Tous les articles

Tous les articles en lien avec Demain j’aurai vingt ans

  • Sortir des bois
    Raharimanana réagit à la « Correspondance » d’Alain Mabanckou, « L’Amérique noire à N’Djaména », parue dans le n°57 d’Africultures.Bien cher Alain, Je n’irai pas par quatre chemins – on se connaît trop pour prendre des déto…
  • Paroles engagées, Paroles engageantes
    Ecrire aujourd’hui est-ce différent d’écrire hier ou d’écrire demain ? Ecrire aujourd’hui est-ce plus une passion, une nécessité ou un devoir ? Et pour qui écrire ? Et quoi écrire ? Et pourquoi écrire ? Et comment…
  • Espèces d’Africains !
    Sami Tchak, écrivain togolais dont j’enseignais un des romans, Place des fêtes, vint rencontrer mes étudiants à Ann Arbor, dans l’Etat du Michigan. Au-delà de cette rencontre académique, nous vécûmes, lui et moi, une exp…
  • Ecrivains-voyageurs, écrivains engagés
    Après le projet  » Ecrire par devoir de mémoire  » de Fest’Africa et le nouveau Congrès des écrivains d’Afrique et de sa diaspora de N’Djamena, le thème de l’engagement, indissociable de l’histoire de la littérature africa…
  • Fenêtre sur l’Amérique (5)
    Voilà que j’avais décidé de passer les fêtes de fin d’année 2003 à Douala, au Cameroun, un pays que j’avais déjà visité six mois plus tôt à l’occasion de l’opération Portes d’Afrique initiée par le quotidien Le Figaro… …
  • La dernière image
    J’ai rencontré pour la première fois Ahmadou Kourouma il y a une dizaine d’années. A l’époque je venais de publier mon deuxième recueil de poèmes, L’Usure des lendemains. Kourouma était de passage à Paris pour un salon d…
  • Réponse d’Alain Mabanckou à Jean-Luc Raharimanana
    Cher Jean-Luc, C’est avec un grand intérêt que je prends connaissance de ta réaction quant à la chronique que j’ai publiée récemment dans Africultures concernant le Congrès des écrivains d’Afrique et de sa diaspora, con…
  • Jean-Luc Raharimanana
    Bien cher Alain, Je n’irai pas par quatre chemins –on se connaît trop pour prendre des détours –, pour te dire que j’ai été très surpris par ta dernière chronique à Africultures. Je n’ai pas l’intention de contester ta…
  • African psycho
    Le monstre n’est plus le même dans les romans africains. Ce ne sont plus les dictateurs qui occupent ce rôle ambigu, suscitant attirance et répulsion, mais les enfants de la rue, enfants-victimes, enfants-rejetés et enfa…
  • Fenêtre sur l’Amérique – 4, par Alain Mabanckou
    L’Amérique noire était bien présente au nouveau Congrès des écrivains d’Afrique et de sa diaspora ! En cette fin du mois d’octobre 2003 s’est déroulé à N’Djamena le Nouveau Congrès des écrivains d’Afrique et de sa diasp…
  • Deux librairies à Ann Arbor (Michigan, USA)
    Borders et Shamman Drum sont les principales librairies de la ville d’Ann Arbor. En pénétrant dans ces librairies, on est frappé par l’abondance des parutions. Et puis, il y a toutes ces publicités d’éditeurs, à l’instar…
  • Papa Wemba : de cette musique congolaise qui incite à l’immigration
    Depuis les Etats-Unis j’avais lu cette dépêche de l’AFP : Le juge des libertés et de la détention de Bobigny a décidé de placer en détention provisoire le chanteur d’origine congolaise Papa Wemba, soupçonné d’avoir orga…
  • Guyane, Haïti, les autres Amériques…
    Damas est quelque part ici La Guyane, l’autre Amérique. Est-ce une coïncidence si je suis logé à côté de la rue Gontran Damas, l’un des pères fondateurs de la Négritude qu’on a trop souvent tendance à reléguer vers le…
  • « Stop War »
    Avril 2003 : en pleine guerre contre l’Irak, le romancier et poète congolais Alain Mabanckou, qui enseigne les Littératures francophones à l’université de Michigan (États-Unis), inaugure une nouvelle chronique pour Afric…
  • entretien de Boniface Mongo-Mboussa avec Alain Mabanckou.
    Les petits-fils nègres de Vercingétorix, dernier roman d’Alain Mabanckou évoque, dans une langue lyrique un amour fort entre une femme du Nord et un homme du Sud dans un contexte de guerre civile déchirant un pays africa…
  • Les Petits-fils nègres de Vercingétorix
    Alain Mabanckou entre en littérature en 1993, avec le recueil de poèmes Au jour le jour. Suit deux ans plus tard un autre recueil qui confirme son talent poétique, L’Usure des lendemains, couronné par le prix Jean-Christ…
  • La beauté du Congo multiethnique
    Les petits-fils nègres de Vercingétorix, dernier roman d’Alain Mabanckou évoque, dans une langue lyrique un amour fort entre une femme du Nord et un homme du Sud dans un contexte de guerre civile déchirant un pays africa…
  • Poésie : chronique d’une mort annoncée ?
    La chanson est maintenant connue l’audience de la poésie s’est évaporée… C’est un constat établi presque dans un élan d’unanimisme apocalyptique. Il n’y aurait, semble-t-il, plus rien à faire, la machine infernale sui…
  • Alain Mabanckou ou l’errance légendaire
    Dans L’Usure des lendemains (éd. Nouvelles du Sud, 1995), Alain Mabanckou évoque l´une des fonctions premières de l´écriture, et en particulier de l´expérience poétique :  » Aller vers la source des choses,/ là où la mati…
  • Premiers romans
    Quand un poète et un scénariste se mettent au roman, on attend le résultat avec curiosité – et on est surpris : là où Kossi Efoui (le dramaturge) se lance dans une écriture plutôt difficile à aborder, Alain Mabanckou (le…
  • entretien de Boniface Mongo-Mboussa et Landry-Wilfrid Miampika avec Alain Mabanckou
    Alain Mabanckou (Congo, 1966) est auteur de plusieurs recueils de poèmes : Au jour le jour (Maison Rhodanienne de la poésie, 1993), L’Usure des lendemains (Nouvelles du sud, 1995), La légende de l’errance (L’Harmattan, 1…
1
2