Fiche Personne
Dramaturge Comédien(ne)

Serigne Ndiaye

Sénégal
Facebook : facebook.com/Serigne Ndiaye Gonzales

Français

Après de brillantes études primaires et secondaires, ses premiers pas vers le théâtre marquent des débuts prometteurs. Déjà très jeune, il est animateur des troupes de du Pigalle Club et de la Municipalité. Souvent remarqué dans les Meetings de l’UPS où le leader Poète SENGHOR fait ses premières campagnes politiques, le Maire Ousmane NGOM, au nom de SENGHOR, propose une bourse de perfectionnement (théâtre) à Paris à Serigne NDIAYE Gonzales.

Le jeune Serigne est admis avec succès au Conservatoire du Professeur PODGI (Théâtre des Capucines), GONZALES s’exerce dans le théâtre, la chanson et la comédie musicale. La chance lui sourit et il fait la connaissance d’Enrico MACIAS qui l’encourage. Avec le Professeur PODGI, petit GONZALES s’initie à l’écriture d’une pièce évocatrice « LA COMPLAINTE DE L’ESCLAVE » qu’il interprète en 1962 au Théâtre des Capucines à Paris, sous la direction artistique de CLAUDY.

L’on voit vite le jeune Thiéssois dans Paris à la recherche d’horizons nouveaux. Il s’en remet à la Providence et rencontre Mr Lucien ALLIOT, Directeur d’Hollywood Star (Maison foraine) qui lui propose d’animer sa rotonde. GONZALES accepte sans hésiter. Pour lui, une nouvelle vie commence. Il part à la découverte de la France avec son spectacle qui le mène successivement dans différentes villes : ALENCON, SAINT OMER, BERNAY, TOURS, BORDEAUX, ORLEANS, BEAUGENCY, ROUEN, DUNKERQUE et au Luxembourg GRAND DUCHE, pour ne citer que celles-là. Entre ses partenaires et le temps consacré à ses études théâtrales, Serigne NDIAYE Gonzales crée plusieurs sketchs dont : « LA PERLE NOIRE DES CAPUCINES, MADELEINE LA JOLIE et STREEP GIRLS… »

Rentré de sa longue tournée, Enrico le présente cette fois à des amis du Caveau République entre autres Jacques MEYRAN. Chansonnier débutant, GONZALES se familiarise avec de nombreux estivants de passage dans les Foires du Trône et de Mont Martre. Paris est surpeuplé d’artistes, GONZALES le comprend. Le premier Festival Mondial des Arts Nègres (FESMAN) se prépare ; celui que les intimes à Paris aiment appeler Petit GONZALES profite de l’évènement pour regagner son pays le 31/07/1965 et participer aux différentes manifestations à Dakar.



Monsieur Maurice Sonar SENGHOR le découvre pour la première fois sur la scène du Théâtre National Daniel SORANO, dans une production extérieure de la pièce « LES FIANCAILLES TRAGIQUES » de Djibril Tamsir NIANE, d’après une adaptation et mise en scène de Gérard CHENET. GONZALES a pour partenaires : Laure CAMARA et Pierre GOUDIABY Atépa. Le 01/11/1965, moins de quatre mois après, Serigne NDIAYE Gonzales signe son contrat avec le Théâtre National Daniel SORANO où un chaleureux accueil lui est toujours réservé par Sonar SENGHOR, Doura MANE, Eddje DIOP, Moussa DIOUF, Guillaume CORREA, Emmanuel GOMEZ, et de jeunes Artistes sortis de l’Ecole Nationale des Arts du Sénégal.

Le Directeur de SORANO ne tarde pas à distribuer à Serigne NDIAYE Gonzales des rôles dans la pièce « MONSIEUR POTS DE VIN ET CONSORTS » (Rôle du Fonctionnaire) en 1966 dans une adaptation et mise en scène de Maurice Sonar SENGHOR, d’après LE REVISOR DE GOGOL. Serigne se confirme. Le voilà interprète de différents rôles dans les réalisations suivantes :

1965 : « LE FAUX MARABOUT » d’André TERRISSE (dans le rôle de SERIGNE SAMBA) d’après le MEDECIN MALGRE LUI de MOLIERE) ; mise en scène de Maurice Sonar SENGHOR. Dans la même année, il incarne le rôle de (FATHER) dans NEGRO SPIRITUAL d’Yves JAMIAQUE, mise en scène de Robert FONTAINE.

1966 : DELO de Thierno BA (UN SOLDAT), mise en scène de Maurice Sonar SENGHOR.

1967 : L’OS DE MOR LAM du Docteur Birago DIOP (rôle : Mor LAM), mise en scène de Maurice Sonar SENGHOR.

1968 : L’EXIL d’ALBOURY de Cheikh NDAO (rôle de Samba), mise en scène de Raymond HERMANTIER, KHAWARE ou FEERIE AFRICAINE (rôle : UN DISEUR), un spectacle conçu et réalisé par Maurice Sonar SENGHOR.

1971 : YAKHBA de Coly MBAYE ; une version Wolof de l’Os dans une mise en scène de Maurice Sonar SENGHOR.

1972 : AMAZOULOUS d’Abdou Anta KA (rôle : CHACA), mise en scène du groupe de réalisation dirigé par Raymond HERMANTIER

1973 : LE MALADE IMAGINAIRE de MOLIERE (rôle : ARGAN), mise en scène de Raymond HERMANTIER, LA TRAGEDIE DU ROI CHRISTOPHE d’Aimé CESAIRE (rôles : PRESENTATEUR et MAITRE DE CEREMONIE), avec mise en scène de Raymond HERMANTIER.

1974 : Serigne NDIAYE Gonzales a participé aux réalisations (nouvelles versions) de féeries africaines NATANGUE et ARWATAM ; spectacles conçus par Jean Pierre LEURS, puis au Festival de Lagos. GONZALES a tenu les rôles du GRIOT DE KANKOU MOUSSA et de GONCALVES dans la FRESQUE SUR L’AFRIQUE ET L’HOMME NOIR, pièce écrite par un groupe Négro Africains : Mame Kouma SENE, Djibril Tamsir NIANE, Chérif TALL, Roger DORSINVILLE, Félix Morisseau LEROY, mise en scène de Jean Pierre LEURS et Siba Fassou COMNOS.

Artiste polyvalent et talentueux, le comportement de GONZALES sur scène et dans la vie est souvent comparé à celui de Daniel SORANO, écrit Jean DUTOURD du Journal France SOIR. Serigne a créé et animé pendant douze années l’émission enfantine télévisée du mercredi (MAME DAFAY BANEXOU) (GRAND-PERE S’AMUSE) à l’ORTS.