Fiche Spectacle
DANSE
Fïlaa
Pays concerné : Burkina Faso
Contributeur(s) : Salia Sanou, Seydou Boro

Français

Fïlaa – (« deux » en dioula)


Création Seydou Boro et Salia Sanou


C’est le désir de partir à deux, en duo… aller plonger dans l’univers
d’une expérience de vie, dans l’histoire d’un couple d’explorateurs
pour fouiller dans le secret du duo et de la dualité. Une dualité qui
est source d’imagination, de complémentarité, de regards croisés, de
longue marche dans une même direction, de consensus et d’antagonismes. Un duo qui ne peut exister que parce qu’il y a un désir vers… et pour qu’il y ait un désir vers… il faut qu’il y ait rapport à l’autre, cet autre qui est une partie cachée de nous, enfouie dans notre corps.
Le duo comme un corps de frère jumeau ou de sœur jumelle, qui relève un
défi, l’un à côté de l’autre, l’un prenant appui sur l’autre, dans le
même souffle, dans le même rythme, dans le même pas de deux, et parfois l’un répondant aux questions de l’autre, ou l’un défiant l’autre.
Nous abordons la matière liée au duo, en allant explorer le chiffre
fatidique deux, le chiffre pair, le dédoublement, le compagnon, le
binôme.
En quoi le fait d’être en duo, en double peut-il nous engager, nous
renseigner, nous interroger et nous interpeller.
Nous recherchons dans les rapports différentes qualités dans le contact des corps, les corps dans l’espace, dans le geste au mouvement, la verticalité, la tête vers le ciel, commencer une valse qui aboutit ou pas… laisser jaillir le doux, le dur, le mou et toute une gamme de sentiments liés aux rapports dans un couple.
Dans l’investissement de l’aire de jeu de la danse, à deux ou à quatre,
à six ou à huit, à deux fois quatre, à deux fois six et à vingt, que la
mélodie du ngoni (petite kora) nous donne l’élan, que le son du violon
nous entraîne, que le son grave de la guitare basse nous soutienne et
que le rythme du balafon (xylophone) nous porte loin vers le public,
vers l’autre…. Ceci est avant tout une aventure commune empreinte de complicité, de générosité avec les danseurs.

Ça pourrait ressembler curieusement à notre histoire de vie, à leur
histoire de créateurs, à votre histoire d’artistes.

Seydou Boro et Salia Sanou
Partager :