Fiche Structure
Institut de Formation aux métiers de l’Image et du Son de l’Afrique centrale (ISCAC)
Adresse : Blaise Nnomo Zanga, Directeur Yaoundé
Pays concerné : Cameroun

Français

L’Institut de Formation au Cinéma et à l’Audiovisuel de l’Afrique Centrale (ISCAC) a été fondé par le cinéaste-producteur Bassek ba Kobhio.

Directeur : Blaise Nnomo Zanga.

L’Institut Supérieure de formation aux métiers du Cinéma et de l’audiovisuel d’Afrique Centrale est opérationnelle depuis septembre 2011…

Une école de cinéma à Yaoundé

Cet établissement supérieur privé, le premier du genre au Cameroun est la mutation d’une formation professionnelle continue qui a existé durant plus de dix ans sous le nom de Classes de cinéma des Ecrans Noirs. L’évolution du profil des apprenants au fil des années, ainsi que leurs besoins signifiés d’avoir un diplôme universitaire, sont à l’origine de cette mutation.

La création de cette école de cinéma correspond à des objectifs bien précis :

– contribuer au renforcement de la formation dispensée au Cameroun en matières de cinéma et de l’audiovisuel
– répondre aux besoins de l’Afrique Centrale tout entière et du Cameroun en particulier, en techniciens bien formés, efficients et surtout adaptés aux conditions locales de travail
– valoriser de jeunes talents au seuil de la création ou au seuil du marché du travail, à travers le placement des apprenants dans des stages lors des productions de films

L’Institut supérieure de formation aux métiers du cinéma et de l’audiovisuel d’Afrique Centrale a pour siège Yaoundé. Réparties sur une superficie totale de 500 m², l’établissement est doté d’infrastructures modernes, pouvant accueillir un effectif annuel de 60 apprenants.

Au commencement étaient les classes de cinéma

L’objectif des classes de cinéma était de former des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel africain.

A l’origine du projet de formation dans lequel se sont lancés les Écrans Noirs, un constat : les réalisateurs africains, ceux d’Afrique Centrale et du Cameroun tut particulièrement, agissaient par passion, mais faisaient montre de grandes limites dans la fabrication de leurs films, lesquels de ce fait n’intéressaient pas le public. Voilà qui justifie pourquoi l’association Écrans Noirs s’engage dans des actions de formation. Ainsi naquirent les Classes de Cinéma des Écrans Noirs. Le projet débute d’abord au Cameroun en 1998, avant de s’étendre dans toute la sous-région Afrique centrale. Mais faute de moyens, cette formation sera suspendue dans les autres pays de la sous-région.

Les méthodes de travail étant basées essentiellement sur la pratique, les résultats ne tardent pas à tomber. Cinéastes et vidéastes naissent. Parmi eux, quelques-uns se démarquent. Romuald ITABA, Pauline ETET, Bernard KOUEMO, Narcisse MBARGA, Franck NONGA, Joël ZEUGA, Onderlil ZOLO, Parfait ZAMBO, Lambert NDZANA, Cyrille MASSO, Serge NOA, Michel KUATE, Narcisse MBARGA. Ces talents et bien d’autres font aujourd’hui la fierté du 7ème art camerounais.

Malgré ces succès enregistrés, les classes de cinéma disparaissent après plus d’une décennie de fonctionnement au profit d’un projet beaucoup plus ambitieux. L’Institut Supérieur de formation aux métiers du Cinéma et de l’audiovisuel de l’Afrique Centrale, dit ISCAC. Née en 2010, cet institut est appelé à évoluer dans sa configuration selon ses responsables. C’est ainsi qu’ils annoncent dès septembre 2014, l’ouverture de l’Institut de Formation aux Métiers du Cinéma et de l’Audiovisuel dit IFCAC. Ecrans Noirs n’a cependant pas mis fin aux formations ponctuelles durant le festival, l’objectif étant d’intéresser les jeunes au cinéma et à l’audiovisuel