Fiche Personne
Plasticien/ne Peintre

Daphné Bitchatch

France

Français

Daphné Bitchatch par Ismaïla Samba Traoré/ Ecrivain/ Editeur à Bamako.

Née le 2 janvier 1958 en France, à Lille.
Daphné Bitchatch conduit un travail de création artistique, politique et poétique simultanément au Mali, en France, au Bénin… Une peinture en voyage, à l’écoute du fleuve, du chemin qui chemine, de la vie, des rencontres…

Depuis 1987, elle réalise des peintures et installations en Hollande, en Allemagne, au Bénin, en France, en Afrique du Sud, au Mali, en Azerbaïdjan, en Lituanie, bref, de par « Le tout monde » comme l’écrit Edouard Glissant.

En résidence au Centre d’art Bajidala à Ségou Koura, où elle séjourne régulièrement pour y peindre et y écrire, elle a choisi d’expérimenter les matériaux locaux, l’argile du fleuve, les plantes tinctoriales. À Cotonou lors du Festival « Les artistes dans la rue » de Boulev’art, elle y peint les V.O.N.S, désignées Voies Orientées Nord Sud, ruelles en latérite, sans nom ni numéro. Pendant une quinzaine de jours elle y travaillera dans la rue avec des plasticiens du Togo, du Cameroun, Burkina Faso, Côté d’Ivoire, Brésil, Espagne etc., invités par Dominique Zinkpé (plasticien), ils débattront avec leurs expressions diverses « Contre la pollution ». Ils travailleront au c?ur de la ville, avec la poussière de la ville, les ocres et tous matériaux de récupération. De grandes toiles étaient déroulées sur l?asphalte, les V.O.N.S comme des chemins de peinture, j’ai senti parfois que peindre délimite le territoire entre le dehors et le dedans. Il n’y avait pas de scénographie sinon celle du quotidien de la rue. La peinture ne s’expose pas sur des cimaises sur cette place de l’Etoile Rouge à Cotonou, mais s?improvise là où vous trouvez à tracer votre espace directement sur une dynamique du présent.

S’entendre sur nos différences

A Tswane en Afrique du Sud, elle intervient dans une classe avec des enfants de CM1 et CM2. A Hambourg en Allemagne, dans le cadre du Festival « Wir Sind Woanders/ Nous sommes ailleurs », dans la galerie Projekthaus de Giulia Folina, elle crée une « Zone de Transit » proposant un travail de dessins transférés sur film plastique, y mêlant des photos d?actualités, de guerres, d?exil, un travail de transfert et de mémoire avec des témoignages provenant des camps de concentration, le tout sur les mots d’Abdellah Karroum (critique d?art et commissaire d?exposition) « A présent il s’agit de trouver un langage commun pour s’entendre sur nos différences » (Extrait du Catalogue Biennale de Dakar).

Elle appuie en parallèle depuis 2008 les activités d?encouragement à la lecture au Mali à travers la création d’un Fonds d’Art, de poésie et de littérature d’expression universelle auprès de la bibliothèque de lecture publique de Ségou située au Centre Malik Coulibaly. Avec Pierre Djiré, le bibliothécaire de Ségou, ils y proposent des événements ouverts au public, cinéma (Afrique du Sud (William Kentridge), France (Sophie Comtet Kouyaté), New York (Valentina Canavesio), des débats avec les étudiants et élèves de Ségou et les écrivains vivant au Mali (Ousmane Diarra, Dr Mamadou Fanta Simaga) etc…

Elle contribue également à la revue « Cassandre-Horschamp » et à la revue « Le Croquant » en proposant la publication d’entretiens réalisés avec des écrivains travaillant et vivant au Mali et en d’autres pays d’Afrique, tentant ainsi de construire une passerelle, de mots, d’images, de vies, d’idées, passerelle indispensable à l’évolution de l’art, et à la communication entre les humains.

English

With her artistic work, Daphne Bitchatch describes a path of human resistance, an individual effort of gaining influence by means of artistic expression.
Her work is at the same a personal life task: the process of exposing her herself directly to her surroundings, grasping essential elements of her environment, whether it be the urban environment of Paris the bustling street-life of Cotonou in Benin / Africa or the seemingly peaceful French country-side.
Daphne Bitchatch emerges herself into her surroundings and transforms her impressions into various art forms. Through her paintings, installations, land-art projects she leaves distinct traces, raises uncomfortable questions, and quite often confronts the observer with the brutality of repressive forces, social misbalance and the stifling atmosphere of predefined human destiny.
Not stopping at accusation, her work also provides a form of escape, reflects upon alternatives of resisting prescribed paths.
In an approach consisting of delicate poetic awareness combined with courage and persistence, she erases the confining rules of controlling instances with radical gestures, and thus provides space for personal reflection, redefinition, reinvention and renewal of human existence.


One could say that Daphne Bitchatch succeeds in reflecting the paradox
of modern life itself, while providing the observer the liberty
of developing his or her own individaul responses.

Barbara Lang
http://www.belang.de
___________________________________


______________________________________________________________________
Livres(s)