Fiche Personne
Dessinateur/trice

Albert Luba Ntolila

République démocratique du Congo

Français

Diplômé de l’Académie des beaux-arts de Kinshasa, Albert Luba Ntolila commence sa carrière en 1991 en publiant des planches dans Évasions, mensuel de BD publié par le groupe de presse Le manager.

Trois ans plus tard, il sort un premier album (sur un scénario de Nlandu Mayamba, avec Roger Beley en coauteur), un ouvrage de conscientisation politique intitulé Peuple en action : Zaïre, élections libres et démocratiques édité par le Groupe Amos.

Une version en swahili (Raia katika maendeleo : Zaïre uchaguzi huru na wa kidemokrasi) et une en tshiluba (Bena ditunga mbadiele ngoma : Zaïre masungula a mu budisuile ne budikadile bua Bantu) sont parallèlement éditées.

De 1996 à 2002, il travaille pour la revue pédagogique de BD Bleu blanc, créée et dirigée par Kizito Muanda.

En 1996, il participe à deux collectifs. Le premier, Le Retour du crayon noir, était soutenu par le Centre Wallonie-Bruxelles de Kinshasa. Le deuxième est issu d’un concours organisé par l’asbl Ti Suka, sortie d’un album collectif, Un dîner à Kinshasa, révélant les artistes de demain.

Par la suite, il dessinera pour plusieurs revues locales de BD : Fula Ngenge (1999-2001), Nkento (2001 à 2003). Par la suite, Luba Ntolila édite des bandes dessinées juridiques de sensibilisation avec l’ONG belge RCN – Justice et démocratie.

Cela donnera Le contrat de bail ou les relations entre bailleurs et locataires (2003, scénario de Me Guillain Malère) et en 2005, À qui appartient la terre ? (sur un scénario de Me Guillain Malère) et Mabongisi mpe makoki ya misala mya bosembo o mboka na biso (scénario d’Eugène Mukala). Puis en 2005 et 2006, il conçoit Référendum constitutionnel le 18 décembre 2005 de 06h00 à 17h00 et Comment Voter, des supports de sensibilisation (affiches et bandes dessinées) pour les élections présidentielles à venir que la commission électorale indépendante (CEI, 2006) puis la commission électorale nationale indépendante (CENI, 2011) ont utilisé pour les élections ainsi que pour le référendum constitutionnel de 2005.

Après avoir été membre de l’association Média BD, il fonde, avec d’autres, l’association Kin Label après avoir participé au collectif Là-bas… Na poto (2007, avec Faux départ).

Il est également présent dans la revue Kin Label dès le n° 2.

En 2009, il participe au collectif algérien La bande dessinée conte l’Afrique, publié par Dalimen Éditions.

Luba Ntolila apparaît également dans le recueil 50 ans d’indépendance 100 caricatures édité par l’École supérieure de journalisme de Lille en 2010.

En 2008, il a créé avec d’autres artistes, l’association Abcommunication qu’il préside.

L’association a édité deux numéros de la revue Fara fara dans le premier duquel Luba a publié une histoire courte, Arbitre pas comme les autres.