Tous les articles

Tous les articles en lien avec La chanson de Salimata, le chant des « non retournées, non pleurées »

  • By the rivers of Babylon : « Ce n’est pas qu’une affaire de cheveux»
    By the rivers of Babylon de Kei Miller – son deuxième roman traduit en français et paru chez Zulma- fustige « Babylone » et son système coercitif et policier. La Babylone des Rastafari jamaïcains, celle qui, depuis les a…
  • Trente ans après, ou presque, relire Le Nègre Potemkine
    Paru en 1988, le livre de l’écrivain et cinéaste camerounais Blaise N’Djehoya, Le Nègre Potemkine (1), fait non seulement une large place aux soldats oubliés de la Grande guerre, communément regroupés sous le vocable « ti…
  • Rentrée littéraire 10 : Visite à Aimé Césaire de Nimrod
    En juin 2013, Aimé Césaire aurait eu cent ans. De nombreux ouvrages ont célébré le poète, comme ce court ouvrage de Nimrod, publié par les éditions Obsidiane pour « saluer, au printemps, le centenaire » de cette naissance….
  • Rentrée littéraire 9 : Méditerranée – Les Porteurs de rêve
    Publié dans le sillage de l’exposition Le Noir et le Bleu. Un rêve méditerranéen…, exposition inaugurale du tout nouveau musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée à Marseille, cet ouvrage signe aussi l’un…
  • Rentrée littéraire 2 : Léonora Miano
    La Saison de l’ombre de Léonora Miano, qu a obtenu le prix Fémina le 6 novembre 2013.À l’intérieur des terres africaines, dans le village du clan Mulongo, un incendie a éclaté, douze hommes ont disparu. Dix adolescents, …
  • Poisons de Dieu de Mia Couto
    Sidonio Rosa, médecin « Portugais nouveau venu » arrive à Villa Cacimba, bourgade d’Afrique frappée d’une épidémie de méningite. Il y soigne surtout Bortolomeu Sozinho, un vieux mécanicien-marin à quai, reclus dans une cha…
  • Un dhikri pour nos morts la rage entre les dents de Soeuf Elbadawi
    Ce qui frappe d’abord, c’est le souffle. Le souffle et la rage, présents dès le titre si l’on songe que l’invocation du nom de dieu (dhikri), si importante dans le soufisme, est respiration, rythme, répétition… souffle. …
  • Le (néo)colonialisme littéraire de Vivan Steemers
    Dans Le (néo)colonialisme littéraire, Vivan Steemers étudie les trajectoires remarquables de quatre romans à travers leur édition et leur réception : L’Enfant noir du Guinéen Camara Laye (Plon, 1953), Le Pauvre Christ de…
  • Sous le regard du lion
    Éthiopie, 1974. Année terrible entre toutes pour Hailu, chirurgien réputé et père de famille, qui voit la lente agonie de sa femme Selam qui a décidé de ne plus lutter. Face à ce lent délitement, une autre décomposition,…
  • « Ne pas classifier mon art sur une base géographique »
    Les univers urbains – et notamment la banlieue – servent souvent de cadre à vos romans. En général, est-ce le paysage qui fait naître le roman ? Et dans ce cas précis, comment l’histoire à raconter vous est-elle venue ? …
  • Fleur de béton
    Premières pages : le beat et la fumée du Black Move, une boîte de nuit improvisée dans une cave de la tour C de la cité des 6 000. Avec Rosa Maria, le lecteur plonge tête la première dans l’atmosphère de flambe, de sueur…
  • Borderland :
    First of all, Bound to secrecy (Borderland in its french translation) is your first book to be published in French (though you published two others in English before: The Land of the Fathers and The Kingdom of Sebah). So…
  • Borderland :
    Borderland (Bound to secrecy en anglais) est votre premier livre à être publié en France, bien que deux autres existent en anglais (The Land of the Fathers and The Kingdom of Sebah). Pourriez-vous donc, en quelques mots,…
  • Borderland
    Tout commence par l’arrivée d’un étranger à Wologizi, ville aux confins des mondes, accablée de chaleur et de poussière. Une arrivée écrite comme on tournerait un plan séquence : Cela lui prit près d’une heure pour atte…
  • Quand l’Afrique est un marché… littéraire !
    Alors même que les éditeurs africains se regroupent pour mieux diffuser leurs livres au niveau panafricain et international, les francophones à travers Afrilivres et les anglophones avec African Books Collective, la sort…
  • Fespaco 2011: a festival under threat
    The awards attributed during the 22nd edition of the Fespaco (26 February-5 March 2011) reflect the festival selection. To varying degrees, this combined auteur and popular cinema, two categories that are subject to nume…
  • Entretien de Nathalie Carré avec Sofiane Hadjadj co-fondateur des éditions barzakh
    Il y a dix ans, naissait en Algérie une belle maison d’édition. Entretien avec les éditions barzakh en 10 questions – comme autant de bougies d’anniversaire !Il y a dix ans naissaient les éditions barzakh. En décembre 20…
  • Entre écrit et oral : le conte, voyage aux rives multiples
    L’univers des contes : un monde de mots égrenés qui nous porte bien au-delà de l’enfance. A l’occasion de la parution de ses Contes des trois rives, l’écrivain Mourad Djebel revient sur la genèse de ce dernier ouvrage et…
  • Fespaco 2011 : un festival menacé
    Le palmarès de la 22ème édition du Fespaco (26 février – 5 mars 2011) est à l’image de sa sélection, combinant à divers degrés cinéma d’auteur et cinéma populaire, deux catégories sujettes à de nombreux malentendus et qu…
  • Fespaco 2011: Un festival a rischio
    l palmarès della 22° edizione del Fespaco (26 febbraio-5 marzo 2011) è ad immagine della sua selezione, combinando a vari livelli cinema d’autore e cinema popolare, due categorie soggette a numerosi malintesi e che spess…
  • Abdelkader Djemaï : Gare du Nord, Camping, le Nez sur la vitre
    Après Mohammed Dib et Sadek Aïssat, c’est à Abdelkader Djemaï que les éditions Barzakh consacrent une trilogie réunissant trois courts romans écrits entre 2002 et 2004 : Gare du Nord, Camping et Le Nez sur la vitre.Ces t…
  • Beyrouth Canicule
    Le Paris des années 70. Un Paris qui vibre de conversations, rencontres, luttes et convictions. Un Paris prolétaire, émigré, engagé, qui a ses lieux de rencontres dont celui que s’est justement choisi « un petit groupe dé…
  • Ahmadou Kourouma ou la confusion de deux ordres
    Le rire est son idiolecte. Il pouffe en guise de réponse, glousse quand on l’interroge, s’esclaffe dès qu’on se prépare à le contredire. C’est l’adulte qui, une fois encore, se révèle être la parfaite incarnation bergson…
  • Jours d’enfance
    Clés-à-molette ou Roulement-à-billes : la société sud-africaine, qui s’y connaît, a des subtilités de classement extrêmement sensibles, surtout aux yeux d’un adolescent en quête de reconnaissance alors que les Clés-à-mol…
  • Adlène Meddi : « Chercher au fond de nos décombres la force d’aimer, c’est l’effraction salutaire »
    Les lecteurs algériens et quelques autres chanceux avaient pu découvrir Adlène Meddi aux travers des deux polars publiés par les éditions Barzakh : Le casse-tête turc (2002), et La prière du Maure (2008). Aujourd’hui, le…
  • Le Piment des plus beaux jours
    Découvrir un nouvel auteur est toujours une aventure… et un plaisir lorsqu’il offre un regard frais sur une certaine réalité. Or, c’est le sentiment que l’on a à la lecture du Piment des plus beaux jours, premier roman d…
  • Afrique. Paroles d’écrivains
    Il n’est pas toujours évident de faire parler les écrivains, notamment lorsque ceux-ci sont parfois enfermés dans des carcans d’appartenances géographiques qui tendent à faire passer au second plan leur travail littérair…
  • Les soleils des indépendances, un roman fondateur
    À l’occasion du cinquantenaire des indépendances, le salon du livre invite quatorze écrivains des quatorze pays de l’ancien empire colonial français (1). Les Soleils des indépendances, premier roman de l’Ivoirien Ahmadou…
  • « Ce que je veux faire, c’est l’homme qui marche de Giacometti »
    Rencontre autour de son dernier roman avec le grand écrivain algérien Abdelkader Djemaï.Vous dédiez votre dernier texte, Un moment d’oubli*, « à tous ceux qui sont dehors » et, en effet le livre dessine, au gré des souveni…
  • Un moment d’oubli
    Un homme dans une ville. Un homme qui erre, sans que l’on sache pourquoi, et dont l’histoire, peu à peu se dessine, au gré des souvenirs qui remontent, traçant le tableau – ombre et lumière – de sa vie et de son drame. Q…
  • Le meilleur reste à venir
    1971, Lagos, Nigeria : Enitan, grandit dans un quartier résidentiel, au bord de la lagune, entre un père « féministe » (jusqu’à un certain point) qui veut une éducation pour sa fille et une mère lointaine, qui a un jour pe…
  • Adieu mon frère
    Chacun l’a sans doute un jour éprouvé, les grands moments de la vie, les morts et les naissances, poussent à revisiter les chemins de l’existence, à mesurer le temps parcouru. « Mon père se meurt et je suis enceinte » : c…
  • Désordres amoureux
    Avec cette nouvelle publication, au sein de la collection « écrits d’ailleurs », les éditions Zoé poursuivent leur travail de mise à disposition – par la traduction – de textes majeurs du patrimoine mondial. Une initiative…
  • Gary Victor : Personnages en quête d’auteur
    L’inspecteur Azémar Dieuswalve, que les lecteurs avaient déjà découvert dans Les cloches de la Brésilienne, est confronté à Port-au-Prince, à une série de meurtres sauvages et inexpliqués. Dans le même temps, Pierre Jean…
  • La condition noire, Essai sur une minorité française
    Voilà un essai comme on rêve d’en avoir plus souvent entre les mains : un concentré d’intelligence et de clarté, une réflexion pertinente, appuyée sur des faits précis (1), qui balaie le champ des approches existantes, e…
  • L’empreinte des pas sur la terre. Mémoires nomades d’un personnage de fiction
    « N’est-ce pas cela la vie, dit-il, feuilleter le livre de soi-même et découvrir des histoires inconnues que l’on n’a encore jamais lues ? »Ces quelques lignes tirées du Cœur-chien (1), ouvrage publié en 2005, pourraient a…
  • Nous, enfants de la tradition
    « À douze ans, j’avais été élu aîné de ma famille » : cette phrase constitue le cœur du nouveau récit de Gaston-Paul Effa. Une petite douzaine de mots qui à eux seuls racontent l’histoire d’une dépossession. Celle qui cond…
  • Les écrivains et la colonie : les mensonges de l’Histoire
     » La France est secouée ces derniers temps par des débats, des déclarations, des lois qui, loin de la grandir, nous montrent finalement le visage d’un pays adepte de la langue de bois lorsqu’il s’agit d’affronter sa part…
  • Janjon pour Ahmadou Kourouma
    Je ne crois pas que je sois le mieux placé pour te dédier ces paroles, mais le devoir de mémoire et de reconnaissance m’y oblige. Lorsque je prenais congé de toi en cette fin d’après midi, j’étais loin de penser que ce …
  • Des romans sans amour-3811
    ///Article : 3811…
  • Comment faire passer un roman pour une « suite » d’un autre ?
    J’avais toujours cru que lorsqu’un écrivain achevait un roman, il disait adieu à ses personnages – même si par la suite ceux-ci composeraient cette globalité de l’œuvre que d’aucuns appellent univers. Seules les sagas, l…
  • Le griot-totem
    De la littérature au cinéma, la figure du griot est utilisée par les artistes comme un symbole malléable à tous les goûts. Tantôt métaphore de l’écrivain ou du cinéaste, tantôt voix de la tradition ou voix prophétique, l…
  • Quand on refuse on dit non, d’Ahmadou Kourouma
    Disons-le tout de suite, ce roman inachevé de Kourouma est de trop. Quand on sait comment Kourouma travaillait énormément ses textes avant de les soumettre à l’éditeur, on se demande pourquoi les éditions du Seuil ont ju…
  • Kourouma avait raison : la politique est une affaire de bêtes sauvages
    Le barbu le plus célèbre du monde L’Amérique a redonné un mandat de quatre ans au Républicain George W. Bush. Le monde peut respirer. La chaîne CNN l’a écrit « America has spoken ». Voilà déjà une chose de faite. Et puis,…
  • Les étoiles du ghetto se cachent sans mourir
    Un matin d’avril 2002, sur le quai n°3 de la gare de Lyon à Paris, un homme. Grand, fort, presque géant, Noir et droit. Au milieu de la foule bigarrée, il attendait un train ou un voyageur. Je n’eus aucun mal à reconnaît…
  • Ahmadou Kourouma (1927-2003) ou l’Innovateur
    Kourouma appartient à la génération de Mongo Beti, Sembène Ousmane, Camara Laye, C. H. Kane, mais il est apparu sensiblement plus tard que ces derniers dans le champ des lettres africaines.C’est en 1968 qu’il publie au C…
  • Ahmadou Kourouma : Noblesse oblige
    I Vaillant chasseur il était, une sorte de Nimrod en pays malinké. Tel qu’en lui-même fondu dans un bronze tout à la fois inaccessible et proche, ainsi l’habille la photo d’Ulf Andersen. Jusque-là il s’était manifesté à…
  • L’inutile utilité de la littérature
    La question de l’engagement hante la littérature africaine depuis la négritude. Aperçu historique des débats qui ont secoué la scène littéraire africaine francophone. (1) » Chez (les écrivains de la négritude), le rêve es…
  • Paroles engagées, Paroles engageantes
    Ecrire aujourd’hui est-ce différent d’écrire hier ou d’écrire demain ? Ecrire aujourd’hui est-ce plus une passion, une nécessité ou un devoir ? Et pour qui écrire ? Et quoi écrire ? Et pourquoi écrire ? Et comment…
  • La chanson de Salimata, le chant des « non retournées, non pleurées »
    Parfois, la rencontre avec un personnage de roman marque autant qu’une rencontre de la « vraie vie ». Hommage d’une lectrice. »Une veillée ne se dit pas sans qu’en sourdine au récit ronronne un thème » (1) et dans tout roman…
1
2