Fiche Personne
Metteur/se en scène Acteur/trice

Magali Solignat

Français

Magali Solignat découvre enfant le théâtre. Elle joue à 12 ans dans une pièce de Molière puis prend des cours au Centre des Arts de Pointe à Pitre avec Patrick Cheval, avec qui elle co-animera une émission de radio sur RFO.
A cette même époque, elle tourne avec Tony Coco-Viloin dans « Le cri des Neg Mawon » puis décide de partir se former à Paris et entreprend un cursus de trois ans à l’école d’Art Dramatique Périmony. Elle entreprend alors une démarche artistique et joue dans une pièce musicale : « La Banquise en été » de Françoise Toullec. Avec Bénédicte Budan, elle crée « Coïncidences » et arpente les scènes des festivals de Sarlat et d’Avignon.
Peter Watkins la retient pour le rôle de Joséphine dans le film d’art et d’essai : « La Commune de Paris ». Après plusieurs allers-retours entre Paris et la Guadeloupe, elle décide de revenir sur l’île.
Elle écrit, met en scène et interprète: « Solid’Air » qui s’est joué pour la 200 ème chez Henri à Marie Galante le 17 avril 2005 et a poursuivi sa diffusion au 20ème festival d’Aurillac.
Grâce à la danse, au chant, au ka et à la jonglerie, Magali Solignat s’oriente vers un théâtre pluriel. Elle rencontre Eddie Arnell et joue dans « Humour noir Rire jaune » (un spectacle qui connût un grand succès et se jouât pendant 3 ans en Guadeloupe puis au festival de la Dominique). Dans « La Boîte de Pandore » elle prolonge sa collaboration avec Eddie Arnell (en co-production avec l’Artchipel, scène nationale de la Guadeloupe), et confirme son intérêt pour la mise en scène collective. Elle joue également dans le film de Christian Lara, « A Propos d’Elles » pour qui elle écrit toute une séquence. Membre actif du Domaine de Birmingham depuis 2000, elle est, avec Simone Paulin, l’instigatrice du Ti-Téat et poursuit aujourd’hui encore sa mission pour rendre opérationnel le lieu. Auparavant elle y animait des ateliers théâtre pour les adolescents, créait la troupe Les Adorables Ados avec qui fût mis en scène « Marions nous avec Molière » et, avec tous les enfants de Birmingham, « Zapp’Mania », une comédie musicale jouée au Centre des Arts (rôle de la Fée Ludette).
Elle monte La Compagnie Aloé Théâtre, crée et met en scène un spectacle de Cirque contemporain, « Joris perd la boule ». Proche du monde circassien, elle crée et joue dans « Trésor de Flammes », un spectacle conçu avec des objets enflammés.
Elle prête sa voix à plusieurs documentaires comme « La Route de Mandja » et la bande annonce de « Lettre à Irène » de Tony Coco-Viloin ainsi que pour « F comme Femmes » de Steve et Stéphanie James. Son dernier film « Ping Pong d’amour » tourné en février 2005 a été réalisé par une équipe allemande, elle y tient un des rôles principaux, il sera diffusé en avant-première pendant le mois du film documentaire en Guadeloupe.
Magali Solignat continue à se former en suivant des stages de chant et de théâtre, (« Du texte au vivant » avec Jean-Paul Denizon, « Préludes » avec Ruddy Silaire et avec Jean-François Carron « Stage d’écriture théâtrale »). Aujourd’hui, auteur et interprète, avec Sabine Boukobza, de « Cabaret Métisse », ensemble, elles développent une complicité artistique quidure depuis dix ans. Après 18 représentations en Guadeloupe la pièce va se jouer en octobre au théâtre du jardin d’acclimatation et au Lavoir moderne parisien.