Tous les articles

Tous les articles en lien avec « Il faudrait qu’on parle de nous »

  • Le (néo)colonialisme littéraire de Vivan Steemers
    Dans Le (néo)colonialisme littéraire, Vivan Steemers étudie les trajectoires remarquables de quatre romans à travers leur édition et leur réception : L’Enfant noir du Guinéen Camara Laye (Plon, 1953), Le Pauvre Christ de…
  • Quand l’Afrique est un marché… littéraire !
    Alors même que les éditeurs africains se regroupent pour mieux diffuser leurs livres au niveau panafricain et international, les francophones à travers Afrilivres et les anglophones avec African Books Collective, la sort…
  • Fespaco 2011: a festival under threat
    The awards attributed during the 22nd edition of the Fespaco (26 February-5 March 2011) reflect the festival selection. To varying degrees, this combined auteur and popular cinema, two categories that are subject to nume…
  • Fespaco 2011 : un festival menacé
    Le palmarès de la 22ème édition du Fespaco (26 février – 5 mars 2011) est à l’image de sa sélection, combinant à divers degrés cinéma d’auteur et cinéma populaire, deux catégories sujettes à de nombreux malentendus et qu…
  • Fespaco 2011: Un festival a rischio
    l palmarès della 22° edizione del Fespaco (26 febbraio-5 marzo 2011) è ad immagine della sua selezione, combinando a vari livelli cinema d’autore e cinema popolare, due categorie soggette a numerosi malintesi e che spess…
  • Ahmadou Kourouma ou la confusion de deux ordres
    Le rire est son idiolecte. Il pouffe en guise de réponse, glousse quand on l’interroge, s’esclaffe dès qu’on se prépare à le contredire. C’est l’adulte qui, une fois encore, se révèle être la parfaite incarnation bergson…
  • Les soleils des indépendances, un roman fondateur
    À l’occasion du cinquantenaire des indépendances, le salon du livre invite quatorze écrivains des quatorze pays de l’ancien empire colonial français (1). Les Soleils des indépendances, premier roman de l’Ivoirien Ahmadou…
  • Les écrivains et la colonie : les mensonges de l’Histoire
     » La France est secouée ces derniers temps par des débats, des déclarations, des lois qui, loin de la grandir, nous montrent finalement le visage d’un pays adepte de la langue de bois lorsqu’il s’agit d’affronter sa part…
  • Janjon pour Ahmadou Kourouma
    Je ne crois pas que je sois le mieux placé pour te dédier ces paroles, mais le devoir de mémoire et de reconnaissance m’y oblige. Lorsque je prenais congé de toi en cette fin d’après midi, j’étais loin de penser que ce …
  • Des romans sans amour-3811
    ///Article : 3811…
  • Comment faire passer un roman pour une « suite » d’un autre ?
    J’avais toujours cru que lorsqu’un écrivain achevait un roman, il disait adieu à ses personnages – même si par la suite ceux-ci composeraient cette globalité de l’œuvre que d’aucuns appellent univers. Seules les sagas, l…
  • Edito 61
    Les artistes contemporains africains sont-ils des griots des temps modernes ? L’expression traîne dans maints magazines et journaux et l’on voit littératures, théâtres et cinémas d’Afrique multiplier les personnages de g…
  • Le griot-totem
    De la littérature au cinéma, la figure du griot est utilisée par les artistes comme un symbole malléable à tous les goûts. Tantôt métaphore de l’écrivain ou du cinéaste, tantôt voix de la tradition ou voix prophétique, l…
  • Quand on refuse on dit non, d’Ahmadou Kourouma
    Disons-le tout de suite, ce roman inachevé de Kourouma est de trop. Quand on sait comment Kourouma travaillait énormément ses textes avant de les soumettre à l’éditeur, on se demande pourquoi les éditions du Seuil ont ju…
  • Kourouma avait raison : la politique est une affaire de bêtes sauvages
    Le barbu le plus célèbre du monde L’Amérique a redonné un mandat de quatre ans au Républicain George W. Bush. Le monde peut respirer. La chaîne CNN l’a écrit « America has spoken ». Voilà déjà une chose de faite. Et puis,…
  • Les étoiles du ghetto se cachent sans mourir
    Un matin d’avril 2002, sur le quai n°3 de la gare de Lyon à Paris, un homme. Grand, fort, presque géant, Noir et droit. Au milieu de la foule bigarrée, il attendait un train ou un voyageur. Je n’eus aucun mal à reconnaît…
  • Ahmadou Kourouma (1927-2003) ou l’Innovateur
    Kourouma appartient à la génération de Mongo Beti, Sembène Ousmane, Camara Laye, C. H. Kane, mais il est apparu sensiblement plus tard que ces derniers dans le champ des lettres africaines.C’est en 1968 qu’il publie au C…
  • Ahmadou Kourouma : Noblesse oblige
    I Vaillant chasseur il était, une sorte de Nimrod en pays malinké. Tel qu’en lui-même fondu dans un bronze tout à la fois inaccessible et proche, ainsi l’habille la photo d’Ulf Andersen. Jusque-là il s’était manifesté à…
  • L’inutile utilité de la littérature
    La question de l’engagement hante la littérature africaine depuis la négritude. Aperçu historique des débats qui ont secoué la scène littéraire africaine francophone. (1) » Chez (les écrivains de la négritude), le rêve es…
  • Paroles engagées, Paroles engageantes
    Ecrire aujourd’hui est-ce différent d’écrire hier ou d’écrire demain ? Ecrire aujourd’hui est-ce plus une passion, une nécessité ou un devoir ? Et pour qui écrire ? Et quoi écrire ? Et pourquoi écrire ? Et comment…
  • La chanson de Salimata, le chant des « non retournées, non pleurées »
    Parfois, la rencontre avec un personnage de roman marque autant qu’une rencontre de la « vraie vie ». Hommage d’une lectrice. »Une veillée ne se dit pas sans qu’en sourdine au récit ronronne un thème » (1) et dans tout roman…
  • Edito 59
    Ce n’est pas la première fois que nous travaillons main dans la main avec Fest’Africa, festival littéraire annuel à Lille, dans le nord de la France, mais aussi organisateur d’événements qui ont marqué la réflexion litté…
  • Haïti… Un monde à part entière
    Lorsque nous avons commencé notre travail de recherche, il y a un an, pour ce numéro spécial Haïti, nous n’avions qu’une mince idée de l’ampleur de la tâche qui nous attendait. Nous ne pouvions non plus prévoir que ce nu…
  • Haïti – une île lumineuse dans la nuit noire
    A la lumière de l’histoire de la construction politique haïtienne, le regard du romancier et poète guadeloupéen Daniel Maximin sur la littérature de l’île.La révolution haïtienne aboutit en 1804 à la création du premier …
  • L’infamie revisitée
    En écrivant Rosalie l’Infâme, Evelyne Trouillot voulait donner une voix aux esclaves invisibles. Un voyage qui l’a amenée à découvrir les horreurs cachées de l’histoire et la résistance quotidienne et silencieuse des fem…
  • Haïti ou l’affrontement de deux créolités
    La naissance de deux créolités haïtiennes remonte aux débuts de l’indépendance.La fami samble o Kreyol o nou la ye Nou pain ginin anko Chant vaudouUne nouvelle fois, de façon presque anecdotique et comme au fil du tex…
  • Port-au-Prince
    Roberto Stephenson est né à Rome en 1964, de père haïtien et de mère italienne. Il a vécu à Rome (Italie), Aleppo (Syrie), Amman (Jordanie), New York (USA), Ahmedabad (Inde), Londres (GB), et vit actuellement à Port-au-P…
  • Edito 58
    Nous voulions comprendre. Lorsque le 15 décembre 1492, Christophe Colomb aborde la côte d’Haïti, il est tellement saisi par la beauté des lieux qu’il appelle l’endroit  » la vallée du Paradis « . 500 ans plus tard, la beau…
  • La dernière image
    J’ai rencontré pour la première fois Ahmadou Kourouma il y a une dizaine d’années. A l’époque je venais de publier mon deuxième recueil de poèmes, L’Usure des lendemains. Kourouma était de passage à Paris pour un salon d…
  • Extinction des soleils des Indépendances
    Faire d’Ahmadou Kourouma un témoin, à la mode romanesque, de l’Afrique contemporaine est à la fois vrai et simpliste. Car il est aussi le témoin de la surdité européenne devant des évidences pas toujours bonnes à rappele…
  • Le roman en Côte d’Ivoire : une écriture « nzassa »
    Les recherches romanesques ivoiriennes débouchent sur une nouvelle écriture transculturelle auxquels Jean-Marie Adiaffi avait appliqué le terme agni de  » nzassa  » (assemblage de type patchwork).À côté de romans de factur…
  • Ames sœurs (Riches)
    Malgré d’évidentes intentions pédagogiques, « Riches » émeut et convainc. L’enseignante Molly dégage une belle énergie dans sa tentative de s’ancrer dans son pays d’accueil après avoir quitté l’Afrique du Sud de l’aparthei…
  • Le marketing ethnique est arrivé !
    Quatrième chronique  » Black Logo  » : Pascal Blanchard analyse à nouveau une publicité récente, cette fois sous l’angle de la timide apparition en France du marketing ethnique et du débat qu’il provoque.Tout le monde en p…
  • Bruno Boudjelal, photographe de l’intuition
    Après l’Algérie en noir et blanc et en couleurs, les villes africaines en couleurs… Bruno Boudjelal poursuit son voyage photographique mais 2003 est pour lui une année de présentation avec une suite d’expositions sur ses…
  • Le français, langue africaine
    Jean-Louis Joubert est un spécialiste de l’Océan Indien, professeur de littérature à l’université Paris 13 et directeur de publication de la revue Notre Librairie. Réagissant aux notions de génération, de postcolonialism…
  • Tunis, carrefour de toutes les danses
    Du 29 avril au 4 mai derniers se sont tenues à Tunis les 2e Rencontres chorégraphiques de Carthage. Avec plus d’une centaine de chorégraphes et danseurs invités, cette manifestation se veut la première plate-forme du mon…
  • « Ma cartographie corporelle n’est pas celle d’un Européen »
    Venu à la danse par le hip-hop, Hafiz Dhaou se forme par la suite auprès de Syhem Belkhodja au sein du Sybel Ballet Théâtre de Tunis. Après son bac et deux années d’études à l’Institut maghrébin de cinéma, il opte pour u…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Faouzi Bensaïdi
    Vous avez démarré comme acteur et passez avec trois courts métrages et maintenant un long derrière la caméra : pourquoi cette envie de cinéma ? L’envie de faire des films… Les cinéastes qui m’ont donné cette envie étaie…
  • Traduire le pluriel
    Sans traductions, la littérature africaine peut-elle prétendre à être une « littérature mondiale »?La question de la circulation des textes africains renvoie en premier lieu au problème de la diffusion et de la distributio…
  • Dialogue et quête de l’Autre
    Pour l’auteur zimbabwéen Chenjerai Hove, traduit en français par Jean-Pierre Richard, le traducteur est avant tout un créateur et un passeur de frontière. Son œuvre est désormais accessible en français, en danois, en sué…
  • Pour une exception musicale africaine
    Piégé par le concept néo-colonial de  » world music « , le musicien africain n’y trouve en général que le mirage d’un hypothétique succès individuel. Cette illusion le pousse à l’émigration, qui dévaste la vie musicale afr…
  • Danse contemporaine africaine : vers de nouveaux rapports sud-nord ?
    Après le temps de l’effervescence, c’est l’heure des premiers bilans de la danse africaine contemporaine. Créé en Europe il y a une dizaine d’années, ce concept, postérieur aux formes d’expression sur le continent africa…
  • En phase avec le monde
    Le 19 septembre 2002, lorsqu’éclatent les événements (que tout le monde, alors, imagine ne durer que quelques jours, quelques semaines tout au plus), Ananias Leki Dago est dans l’avion, venant à Paris pour travailler. C’…
  • La servitude volontaire de l’écrivain africain
    Aujourd’hui, on s’accorde à dire que la création est un état de crise. Ce terme désignait chez les Grecs la  » phase critique  » d’une maladie. Nous devons à la médecine l’activité qui, en France, s’illustre dans le champ …
  • « Il faudrait qu’on parle de nous »
    Manfred Loimeier, critique littéraire allemand spécialisé en littérature africaine, explore avec Ahmadou Kourouma ses principales motivations à écrire. Cet entretien complète les deux entretiens avec l’auteur déjà publié…
  • De naissance en (re)connaissance de la danse contemporaine africaine
    La danse contemporaine africaine évolue rapidement. Les créations présentées en ce début 2003, notamment au festival Dialogues de Corps à Ouagadougou et lors de la plate-forme Danse d’Africalia à Bruxelles, en témoignent…
  • Des arts martiaux au cinéma
    Jeune actrice débutante, Rokhaya Niang joue les rôles principaux de deux films sénégalais présentés en compétition au Fespaco, « Le Prix du pardon », de Mansour Sora Wade, et « Madame Brouette », de Moussa Sene Absa. Aviez-v…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Rasmané Ouedraogo
    Quel objectif poursuivaient les acteurs en se réunissant au Fespaco ? Nous voulions faire une sorte de critique sur notre profession : quelles sont ses contraintes, ses exigences, nos devoirs, avant d’aller vers une col…
  • Le Fleuve
    Le fait que Mama Keïta ait repris le même titre que le film de Renoir n’est pas neutre : ici aussi, rien n’est pittoresque. Ici aussi, un puzzle relationnel baigné dans la présence des êtres et des choses. Mais alors que…
  • Le Maître de la parole, El Hadj Ndiaga Mbaye, la mémoire du Sénégal
    Avec un évidente sympathie pour leur sujet mais sans complaisance aucune, c’est-à-dire avec un regard de simples témoins, Laurence Gavron et Hamidou Dix explorent les facettes tant publiques que privées d’un personnage m…
1
2