Tous les articles

Tous les articles en lien avec Mon amie Victoria, de Jean-Paul Civeyrac

  • Bénarès
    Adapté du premier roman du réalisateur-éditeur Barlen Pyamootoo (Le Seuil/ éditions de l’Olivier), ce film doux et attachant est tourné en créole mauricien, une langue magnifiquement imagée où le français est trop créoli…
  • Namur 2006 : au-delà de la chronique
    Le Festival international du film francophone de Namur qui a tenu sa 21ème édition du 29 septembre au 6 octobre 2006 est le plus gros festival de cinéma en terre wallonne. Alors qu’on a tendance en France à considérer qu…
  • « Pourquoi un Marocain ne pourrait-il pas faire du polar ? »
    La cinéphilie prend une grande place dans le film, les références étant autant ironiques que détournées. Quel est ainsi votre rapport au cinéma ? Il est vrai qu’à regarder ma biographie, le théâtre prend une grande plac…
  • Africa paradis
    L’inversion des rôles est largement utilisée en tous sens au cinéma. Ce que l’on perçoit comme des anachronismes permet par le biais de l’humour de pointer une réalité. Si le Blanc devient Noir comme dans Ayaba des Bénin…
  • Le « conflit créatif » d’un artiste en exil
    Ce texte a été publié en accès libre le 15 août 2006 sur le site d’Africultures. Retrouvez-le en cliquant [ICI].///Article N° : 4590…
  • Nigeria : la vidéo rêve d’oscars
    Ce texte a été publié en accès libre le 18 août sur le site d’Africultures. Retrouvez-le en cliquant [ICI].///Article N° : 4634…
  • Lussas 2006 : les enjeux d’Africadoc
    Les Etats généraux du film documentaire de Lussas ne cessent de penser l’image du réel pour rendre compte des tremblements du monde. Cette 18è édition (20-26 août 2006) ne pouvait ainsi faire abstraction de la guerre du …
  • « L’oubli ne veut pas dire effacer mais inventer »
    Dans le cadre des Etats généraux du cinéma documentaire de Lussas (21-26 août 2006), pour résonner à la brûlante actualité de la guerre au Liban et en complément d’une programmation groupant des films libanais, palestini…
  • « Le développement est une diplomatie qui n’a rien à voir avec la qualité »
    Qu’est-ce que l’exil ? Comment vit-on à Matonge lorsque Matonge est à Bruxelles ? Comment un artiste crée-t-il dans ces conditions ? Pour qui ? Pourquoi ? Dans son dernier film Juju factory, Balufu Bakupa-Kayinda aborde …
  • Pour un jeu intérieur
    En quelques films, Rokhaya Niang s’est imposée comme une des principales actrices sénégalaises. On va la retrouver prochainement dans Teranga blues de Moussa Sene Absa. Rencontre avec une actrice lucide et déterminée.Dep…
  • Rêves de poussière
    Vent du désert, espace de poussière, écran large, des hommes sortent en tous sens de terre comme des martiens. Une mine d’or au Burkina Faso. Mocktar (Makena Diop) a fait la route depuis le Niger pour y travailler. Sa ré…
  • Nigeria : la vidéo rêve d’oscars
    Précédé d’un atelier sur la critique de cinéma rassemblant journalistes nigérians et ghanéens qui marque la naissance d’une branche anglophone de la Fédération africaine de la critique de cinéma, le 6ème Forum internatio…
  • « Le prix à payer »
    Le nouveau président de la Fédération Pafricaine des cinéastes, le Gabonais Charles Mensah, par ailleurs directeur du Centre du cinéma gabonais, dresse ici un état des lieux des cinémas d’Afrique et des enjeux et perspec…
  • Bamako
    « La chèvre a ses idées mais la poule aussi ». Le paysan malien qui prononce cette phrase est à la barre des témoins d’un tribunal installé dans une cour d’un quartier populaire de Bamako, pour un procès qui oppose la soci…
  • Indigènes
    Film de reconstitution historique avec une production de près de 15 millions d’euros, un an et demi de tournage et un an de postproduction, des violons enveloppants et de grands acteurs : Indigènes fait nettement le choi…
  • Cannes 2006 : qu’est-ce que le cinéma populaire ?
    Le palmarès du festival de Cannes 2006 a privilégié les films engagés. Certains ont choisi la veine populaire, d’autres moins. Tour d’horizon de la moisson 2006.Une sélection n’est pas chose aisée mais on peut se demande…
  • Le point de vue des captifs
    Dans le commerce triangulaire Europe-Afrique-Amérique, le 2ème moment, celui du transport des esclaves, était appelé « le passage du milieu ». Pour l’illustrer, le cinéaste antillais Guy Deslauriers fait appel au récit d’u…
  • Juju Factory
    Juju factory est une méditation selon les obsessions et le style désormais bien identifiés de Balufu Bakupa-Kanyinda : le rapport africain au pouvoir et à la création. Un écrivain fait face à son éditeur qui voudrait lui…
  • « Je suis fier du Nigeria »
    Jeta Amata, vous êtes un jeune réalisateur mais vous avez déjà fait beaucoup de films. Combien en avez-vous réalisé ? J’ai fait pas moins de 30 long-métrages mais toujours en vidéo. Quels ont été les thèmes principaux …
  • The Amazing Grace
    Profitant d’une équipe technique britannique, The Amazing Grace propose contrairement à la casi-totalité de la production vidéo nigériane d’où est issu son réalisateur, une image classique mais soignée et un montage maît…
  • Nosaltres
    Fidèle à sa méthode rentre-dedans, caméra face au sujet et questions indiscrètes, après avoir exploré l’intimité de lycéens français (Nanga def) et sénégalais (Nawaari), Moussa Touré profite d’un contact institutionnel e…
  • Max et Mona
    Dans une Afrique du Sud encore marquée par la violence de l’apartheid et atteinte au cœur par la sida, la mort rôde partout. A son départ du village pour Johannesburg, on confie au jeune Max une chèvre, mais c’est par er…
  • Le Jardin d’un autre homme (O Jardim do outro homem)
    De plus en plus de jeunes femmes doivent coucher avec leurs maîtres pour obtenir de bonnes notes. C’est pour prévenir cet état de fait que Sol de Carvalho centre son film sur la jeune Sofia, laquelle a le caractère néces…
  • Un film utile
    Sofia est un modèle de femme forte. Votre but était d’encourager une réaction générale ? Oui, bien sûr. C’est l’histoire d’une gazelle : un animal qui est mangé par les lions et les hyènes mais qui reste très résistant….
  • Pour un jeu composé
    Sur quels films avez-vous joué avant Caramel ? J’ai également joué avec Henri Duparc dans la série Moussa le taximan, et avais aussi un rôle dans Sida dans la cité III. J’ai commencé au théâtre avec Sidiki Bakaba dans C…
  • Pour un jeu naturel
    Quels rôles avez-vous interprété avant de jouer dans Caramel d’Henri Duparc ? J’ai également joué le rôle d’un gérant de cinéma dans Roues libres, un long métrage de Sidiki Bakaba et celui d’un insouciant dans un court …
  • Un matin bonne heure (Yaguine et Fodé)
    Un matin bonne heure à Conakry, deux enfants ont tenté le grand voyage comme d’autres brûlent pour traverser la Méditerranée. Ils avaient ramassé tout ce qu’ils pouvaient comme habits chauds mais ne savaient pas qu’il fe…
  • Khouribga 2006 : de l’angélisme critique
    Le 10ème festival du cinéma africain de Khouribga (la capitale des phosphates au Maroc), qui s’est déroulé du 3 au 10 juin, tentait de renouer avec la tradition d’un festival issu du mouvement des ciné-clubs mais qui ava…
  • Caramel
    Il y a quelque chose de profondément émouvant dans le dernier film du cinéaste malheureusement disparu en 2006 : conscient de sa maladie mais sans aucunement le laisser apparaître sur le tournage, Henri Duparc a conçu Ca…
  • Le Regard
    Etonnante démarche que celle de Nour-Eddine Lakhmari : cette histoire de photographe français qui revient aujourd’hui, cinquante après, sur le théâtre des exactions de l’armée française dans un Maroc en lutte pour son in…
  • La Symphonie marocaine
    Ce qui frappe dans La Symphonie marocaine, c’est son lyrisme débridé. Ne cherchons pas le vraisemblable : nous sommes dans le rêve et ça fonctionne. Les gueux, voleurs, prostituée ou marginalisés vivant misérablement dan…
  • Réveil
    Ovni dans le cinéma marocain actuel, Réveil se veut un film de rupture sous la forme d’une méditation à deux voix, celle littéraire d’un constant monologue, l’autre cinématographique d’images qui tissent leur propre lang…
  • Barakat !
    Connue pour l’excellence de ses documentaires (La Moitié du ciel d’Allah, Algérie la vie toujours, Et les arbres poussent en Kabylie), Djamila Sahraoui a voulu passer à la fiction pour explorer sans les limites de ce qui…
  • VHS – Kahloucha
    Un vrai virus, le cinéma ! Dans Cinéastes à tout prix !, Frédéric Sojcher donnait l’exemple de Jacques Hardy, professeur de lycée, Max Naveau, projectionniste et Jean-Jacques Rousseau, maçon, des Belges passionnés qui mo…
  • Halim
    Production à grand spectacle de 2 h 30 qui a demandé trois mois de tournage, Halim retrace la vie du grand chanteur égyptien disparu des suites d’une bilharziose qui l’aura torturé toute sa vie. Le film se saisit bien sû…
  • Fleur d’oubli (Kochkhach)
    Selma Baccar avait-elle pour intention de prévenir contre la dépendance à la drogue ? Le pavot, kochkhach, a pourtant dans Fleur d’oubli un statut ambigu : à la fois dérive mortelle et soutien à l’affirmation de soi face…
  • « Le passé nous fait réfléchir sur aujourd’hui et sur notre futur »
    Qu’est-ce qui vous amené à vous intéresser à cette partie de l’histoire ? L’histoire du film, c’est l’histoire de nos parents, cela concerne des milliers, voire des millions de personnes. C’est plutôt cet aspect de la m…
  • La production numérique peut-elle contribuer à l’émergence d’une production autonome africaine ?
    L’appropriation des nouvelles technologies permet à des films populaires comme ceux du Burkinabè Boubakar Diallo de faire rouvrir des salles et à des réalisateurs comme le Sénégalais Moussa Touré de produire sans le parc…
  • Les médias face au génocide rwandais
    Animé par Catherine Ruelle (RFI), la Semaine de la Critique a proposé un débat faisant suite à la projection du film de Jean-Christophe Klotz, « Kigali, des images contre un massacre », sur la question du rôle des médias f…
  • « Ce tribunal, ils y croyaient ! »
    En sélection officielle hors-compétition au Festival de Cannes 2006, « Bamako » d’Abderrahmane Sissako a tellement marqué les festivaliers que pour la seconde projection, après plus d’une heure de queue, beaucoup n’ont pu …
  • Bled Number One
    Après Wesh wesh, ça me regarde ! (2002) où il restaurait de l’intérieur un autre regard sur les cités, Rabah Ameur-Zaïmeche se rend au bled, dans son village natal de l’extrême-est algérien et y trouve de quoi élargir et…
  • Télévision et cinéma au Cameroun
    Vous dirigez avec beaucoup d’énergie un festival consacré à la télévision : pourquoi privilégier la télévision plutôt que le cinéma ? C’est vrai qu’on pourrait envisager d’élargir des manifestations cinématographiques e…
  • Le Rivage des murmures (A Costa dos Murmúrios)
    On la connaissait pour son remarquable documentaire basé sur l’histoire du cinéma mozambicain Mozambique, journal d’une indépendance ainsi que pour Natal 71 qui interrogeait de la dramatique décolonisation portugaise. Ma…
  • Mon nom est Tsotsi
    L’oscar du meilleur film étranger attribué vient couronner Tsotsi alors que Yesterday (prénom de l’héroïne qui lutte contre le sida qui l’atteint pour être là le jour où sa fillette commencera l’école) de Darrel Roodt av…
  • Rome 2006 : qu’est-ce qu’un film « bien fait » ?
    La 6ème édition du Festival Panafricana, qui s’est déroulé du 1er au 9 avril 2006 dans la capitale italienne, avait la bonne idée d’associer à l’état annuel du cinéma africain une rétrospective des films du cinéaste tuni…
  • Mémoire en détention
    « Un homme sans mémoire est un homme déjà mort » : on retrouve dans ces mots du film ce proverbe peul qui dit qu’un enfant sans mémoire ne chiera jamais dur. Appliqué à un pays, une génération qui ignore le passé ne peut c…
  • La leçon de cinéma de Nouri Bouzid
    Pour son intervention devant les étudiants italiens (université de Rome 3), Nouri Bouzid, qui enseigne la réalisation à Tunis, a rappelé les principes de base de son cinéma et répondu aux questions du public.La création …
  • « On n’oubliera jamais »
    Comment un cinéaste doit-il aborder la mémoire historique dans ce moment crucial d’un Maroc qui se penche sur le douloureux passé des « années de plomb » ? En fin de compte je crois qu’un cinéaste doit, en premier lieu pe…
  • Nous n’avons pas droit à la fiction
    Ne pensez-vous pas que Bab’Aziz n’est pas un film facile pour le spectateur ? Non, je ne dirai pas ça. Je l’ai vu dans plusieurs salles et dans plusieurs pays et ça fonctionne très bien. Il n’est pas facile pour les cri…
  • La tradition de la lutte sénégalaise
    Pourquoi avoir choisi d’adapter ce roman d’Aminata Sow Fall ? J’avais envie de faire quelque chose sur la lutte au Sénégal car c’est un phénomène très important chez nous. La lutte vous permet-elle d’explorer l’identi…