Fiche Personne
Chanteur/euse

Bebo Valdés

Cuba

Français

Né à Quivicán, Cuba, le 9 octobre 1918, Bebo Valdés est une figure emblématique de l’époque dorée de la musique cubaine. Dans les années 1940, Bebo Valdés est le premier à chercher de nouvelles formes musicales dérivées du mambo, avec Cachao. Il est l’âme du Tropicana et, en 1952, il enregistre la première jam session sur l’île, à la demande de Norman Granz. C’est lui qui invite Benny Moré à rejoindre son orchestre en tant que chanteur. Enfin, il est l’inventeur de la batanga.

En 1960, il s’exile en Suède, et sa vie prend alors une tournure radicalement différente. Il joue pendant six mois dans un club situé près du cercle polaire, puis il continue à vivre de la musique, mais pas de sa musique. Bebo tombe dans l’anonymat et fonde une famille.

Il y a dix ans, Paquito d’Rivera a demandé à Bebo de travailler pour lui comme compositeur et arrangeur, et finalement comme pianiste, sur un disque qui allait marquer la redécouverte de Bebo Valdés : Bebo Rides Again. Face à l’urgence de la proposition, Bebo a composé l’album en trois jours. Il entâme une nouvelle
carrière à l’âge de soixante-seize ans.

En 2000, Bebo Valdés revient sur le devant de la scène grâce à Fernando Trueba et son film Calle 54. Une semaine après la fin du tournage, il enregistre à New York avec Fernando un vieux projet de Nat Chediak : un disque quasi minimaliste de grands classiques cubains avec Cachao, Patato et, comme invité, Paquito d’Rivera. Ce disque, El Arte del Sabor, a obtenu deux Grammy Awards.

Aujourd’hui, à 85 ans, Bebo Valdés est désormais reconnu comme l’une des grandes figures vivantes de la musique internationale. Lágrimas Negras (album issu de son aventure avec Fernando Trueba), est un énorme succès en Espagne et se vend dans le monde entier, il a remporté un Latin Grammy Award et a replacé le pianiste cubain au coeur de l’actualité musicale. L’extraordinaire vitalité du « Caballón » (grand cheval), comme le surnomment ses amis à cause de son imposante stature, lui permet de multiplier les projets : le disque We could make such beautiful music together, en compagnie du violoniste uruguayen Federico Britos, le film de Trueba Le Miracle de Candeal, et son album Bebo de Cuba, projet d’une grande complexité car il résume sa vie musicale et reflète la quintessence de la musique cubaine.