Petite conversation avec un auteur (1)

Lire hors-ligne :
Extraits de l’entretien accordé aux membres du Kilabu par l’écrivain Mohamed Toihiri en 2015, à l’occasion de la célébration des 30 ans de La République des Imberbes (2) , son premier roman. Depuis sa parution en 1986, Mohamed Toihiri est considéré comme le « père de la littérature comorienne d’expression française ». La fin du Kilabu a été l’occasion de lui rendre un dernier hommage. En 1983, l’ASEC (3) a publié un recueil de nouvelles – le premier, du genre – dans une perspective militante, où se confondent nation et reconnaissance. Est-ce que vous aviez les mêmes questionnements, lors de la parution de votre roman, La République des imberbes ? Je ne le pense pas....
Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore (ou plus) abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Ce contenu vous intéresse ? Africultures a besoin de vous pour continuer d'exister. Alors soutenez-nous !

Laisser un commentaire