Mit dem Kino zum Sozialismus, jenseits jeder Zensur) über 60 Filmemacher und -techniker aus. Mit der mehrfachen internationalen Auszeichnung des Films L‘Aube des damnés, der vollständig vom algerischen Team des Centre produziert wurde, sah er seine Aufgabe in Algerien getan und kehrte Mitte der 60er Jahre in die Bretagne zurück.

Mit der Unité production cinéma Bretagne (UPCB, gegründet mit Nicole und Félix Le Garrec) verfolgte Vautier dort ein ähnliches Projekt – den Aufbau einer lokalen Filmwirtschaft jenseits von Paris. Anfang 1973 begab er sich in den Hungerstreik gegen die politische Filmzensur in Frankreich, nachdem Jacques Panijels Film Octobre à Paris (über die Demonstration von Algerier_innen in Paris 1961 bei der hunderte von Menschen durch die Polzeirepression ums Leben gebracht wurden) das Visum verweigert worden war. Infolge dieser Proteste wurden schließlich die Befugnisse der Zensurkommission auf Pornographie und Gewaltdarstellung begrenzt. Die UPCB stellte 10 Langfilme und zahlreiche Kurzfilme her, die alle auf Festivals liefen, von denen 7 mit Preisen gekrönt wurden – und von denen kein einziger je im Fernsehen zu sehen war. Die Filmarbeit Vautiers blieb finanziell prekär und war nur möglich durch die bewundernswerte Verbindung mit Gewerkschaften, sozialen und Kulturzentren und mit lokalen Kämpfen.
Links

Webseite zur restaurierten Fassung von Avoir 20 ans dans les Aurès
http://www.avoir20ansdanslesaures.net/

Dossier der Online-Zeitschrift La furia Umana (in französischer Sprache)
http://www.lafuriaumana.it/index.php?option=com_content&view=article&id=682&Itemid=60


Filmografie

1998 Et le mot frère et le mot camarade (Dokumentarfilm)

1995 L’Huma la lutte, l’huma la fête

1995 Hirochirac (Dokumentarfilm)

1992 Culture investie (Reportage)

1992 Tes yeux au Blanc Mesnil (Kinderfilm)

1991 Allons enfants du bicentenaire (Dokumentarfilm)

1990 Mys et Thienot (Reportage)

1988 Mission pacifique (Dokumentarfilm)

1987 Vous avez dit: français?

1986 Paris pour la paix

1986 Ensemble, vivre et travailler (Reportage)

1985 Destruction des Archives (kurzer Dokumentarfilm, Kamera: Yann Le Masson)

1985 Tournevache

1985 Chateaubriand, mémoire vivante

1985 À propos de… l’autre détail (Dokumentarfilm)

1984 A contre-nuit (kurzer Dokumentarfilm)

1984 Briser le bâillon (kurzer Dokumentarfilm)

1984 Immigration : Amiens (3 kurze Dokumentarfilme)

1984 Cinéma d’exil et de luttes

1984 La nuit du dernier recours (Dokumentation)

1983 Le Conquet sous la neige

1982 Dèjà le sang de mai ensemençait novembre

1980 Le Scorpion de Saint-Nazaire (kurzer Dokumentarfilm)

1980 Vacances en Giscardie (2 kurze Dokumentarfilme: Simplement vivre, Une place au soleil)

1978 Marée noire, colère rouge (Dokumentarfilm)

1978 Le poisson commande (Kurzfilm)

1977 Quand les femmes ont pris la colère (Dokumentarfilm)

1977 Carte blanche à Glenmor (Reportage)

1977 Carte blanche à Gilles Servat (Reportage)

1976 Alan Stivell (kurzer Dokumentarfilm)

1976 Frontline (Dokumentarfilm)

1975 Quand tu disais, Valéry (Dokumentarfilm)

1974 La folle de Toujane (Spielfilm, mit Nicole Le Garrec)

1974 Le remords (Kurzfilm)

1974 Humain, trop humain (Regie: Louis Malle, Episode von René Vautier)

1973 Transmission d’expérience ouvrière (Kurzfilm)

1972 Terrains pour l’aventure (Dokumentarfilm)

1972 Avoir 20 ans dans les Aurès (dokumentarischer Spielfilm)

1972 Fêtes de Cornouaille

1971 Mourir pour des images (kurzer Dokumentarfilm)

1971 La caravelle (Kurzfilm)

1971 Techniquement si simple (Kurzfilm)

1970 8 ans après où La caravelle (Kurzfilm)

1970 Les ajoncs (Kurzfilm)

1970 Les trois cousins (Kurzfilm)

1969 Classe de lutte (ein Film der Groupe Medvedkine de Besançon unter Mitwirkung von René Vautier)

1969 Des goûts et des couleurs (Spielfilm von Juan Battle Planas nach einem Drehbuch von René Vautier)

1969 Le Glas (Kurzfilm, unter Vautiers Pseudonym Ferid Dendeni)

1965 L’aube des damnés (Dokumentarfilm von Ahmed Rachedi und einem Team des Centre Audiovisuel Ben Aknoun, in Zusammenarbeit mit René Vautier)

1963 Peuple en marche (kurzer Dokumentarfilm)

1962 Un seul acteur, le peuple (Dokumentarfilm)

1962 Cinq hommes et un peuple

1961 J’ai huit ans von Yann Le Masson und Olga Baïda-Poliakoff (nach einer Idee von René Vautier und Frantz Fanon)

1960 Karim et Leïla (Kurzfilm, unter Vautiers Pseudonym Ferid Dendeni)

1958 Algérie en flammes (kurzer Dokumentarfilm)

1957 Un général revient (Reportage)

1956 Les anneaux d’or (Kurzfilm)

1956 Plages tunisiennes (Kurzfilm)

1955 Pavillon chinois (Dokumentarfilm)

1955 Aux yeux de tourterelle (Dokumentarfilm)

1954 Une nation l’Algérie (Dokumentarfilm, mit Jean Lodz)

1953 D’autres sont seuls au monde! (kurzer Dokumentarfilm)

195x Vivent les Dockers (mit Robert Mennegoz)

1951 Un homme est mort (kurzer Dokumentarfilm, zerstört)

1951 L’Odet (Schulfilm)

1950 Afrique 50 (kurzer Dokumentarfilm)

1948 wirkte René Vautier als Assistent an dem Film Journées de printemps von Jean Venard mit und war Kameramann bei La grande lutte des mineurs, realisiert von einem Filmkollektiv des CGT


Filme über und mit René Vautier

2012 De sable et de sang von Michel Le Thomas

2007 Algérie Tours/Détours von Oriane Brun-Moschetti und Leïla Morouche

2007 Avril 50 von Bénédicte Pagnot

2007 Le petit blanc à la caméra rouge von Richard Hamon

2004 René Vautier. Ce que je crois, ce que je sais, ce qui est vrai von Marie-Pierre Valli

2002 René Vautier, cinéaste franc tireur von Sabrina Malek et Arnaud Soulier

1999 L’homme de la paix von Ahcène Osmani

1996 René Vautier l’indomptable von Jacques Royer

1992 Cinématon N°1559 René Vautier von Gérard Courant

1981 Le dur désir de dire von Alain d’Aix (Gérard Le Chêne)

1974 Ohne Genehmigung. Selbstportrait eines engagierten Regisseurs, Redaktion Hans Brecht (NDR) in Zusammenarbeit mit René Vautier

1969 René Vautier spielt einen französischen Soldaten im Film Z von Constantin Costa-Gavras.


Source:
www.ohnegenehmigung.com/?page_id=136
Films(s)