Elle a l’expérience d’un baobab, et la fraîcheur d’un roseau. entre paris et Kinshasa, Laetitia Kandolo lance la deuxième collection de sa marque de vêtements Uchawi.

Le regard vif, le sourire franc et les cheveux colorés, la styliste Lætitia a de l’allure. Sous ses faux airs déjantés, et son jeune âge, 24 ans, se cachent déjà un talent brut et un curriculum vitae bien garni. La jeune femme de Rosny-Sous-bois (93) et originaire du Congo fréquente d’abord les bancs de Mod’Art, école de mode et du luxe, avant de finir avec un bachelor en Fashion Business dans la prestigieuse ESMOD (école supérieure des arts et techniques de la mode). elle démarre en tant que styliste avec Sarah Diouf pour le magazine Ghubar, et s’ensuit une collaboration avec Mario Faundez pour le WAD Magazine. son réseau se forge et son nom commence à circuler dans le milieu. pendant trois ans, elle est chargée d’habiller Kanye West pour de grands évènements. elle travaille également pour Rihanna, The Black Eyed Peas, Beyonce, Madonna et récemment avec Shy et Thomas Azier.

Minutieuse et perfectionniste, la jeune femme n’a pas froid aux yeux et décide finalement, en 2015, de lancer sa propre marque. « J’avais besoin de mettre en pratique mon savoir-faire. » Elle s’envole alors vers Kinshasa et pilote intégralement la conception de son projet. « J’ai pris conscience que je participais à l’élaboration de collections des autres en oubliant mes propres rêves. J’ai eu la chance de côtoyer de grands noms de la mode avec qui j’ai beaucoup appris et qui m’ont permis de développer mon côté créatif. J’ai voulu signifier cette chance et ce parcours dans le nom de ma marque. Uchawi signifie’ magie’ en swahili » confie t-elle. deux ans plus tard, la jeune designer a livré deux collections. les looks sont interchangeables pour une allure chic et décontractée le jour, et distinguée le soir. on y retrouve un savant mélange de wax, de tissus orientaux et africains, mais aussi des tressages de matériaux et d’étoffes made in France. Uchawi offre la possibilité d’un dressing complet avec des lignes de vêtements allant de 60 à plus de 300 euros. Toutes les pièces sont disponibles en boutique en ligne uniquement. « J’ai pour objectif de faire voyager à travers la mode. Uchawi est dépourvu de frontières » affirme Lætitia. Son challenge est aussi celui des étudiants et jeunes diplômés de l’ISAM (institut supérieur des arts et métiers de kinshasa) partenaire de la marque solidaire Uchawi. « Parfois les étudiants me disent qu’ils n’ont jamais travaillé les matières que je propose. c’est important pour moi qu’ils ne fassent pas que de la production mais qu’ils apprennent. J’espère que produire sur place va éveiller d’une façon ou d’une autre l’industrie du textile au Congo et ailleurs en Afrique et emmener une autre image de ce qu’est la mode sur le continent. » et à Lætitia de conclure, « ce n’est pas le vêtement qui habille, c’est notre personnalité qui habille le vêtement. tu peux porter un tee shirt blanc et un pantalon noir et qu’on te dise que tu es super bien habillée comme tu peux porter une robe qui coûte 5000 euros et ne rien dégager.« 

///Article N° : 13926