Tous les articles

Tous les articles en lien avec « L’œuvre de Baldwin est plus que jamais d’actualité »

  • Les Petits de la guenon
    Dans son roman, Les phalènes consacré aux effets de la loi-cadre en Afrique Centrale, Tchicaya U Tam Si fait dire à l’un de ses personnages :  » Hier est dans les pas de demain « . Cette phrase aurait pu servir d’exergue a…
  • Retour à Tanger
    Dans le cadre du Salon international de Tanger des Livres et des Arts (1), Boniface Mongo M’Boussa a arpenté la ville qui a inspiré bon nombre d’auteurs.Me voici à nouveau à Tanger. Je dis : à nouveau. Invité par le Salo…
  • Koffi Kwahulé et les soleils polyphoniques de Kourouma
    Après un détour quasi initiatique par l’oeuvre romanesque d’Ahmadou Kourouma dont il a adapté deux romans pour une pièce intitulée Fama, Kwahulé s’est engagé dans une écriture romanesque où l’on retrouve la choralité de …
  • Tati-Loutard, « l’élégance dans la modestie »
    À la mort du poète Congolais Tchicaya U Tam’si en 1988, Jean-Pierre Rémy écrivait : « La mort d’un poète est une infime blessure, et je ne suis pas ému par les catafalques dressées dans la cathédrale ; le poète meurt, il …
  • Sembène Ousmane et l’extraversion de l’Afrique
    Dans l’un des chapitres de son essai L’homme précaire et la littérature, consacré à l’imaginaire de vérité, André Malraux trace un parallèle suggestif entre le XIIIe siècle et le nôtre. Les deux, nous dit-il, sont des si…
  • Une relecture du porc-épic de Mabanckou
    Ah comme il est hasardeux de présenter l’œuvre d’un auteur « francophone » et métropolitain sans rien connaître de sa culture ! Voilà ce qui arrive quand on se laisse prendre au discours médiatique de cette nouvelle généra…
  • Black Bazar
    S’il est bien un mot qui inscrit une certaine idée de l’Orient et plus largement de l’exotisme, dans la langue française, c’est bien celui de « bazar ». Les dictionnaires nous signalent qu’il est attesté depuis le premier …
  • Le sacre de Tierno Monénembo
    Tierno Monénembo a reçu le lundi 10 novembre le Prix Renaudot 2008 pour son roman Le roi de Kahel. Sacre mérité pour ce romancier révélé en 1979 par Les Crapauds-brousse publié au Seuil. S’il est reconnu par ses pairs et…
  • Diaspora et littérature négro-africaine sous bénéfice d’inventaire
    Dans, Le premier homme, roman posthume d’Albert Camus, il y a une scène émouvante : le héros, Jacques Cormery se rend au Cimetière de Saint-Brieuc pour repérer la tombe de son père, mort pendant la première guerre mondia…
  • « Le stéréotype appartient à celui qui le forme, pas à celui qui en est la cible »
    Publié en mai dernier, le rapport global 2007 du Bureau International du Travail (BIT) sur l’égalité au travail, souligne qu’en dépit des avancées majeures, les discriminations au travail persistent et prennent de nouvel…
  • Le labyrinthe de la solitude congolaise : Indépendance Cha cha
    Dans son dernier roman, la romancière française Anne Vallaeys accomplit un retour au pays natal : le Congo qui l’a vu naître et qu’elle a quitté à neuf ans, au lendemain des indépendances.Dans son remarquable essai : Le …
  • Littérature : quand les écrivains occupaient le « terrain » journalistique
    Quels liens entre littérature et journalisme dans les littératures africaines postcoloniales ? Critique littéraire, Boniface Mongo Mboussa propose ici quelques éléments de réponse.Comment envisager les relations qui se s…
  • « L’œuvre de Baldwin est plus que jamais d’actualité »
    Alain Mabanckou, prix Renaudot avec Mémoires de porc-épic (2006) publie un essai, Lettre à Jimmy (Fayard 2007) sur l’œuvre de James Baldwin. Le ton de ce livre (celui de la confidence) sert de prétexte à l’écrivain pour …
  • Tati-Loutard, l’honneur de la poésie africaine contemporaine
    Après avoir salué le Mauricien Edouard Maunick et le Malgache Jacques Rabemenanjara, la maison d’Alioune Diop célèbre le Congolais Jean-Baptiste Tati-Loutard Homme de culture, critique littéraire et artistique, Jean-Bapt…
  • Les belles choses que porte le ciel
    Dans le champ littéraire africain, le monde anglophone s’est toujours affirmé novateur. On se souvient du décapant Ivrogne dans la brousse d’Amos Tutuola, de la remarquable Route de la faim de Ben Okri, ou des fameuses C…
  • « Ne prenons pas Senghor pour ce qu’il n’est pas ! »
    Après avoir célébré Aimé Césaire (1), Daniel Delas – professeur émérite à l’université de Cergy- Pontoise – médite dans une biographie roborative sur l’œuvre de Senghor.Vous avez publié en 1982 (2), une étude critique su…
  • Rencontres « Maintenant l’Afrique ! »
    Diversité, évolutions, influences, auto-productions, exportations des œuvres, coopération interculturelle… autant de thèmes abordés durant la première table-ronde des rencontres. Ce débat fut animé par la haute personnal…
  • « Je crains la volupté verbale »
    Après un premier roman, Lisahohé, traversé par la relation Histoire / mémoire, l’écrivain togolais Théo Ananissoh nous donne à lire avec Un reptile par habitant, un vrai faux polar devenant au fil du récit, une interroga…
  • Une nouvelle région du monde. Esthétique I
    L’an dernier, Edouard Glissant avait publié un essai au titre énigmatique: La cohée du lamentin. C’était une sorte de  » retour au pays natal « , puisqu’il est natif du Lamentin,. Ce livre lui servait en tout cas de prétex…
  • Rencontres « Maintenant l’Afrique ! » : entre amer réveil et lueurs d’espoir
    En attendant la parution du prochain numéro d’Africultures (n°69, à paraître en décembre 2006 et réalisé en partenariat avec CulturesFrance), consacré à l’économie de la culture en Afrique et qui présentera des synthèses…
  • à propos de Sans rancune de Thomas Kanza
    Roman charnière de la littérature du Congo-Kinshasa et précieux document historique, Sans rancune de Thomas Kanza (ancien compagnon de Lumumba), longtemps introuvable, vient d’être réédité par Jean-Pierre Orban.Qui est J…
  • Mémoires de porc-épic
    Mémoires de porc-épic, dernier roman d’Alain Mabanckou vient d’être couronné par le prestigieux prix Renaudot qui lui avait échappé en 2005 – au profit de Nina Bouraoui – pour son roman Verre Cassé.Dans son précédent rom…
  • Presque-Songes – Sari-Nofy
    Exhumation d’un poète Jean-Joseph Rabearivelo (1901-1907) est probablement l’écrivain malgache le plus célèbre. Issu d’une famille noble de l’Imerina, il est fasciné par la littérature française, qu’il découvre au collè…
  • Senghor à l’honneur
    Une biographie et une anthologie mettent le « poète-président » à l’honneur.Par l’ampleur de sa documentation et sa finesse d’analyse, Vie de Léopold Sédar Senghor du professeur Janet G. Vaillant se distingue parmi les nom…
  • Babyface ou la leçon de Koffi Kwahulé
    Le premier roman du dramaturge Koffi Kwahulé est un chant d’amour polyphonique.En France, où les champs artistiques sont généralement compartimentés, il n’est pas toujours aisé de naviguer d’un genre à l’autre. Beaucoup …
  • Une poésie d’initiation
    Lors du Printemps des poètes du 7 au 13 mars 2006 sur le thème le  » chant des villes « , vous serez à l’honneur, puisque votre recueil Gnia est mis en scène par Gilbert Tiberghien. Quel sentiment vous inspire cette électi…
  • Harraga
    Boualem Sansal a fait une entrée fracassante en littérature avec son premier roman Le Serment des barbares (1999) – une charge virulente contre l’Algérie des Islamistes et du F.L.N. Depuis, il a publié L’arbre fou (2000)…
  • « Tchicaya U Tam’si empêchait la littérature africaine de tourner en rond »
    A l’instar de L. S. Senghor, le poète congolais a toujours été un chantre du dialogue entre l’Afrique subsaharienne et le Maghreb. Témoignage du poète tunisien Tahar Bekri.Boniface Mongo : Cette rencontre avec Tchicaya. …
  • La cohée du lamentin. Poétique V
     » Agis dans ton lieu, pense avec ton monde « . Cette maxime de l’auteur ressassée dans plusieurs essais convient au cinquième volume de sa poétique : La cohée du lamentin. Ce titre, inintelligible au non Martiniquais, ren…
  • La place de la littérature dans l’interculturel
    Dans la préface qu’il consacre à votre essai, J.M.G. Le Clezio écrit : « Issa Asgarally n’est pas le produit de la culture française. On peut même affirmer qu’il n’est pas le produit d’une culture purement occidentale. I…
  • Nègre je suis, nègre je resterai. Entretiens avec F. Vergès.
    Les années 90 ont été des années grises quant à la réception d’Aimé Césaire. Il y a d’abord eu le manifeste de la créolité (1989) cosigné par P. Chamoiseau, R. Confiant et J. Bernabé, qui reprochait à Césaire son amour i…
  • Double flamme africaine*-3809
    ///Article : 3809…
  • Lyriques amoureuses-3812
    ///Article : 3812…
  • Le royaume du python
    1. Avant toute chose, je vais tenter de préciser les notions autour desquelles j’articule cette réflexion. Il y a d’abord l’expression  » royaume du python  » qui peut sembler renvoyer à un certain exotisme, voire à une c…
  • « Le code noir »
    Jamais mon train n’aura ressemblé à celui d’un touriste. Paris… Chaque bâtisse me paraît étrangère, et pour peu qu’un automobiliste klaxonne devant mon égarement, je retrouve enfin mes marques dans cette ville. Je n’ose…
  • Raharimanana, quel qu’en soit le prix…
    Cher Jean-Luc, L’article de Nimrod  » Le fol amour de soi « , publié sous la rubrique  » Rebonds  » d’Africultures, a fait référence à ma contribution intitulée  » Ce soir vous lirez Quignard ou Raharimanana  » parue sur ce s…
  • Écrire le métissage
    Les personnages métis apparaissent dans la littérature africaine dès les années 1930. Aperçu historique, de Nini la mulâtresse d’Abdoulaye Sadji à Lagon, lagunes de Sylvie Kandé.Première colonie française en Afrique noir…
  •  » Le métissage en Afrique est un sujet sensible « 
    Métis d’origine congolaise, Henri Lopès est l’une des figures majeures de la littérature africaine contemporaine. Poète, romancier, essayiste, mais aussi homme politique, il est l’un des premiers à avoir mis en scène dan…
  • Divagations pendant un hiver au Michigan
    Musique congolaise : des titres d’album et des chansons en  » franlingala  » Il y a donc la neige. On aurait dit des montagnes tombées du ciel par une opération du Saint-Esprit. Si tant est que le Saint-Esprit daigne enco…
  • Comment faire passer un roman pour une « suite » d’un autre ?
    J’avais toujours cru que lorsqu’un écrivain achevait un roman, il disait adieu à ses personnages – même si par la suite ceux-ci composeraient cette globalité de l’œuvre que d’aucuns appellent univers. Seules les sagas, l…
  • Ce soir vous lirez Quignard ou Raharimanana
    Dès lors qu’une oeuvre est réputée difficile d’accès, on a vite fait de parler de la vie de l’auteur, de ce qu’il aime, de ce qu’il déteste, de ses coups de gueule, de ses coups de cœur, de ses combats etc. On lui accord…
  • Ecoutons les chansonniers !
    Révélé au grand public en 2001 par son roman Les Jambes d’Alice (Actes Sud, 2001), Nimrod est avant tout un poète. Il est également un critique littéraire, auteur d’un remarquable Tombeau de Léopold Sédar Senghor (Le tem…
  • Introduction
    Les études sur le barde et l’épopée en Afrique noire ont été considérablement entravées par les nombreux a priori des chercheurs occidentaux. Il nous faut reconnaître d’emblée que le genre épique a été défini à partir de…
  • Quand on refuse on dit non, d’Ahmadou Kourouma
    Disons-le tout de suite, ce roman inachevé de Kourouma est de trop. Quand on sait comment Kourouma travaillait énormément ses textes avant de les soumettre à l’éditeur, on se demande pourquoi les éditions du Seuil ont ju…
  • Les âmes du peuple noir
    Pour la plupart des Africains, le nom de William Edward Burghardt Du Bois (1868-1963) renvoie au panafricanisme ; pour les Afro-Américains, Dubois est d’abord l’auteur d’un livre mythique : The Souls of Black Folk. Publ…
  • Verre cassé
    que l’heure était désormais à l’écrit parce que c’est ce qui reste, la parole c’est de la fumée noire, du pipi de chat sauvage A. M. » La conversation de la mémoire  » De fait, les écrivains devraient aborder les questio…
  • Kourouma avait raison : la politique est une affaire de bêtes sauvages
    Le barbu le plus célèbre du monde L’Amérique a redonné un mandat de quatre ans au Républicain George W. Bush. Le monde peut respirer. La chaîne CNN l’a écrit « America has spoken ». Voilà déjà une chose de faite. Et puis,…
  • « Nous sommes orphelins de nations »
    Sami Tchak s’est révélé au public en 2001 avec son roman Place des fêtes (Gallimard), dans lequel, il explore avec insolence la question de la marginalité à travers le regard d’un adolescent issu de l’immigration. Deux a…
  • et moi aussi je ne sais rien de cette île
    et moi aussi je ne sais rien de cette île, mais c’est pas grave, je vous demande pardon, et moi aussi je ne sais rien de ce peuple, c’est impardonnable, mais on ne peut pas tout savoir, veuillez accepter mes excuses, et …
  • L’inutile utilité de la littérature
    La question de l’engagement hante la littérature africaine depuis la négritude. Aperçu historique des débats qui ont secoué la scène littéraire africaine francophone. (1) » Chez (les écrivains de la négritude), le rêve es…
1
2
3
4
5