Fiche Personne
Réalisateur/trice Scénariste Assistant/e réalisateur

Abderrahmane Bouguermouh

Algérie

Français

Né le 25 février 1936 à Ouzellaguène (Wilaya de Béjaia), fils d'un instituteur de la sévère école normale française et d'une mère analphabète qui ne connait que les poèmes et chants kabyles. Etudes secondaires à Sétif où il voit de prés l'horreur et la mort lors des événements de 1945. En 1957, il rencontre l'écrivain Mouloud Mameri ! Début d'une longue amitié. Après un passage à l'IDHEC (Institut des hautes des Etudes Cinématographiques) en 1960. Bouguermouh réalise des émissions de variétés pour la télévision, RTF, à Cognacq Jay. En 1963, il retourne au pays et participe à la création du CNCA (Centre National Cinématographique Algérien). Il en est exclu en 1964, à cause de ses idées. En 1965, sur un texte de Malek Haddad, il tourne "Comme une âme", un moyen métrage en berbère. Le film est refusé par le ministère qui en exige une version arabe. Il part alors pour Paris où, il post-synchronise le film en français: cela lui vaudra un deuxième licenciement, la confiscation et la destruction des positifs et des négatifs. Le film ne sera jamais diffusé. De 1965 à 1968, il réalise une série de documentaires de commande et prend contact avec les premiers intellectuels de la revendication berbère, Monsieur Hannouz, Taous Amrouche, Mouloud Mameri, Batouche Mouloud et Bessaoud Mohand Arab. Le réalisateur s'intéresse à un documentaire archéologique avant de tourner un autre moyen métrage "La grive", en 1967. Plusieurs fois primés, le film constitue selon les journalistes l'une des premières anthologies cinématographique algérienne. À partir de la fin des années 60, il tourne plusieurs courts métrages et contribue par la réalisation d'un épisode au film collectif L'Enfer à dix ans (1968). En 1968, il dépose "La colline oubliée" à la commission de censure. Dans une lettre d'intention, il précise que ce film ne peut se faire qu'en kabyle. Le projet est rejeté sans explication. Commence alors une longue traversée du désert au cours de laquelle, il collabore avec Mohamed Lakhdar Hamina, comme assistant réalisateur, dans "Chronique des années de braises", en 1973. Il réalise successivement pour la télévision (la RTA), deux longs métrages : Les Oiseaux de l'été (1978) et Noir et blanc / Kahla wa beida (1980), grand succès populaire. En 1987, il tourne son premier long métrage en 35mm Cri de pierre / Ourâkh al-hajar, plusieurs fois primé à l'étranger, mais très attaqué en Algérie. En 1989, on lui accorde enfin, l'autorisation de tourner en berbère La Colline oubliée (1996). Abderrahmane Bouguermouh décède le 03 février 2013, à l'hôpital de Birtraria (Alger) à l'age de 77 ans, des suites d'une longue maladie.
Films(s)